👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

C'est un poème, une histoire unique, celle d'un homme qui vers le crépuscule de son existence va faire le bilan, le bilan d'une vie particulière.

Tout comme l'évoque le titre du film, c'est la beauté qui est au centre de l’œuvre. La beauté de Rome, mais aussi la beauté simple d'une vie et des divers évènements qui la composent. Mais il ne s'agit pas seulement du sujet principal, la beauté fait également partie de la technique que l'on a utilisée pour faire le film. C'est ainsi que vont se succéder des scènes empreintes d'une grâce intense, d'un symbolisme puissant, et où tendresse et mélancolie s'entrecroisent sans cesse, formant une symphonie d'émotion laissant le spectateur fasciné mais aussi désabusé.
La douceur, la brutalité, mais aussi le fantasque et l'étrange ont une place importante, car bien que réaliste, le film est aussi empreint d'une poésie magnifique et révélatrice. Tout cela étant en plus ponctué par des morceaux musicaux magnifiques, le thème principal du film notamment.

Mais au final que peut-on bien retenir de ce film hormis sa beauté incomparable ? Il s'agit-là d'une chronique sur la vie, qui résonne en échos avec les actions qui composent une existence. Seulement si la force esthétique et narrative de "La Grande Bellezza" montre des qualités indéniables, il n'en demeure pas moins que le film comporte quelques longueurs et certaines scènes pas toujours parlantes ou pertinentes pour le développement d'un récit finalement très linéaire mais abordé de manière suffisamment intéressante pour que l'on n'évite de le complexifier. C'est un peu ce qui entrave le déroulement du film, il ne s'agit-là que d'un détail minime bien entendu, cependant le film aurait put être encore plus évocateur sans ce dernier.
Néanmoins on saluera les diverses interprétations, bien évidemment celle de Toni Servillo, à la fois bouleversant et juste. Sans oublier la réalisation de Paolo Sorrentino qui montre avec ce film un style particulier et intéressant.

"La Grande Bellezza" est une œuvre très particulière, empreinte d'une beauté et d'une grâce indiscutable. Bien que le film accuse par moment quelques longueurs, il n'en demeure pas moins très intéressant et à découvrir pour un enrichissement certain.
E-Stark
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Films vus et revus en 2014, Ces films que je n'oublierai jamais, pour plein de raisons multiples. et Les meilleurs films où une ville est à l'honneur

il y a 8 ans

3 j'aime

6 commentaires

La grande bellezza
guyness
5

Fortement, à Rome, attisé

En fêtes, tu es un garçon plutôt triste Au fond, quoi de plus lugubre qu’une fête ? Attention, je ne parle pas d’un soirée improvisée entre pote ou une bonne bouffe en nombreuse compagnie. Encore...

Lire la critique

il y a 8 ans

63 j'aime

12

La grande bellezza
Sergent_Pepper
7

Le tourbillon de la vanité

Le prologue du film est on ne peut plus programmatique. En mouvement constant, il explore dans toute la latéralité possible une place et les gens qui s’y croisent, avant qu’un micro événement – la...

Lire la critique

il y a 9 ans

61 j'aime

La grande bellezza
Arlaim
9

La Grande Beauté perdue dans le Néant

En 1960, La dolce vita libère l'imaginaire de Fellini et lui ouvre les portes de l'onirisme et de la psychanalyse. En effet, pour la toute première fois, il raconte et dépeint généreusement un monde...

Lire la critique

il y a 8 ans

53 j'aime

American Horror Story
E-Stark
7

Les monstres et les hommes.

Un casting de choix pour une série originale, "American Horror Story" se démarque du reste des séries grâce à son traitement particulier, et à la singularité de ses diverses saisons. SAISON 1:...

Lire la critique

il y a 7 ans

63 j'aime

18

Edward aux mains d'argent
E-Stark
10

"Hold me." , "I can't."

Edward aux mains d'argent est l'un des films les plus emblématiques de Tim Burton, mais c'est aussi une œuvre qui marqua une génération de spectateurs. Révélant ainsi au monde le génie d'un...

Lire la critique

il y a 9 ans

56 j'aime

7

Mommy
E-Stark
10
Mommy

"Ça n'arrive jamais dans la vie d'une mère, qu'elle aime moins son enfant."

Auréolé du Prix du Jury au Festival de Cannes 2014, "Mommy" le cinquième long-métrage de Xavier Dolan n'a pas manqué de faire parler de lui. Le réalisateur compte probablement autant d'admirateurs...

Lire la critique

il y a 7 ans

40 j'aime

6