Affiche La Maman et la Putain

Critiques de La Maman et la Putain

Film de (1973)

Longueur d'ondes

En mode Schwarzenegger, je vous dirais de suite que c'est chiant comme une 4L, long de 3h30 avec quasiment que des champs contrechamps fixes et interminables, centrés sur 2 ou 3 personnages austères bloqués en mode longues diatribes incompréhensibles, bobo jusqu'à l'os, et surjoué par des acteurs théâtreux imbuvables qui récitent leurs textes dans ce qu'il y a de plus archétypal de la Nouvelle... Lire l'avis à propos de La Maman et la Putain

112 24
Avatar drélium
9
drélium ·

Le faux, c'est l'au-delà

Si, au cœur de ces trois heures et demi de maelström sentimental, on rate cette phrase (celle de mon titre), lâchée par un Alexandre visionnaire, on passe peut-être à côté de l'essentiel. Il proclame ces quelques mots juste après avoir avoué: "plus on parait faux, plus on va loin". Du coup, on est bien obligé de se demander si Jean-Pierre Léaud ne serait pas le meilleur acteur du monde.... Lire la critique de La Maman et la Putain

61 24
Avatar guyness
7
guyness ·

Insupportable, interminable, artificiel, merveilleux

Voilà un film que vous ne pouvez recommander à personne, de crainte de vous faire sévèrement vilipender ensuite par celui qui aura passé 3H40 de sa vie devant un monument verbeux et irritant, sur la foi du conseil que vous lui aurez donné. Voilà pourtant un film qui ne peut pas sortir des mémoires de ceux qui ont surmonté l’épreuve et qui en sont perpétuellement fascinés. Mais... Lire la critique de La Maman et la Putain

63 12
Avatar Impétueux
10
Impétueux ·

"Et vous aurez vécu si vous avez aimé"

Un titre qui ne laissait pas de m'interpeller depuis que je l'avais entendu : la maman et la putain, ces deux images de la femme entre lesquelles l'homme oscille depuis toujours, la mère, dispensatrice d'amour et de tendresse, et la putain, promesse de plaisir(s), transgression d'interdits et passage à l'acte de désirs inavoués. Le film est sorti en 1973, dans... Lire la critique de La Maman et la Putain

97 51
Avatar Aurea
8
Aurea ·

Quartier latent : voyez comme ils dansent

La Maman et la Putain, thébaïde raffinée, arche immobile et tiède. Quelque chose d'inouï, d'inédit. « Invu » serait plus propre, non ? Cette pseudo-introduction pourrait paraître gratuite, mais pourtant la sémantique a dû jouer un rôle majeur dans l’élaboration de ce film. Il y est essentiellement question de phantasmes, de différences entre la vie rêvée et la vie réelle ; Jean Eustache, durant... Lire l'avis à propos de La Maman et la Putain

33 6
Avatar Obstiné
10
Obstiné ·

Rien n'a d'importance.

Je l'ai découvert il y a maintenant cinq jours, et quand le film fut fini, la première chose que je me suis dit fut : « il faut que je le revoie ». Parce qu'il fallait que je comprenne. Il fallait que je saisisse ce que ce film m'avait fait. J'aurai pu le revoir juste après, j'aurai pû me plonger et me perdre encore dans ses méandres à la seconde où le générique fut terminé, prostré derrière... Lire la critique de La Maman et la Putain

25 6
Avatar B-Lyndon
10
B-Lyndon ·

Objet filmique non identifié

Je viens de voir le film et je le note à chaud. Tout comme j'écris cette critique à chaud ! Considéré comme un chef d'oeuvre absolu par la majorité des amoureux du cinéma (sauf rares exceptions), j'avoue que noté ce film est une vraie gageure. Il faudrait que je le revoie peut-être une fois, deux fois, trois fois, comme je l'ai fait en son temps pour "2001, l'odyssée de l'espace" de Stanley... Lire la critique de La Maman et la Putain

15 2
Avatar Guillaume Rouleau
8
Guillaume Rouleau ·

S'il ne fallait en garder qu'un

Jean-Pierre Léaud, Jean-Pierre Léaud... Inégalable de sex-appeal ici encore plus que chez Truffaut. Un film un chef d'oeuvre, qui pose, définitivement et avec une miraculeuse sensibilité, les contours de chaque doute, chaque question, chaque dilemme propre à l'amour, au désir, au couple. C'est toute une époque et c'est toutes les époques. C'est la substance même de Paris et c'est universel.... Lire la critique de La Maman et la Putain

16 8
Avatar Olympia
10
Olympia ·

Le nouveau raz-de-marée

Eustache a réalisé deux longs métrages dans sa vie, La Maman Et La Putain, et Mes Petites Amoureuses. Bien que ce soit Mes Petites Amoureuses qui emprunte son titre à Rimbaud, c'est bel et bien La Maman Et La Putain son véritable film maudit, déphasé, dégoutant et passionné, indécent et sensible. Comédie, Tragédie, Drame sentimental. Je crois qu'Eustache étonne, et qu'il est parfois... Lire la critique de La Maman et la Putain

11 1
Avatar Nathan Oupresque
9
Nathan Oupresque ·

"Il faudrait qu'il se fasse un peu enculer, cela ne lui ferait pas de mal !"

Par avance je m'excuse pour cette critique désordonnée, déstructurée, et sans doute bien loin d'être assez réfléchie, mais il est extrêmement rare qu'un film me donne envie d'écrire à son sujet directement après le visionnage, suffisamment rare pour qu'exceptionnellement, je cède à ce caprice intime et couche ma pensée, probablement encore plus enrobée que de coutume d'un fatras bordélique de... Lire la critique de La Maman et la Putain

33 6
Avatar Lyusan
1
Lyusan ·