Avis sur

Le déshabillage impossible par Zogarok

Avatar Zogarok
Critique publiée par le

Avec son tour de magie, Escamotage d'une dame au théâtre Robert Houdin (1896) fut le premier film à trucages de Méliès. Il s'y servait de l'arrêt-caméra pour simuler des apparitions/disparitions. Ce sera le principal outil de sa carrière, pour des transformations ou des mouvements soudains, servant notamment l'illusion de 'fantômes' dans Le manoir du diable. D'autres procédés concernant les transitions ou liés au split-screen seront exploités, aboutissant notamment à des surimpressions éloquentes où Méliès se multiplie (L'Homme-orchestre) ou cohabite avec des faces de rechange (Un homme de têtes, L'Homme à la tête en caoutchouc).

Le Déshabillage impossible se passe de tous ces raffinements et reprend la technique fondamentale introduite dans Escamotage. L'arrêt-caméra sert maintenant à enchaîner les plans d'un homme restant habillé malgré ses efforts, comme s'il était victime d'une farce magique. La nervosité du montage assure le divertissement, la promptitude du comédien (aucune transition 'décalée') donne du crédit à cet étrange phénomène. Le seul défaut est la similitude des costumes, qui atténue un peu l'ampleur du maléfice, cependant le scénario sait relancer la machine. C'est de l'absurde systématisé, arbitraire et mesquin. S'il est plutôt confidentiel, cet opus est une démonstration d'efficacité de la part de Méliès ; particulièrement drôle avec une pointe de l'humour 'trickster' dont Le locataire diabolique (1909) sera une plus forte expression.

https://zogarok.wordpress.com

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 234 fois
1 apprécie

Zogarok a ajouté ce court-métrage à 3 listes Le déshabillage impossible

Autres actions de Zogarok Le déshabillage impossible