Affiche Jeanne Dielman, 23 quai du Commerce, 1080 Bruxelles

Critiques de Jeanne Dielman, 23 quai du Commerce, 1080 Bruxelles

Film de (1975)

La logique du grain de sable

Sommet du cinéma conceptuel, chantre de la modernité cinématographique, Jeanne Dielman innerve encore aujourd’hui tout un pan du cinéma par ses parti-pris esthétiques révolutionnaires (Gus Van Sant se revendique de son héritage). En contant le parcours sur trois jours d’une veuve prisonnière d’un mode de vie aliénant qui va se retrouver complètement remis en cause, qui aurait cru que Chantal... Lire l'avis à propos de Jeanne Dielman, 23 quai du Commerce, 1080 Bruxelles

34 10
Avatar CableHogue
10
CableHogue ·

Du quotidien d'une femme trop seule

Une femme veuve, presque seule, dans un appartement rue du Commerce à Bruxelles. Son quotidien. Son aventure de chaque jour. Faire le café. Réveiller son fils. Le préparer pour l'école. Faire cuire les patates. Ranger. Déranger. Surveiller la cuisson. Passer un coup sur la table. Faire la poussière. Faire la vaisselle. Aller faire les courses. Manger. S'endormir. Se réveiller. Faire le café...... Lire l'avis à propos de Jeanne Dielman, 23 quai du Commerce, 1080 Bruxelles

28 6
Avatar B-Lyndon
10
B-Lyndon ·

Le constat ordinaire

Parmi les films-épreuve soumis au cinéphile, Jeanne Dielman occupe une place de choix. Ce premier film de la belge Chantal Ackerman, alors à peine âgée de 25 ans en 1976, prend en effet le parti de suivre la vie quotidienne, sur trois journées, d’une femme d’intérieur, jeune veuve dévouée à son fils et aux tâches ménagères d’un appartement qu’on connaîtra... Lire l'avis à propos de Jeanne Dielman, 23 quai du Commerce, 1080 Bruxelles

18 2
Avatar Sergent_Pepper
8
Sergent_Pepper ·

Belgian Psycho

Vous savez quoi ? Moi, je m’identifie grave à Jeanne Dielman. Une femme seule, cloisonnée dans un intérieur étouffant, répétant encore et encore les mêmes gestes-faire les courses, le café, la vaisselle, préparer à manger, passer le balai, ne sortir que pour les commissions ou à la rigueur prendre un café dans un endroit désert-se tenant toujours à une distance respectueuse des (rares)... Lire l'avis à propos de Jeanne Dielman, 23 quai du Commerce, 1080 Bruxelles

11 9
Avatar Dany  Selwyn
8
Dany Selwyn ·

C'est le jour 1

J'aime beaucoup le cinéma de Chantal Akerman et ce film ne déroge pas à la règle. Il est la preuve que l'on peut faire du cinéma « militant » (ici féministe) sans tomber dans le pathos, le tire-larme avec toute l'absence de subtilité et le manichéisme qui vont avec. Akerman livre ici un film radical, déjà par sa durée, près de 3h20, mais surtout par son sujet, le quotidien d'une femme au... Lire l'avis à propos de Jeanne Dielman, 23 quai du Commerce, 1080 Bruxelles

8
Avatar Moizi
8
Moizi ·

Critique de Jeanne Dielman, 23 quai du Commerce,... par Kaneda

Jeanne Dielman, 23 Quai du Commerce, 1080 Bruxelles. Le titre sonne comme un fait froid, anodin, d'une banalité affligeante : un nom et une adresse. Dès ce titre "modeste", toute la programmatique est en place : sous l'apparence de la banalité, se creuse en réalité un sillon implacable, tant par la forme que par le fond. D'un aspect quasi-documentaire, ce film très impressionnant avance... Lire l'avis à propos de Jeanne Dielman, 23 quai du Commerce, 1080 Bruxelles

9
Avatar Kaneda
10
Kaneda ·

Trois heures vingt-et-une dans la vie d'une femme

Cette critique spoile le film Jeanne Dielman, 23, quai du commerce, 1080 Bruxelles. Nombreux ont été les cinéphiles à s'insurger des presque cinq minutes où Ronney Mara dévore entièrement une tarte, devant la caméra fixe de David Lowery, dans A Ghost Story. Autant dire que, pour ces spectateurs impatients, le... Lire la critique de Jeanne Dielman, 23 quai du Commerce, 1080 Bruxelles

8 1
Avatar Venceslas F.
10
Venceslas F. ·

Portrait glacé d'un bouleversement existentiel

Jeanne Dielman 23, quai du commerce, 1080 Bruxelles est une expérience cinématographique à part, presque paradoxale dans l'opposition qu'elle introduit entre la radicalité de la mise en scène et la banalité de ce qu'elle raconte en apparence. Sobriété des effets et minimalisme des enjeux sont les prémices d'une litote étonnante, déroutante — et sans doute éprouvante pour certains. Ce qui se... Lire l'avis à propos de Jeanne Dielman, 23 quai du Commerce, 1080 Bruxelles

8
Avatar Morrinson
7
Morrinson ·

"J'ai fait trop cuire les pommes de terre"

(De mémoire : 20 avril 2009, première vision vers 2003-2004) Jamais le cinéma n'avait saisi à quel point la tragédie s'articule avec le quotidien et le trivial, à quel point un grain de sable dans cette folie qu'on appelle l'ordre et l'organisation peut générer l'irréparable... Expérience bouleversante mise en place par Akerman et tenue parfaitement par les acteurs, Delphine... Lire l'avis à propos de Jeanne Dielman, 23 quai du Commerce, 1080 Bruxelles

5
Avatar JM2LA
10
JM2LA ·

Une vie (presque) ordinaire.

Comme le titre l'indique, on suit la vie de Jeanne Dielman, une femme habitant à Bruxelles, qui a la quarantaine, veuve, un fils, et qui comble la solitude de son existence, monotone, par de la prostitution qu'elle effectue occasionnellement. J'étais très curieux de voir ce film, souvent cité comme un des meilleurs de l'histoire du cinéma, mais je ne m'attendais pas à une telle... Lire l'avis à propos de Jeanne Dielman, 23 quai du Commerce, 1080 Bruxelles

4 3
Avatar Boubakar
5
Boubakar ·