Affiche Gone Girl

Critiques de Gone Girl

Film de (2014)

Être, c’est être perçu

« Être, c’est être perçu ». Difficile de décrire Gone Girl, car rien ne lui ressemble. Et pourtant, le film pourrait, à lui seul, être défini par cette réflexion de George Berkeley : cette immense fresque de deux heures et demie sur le couple et les apparences est à la hauteur des ambitions de son réalisateur : une œuvre folle et excessive,... Lire la critique de Gone Girl

43 7
Avatar Clara_Gamegie
9
Clara_Gamegie ·

Nos étoiles contraires

Il y a quelques semaines je vous racontais comment ma fille m'avait tendu un piège : http://www.senscritique.com/film/Nos_etoiles_contraires/critique/37679152 Cette fois, la laissant à nouveau mener la danse, elle me propose a priori une aventure fort différente. Mais cette demoiselle ayant de la suite dans les idées, je m'aperçois au bout de 2h30 que c'est à nouveau à une histoire de cancer... Lire la critique de Gone Girl

202 20
Avatar takeshi29
8
takeshi29 ·

Amy pour la vie

Brillantes, les surfaces de verre et les chromes étincelants des 4x4 d’une suburb impeccable du Missouri. Brillante, la photographie d’un univers bleuté, haut de gamme, au glacis de magazine. Beaux, jeunes, riches, dans le cadre. Brillants, les flashbacks qui contribuent à cette mythologie du couple parfait : glamour sans être totalement détestable, parce qu’affirmant sa différence par un... Lire la critique de Gone Girl

160 21
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·

Lettre ouverte...

David Fincher, Il a fallu attendre que tu entres dans ta cinquième décennie pour réaliser ton plus beau film, il faut dire que contrairement à certains je ne t'ai jamais réellement voué un culte malgré quelques chouettes films à ton palmarès, mais j'y reviendrai. Ton Seven et ton Fight Club ont évidemment marqué mon adolescence, je trouve cependant qu'il ont depuis sacrément mal vieilli, je... Lire la critique de Gone Girl

163 12
Avatar Gwimdor
8
Gwimdor ·

Sleuth

Difficile de dire si David Fincher est un génie ou juste un excellent faiseur. Déjà chef d'orchestre de neuf long-métrages, l'homme aura su toucher à tous les genres : le polar, la science-fiction, le drame, le huis-clos, le film juridique. Fincher est aussi un cinéaste qui a beaucoup évolué, partant de premiers pas à l'ambiance sale et glauque (Seven, Fight Club) et se dirigeant peu à peu vers... Lire la critique de Gone Girl

114 25
Avatar Vivienn
8
Vivienn ·

Un extraordinaire malaise

Amy disparaît le jour de son cinquième anniversaire de mariage avec Nick. En dire plus serait déjà en dire trop. Pour cette nouvelle collaboration avec Trent Reznor et Atticus Ross, David Fincher adapte avec brio le roman de Gillian Flynn d'après un script écrit directement par cette dernière. Des personnages complexes, chez lesquels rien n'est aussi lisse qu'il en a l'air, une intrigue solide... Lire l'avis à propos de Gone Girl

70 7
Avatar kwyxz
10
kwyxz ·

"Dans la vengeance et en amour, la femme est plus barbare que l'homme."

Pour ceux qui aiment écouter de la musique en lisant. Je préfère le dire immédiatement, je risque de divulguer quelques moments-clefs de l'intrigue. Un samedi soir, un saut sur Sens Critique, je repère un avis élogieux de Gone Girl... Lire l'avis à propos de Gone Girl

47 20
Avatar Petitbarbu
8
Petitbarbu ·

Cadrages, débordements (de joie)

Sur la balance ou vous déposez ce que vous avez aimé (/adoré) et ce que vous avez regretté (/détesté) dans un film, parfois un plateau vous semble instinctivement bien plus lourd que l’autre. Et c’est bien le cas de ce dernier film de Fincher qui ne manque pas de déséquilibres, d’invraisemblances ou de moments superflus. Mais ce qui y est ici réussi est si jouissif qu’à l’heure du verdict, le... Lire l'avis à propos de Gone Girl

98 34
Avatar guyness
8
guyness ·

Lui ouvrir le crâne… pour savoir ce qu'il y a dedans.

On essaie toujours de montrer la meilleure image possible de nous-même dans le but de séduire une personne, alors qu'on oublie que, peut-être, elle fait exactement la même chose au même moment. C'est pour cette raison qu'il doit y avoir une sorte de décalage dans la vraie vie, quand on découvre la vraie nature de l'autre… - Fincher ➜ Lire la critique de Gone Girl

39 2
Avatar Smay
8
Smay ·

Le culte de la transparence, l’opacité des apparences

Elle et lui, Amy et Nick : la caméra n’a d’yeux que pour eux. Rosamund Pike, actrice invisible dans tous ses films (dernière confirmation en date, le pénible “What We Did on Our Holiday” aux parfums écossais) qui crève subitement l’écran sous la direction de David Fincher. Et Ben Affleck, acteur transparent qui s’améliore, indéniablement. Tout commence comme l’un de ces contes de fées dont... Lire la critique de Gone Girl

41 7
Avatar Morrinson
8
Morrinson ·