Avis sur

Les Mésaventures de Marie-Jeanne

Avatar Zogarok
Critique publiée par le

Dans les années 1896-1901, George A.Smith a exploité de façon innovante ou audacieuse le slipt-screen (Santa Claus), le plan subjectif et le gros plan (As seen through a telescope, Grandma reading glass), le flou délibéré (Let me dream again) et s'est même frotté précocement à la science-fiction (le dinosaure cheap The X-Rays). Les expérimentations sont maintenant accomplies, Smith se perfectionne et se lance dans des projets plus ambitieux en terme de scénario et de contenu, où il compile ses trucages.

Mary Jane's Mishap en est le principal exemple. Il suit l'ultime mésaventure d'une femme de ménage délurée, provoquant une explosion mortelle avant de réapparaître en fantôme. Ces deux effets sont modérément réussis. Le ton naïf permet de mieux faire passer l'explosion et l'ascension 'chimique' ; pour le fantôme, la surimpression est nette même si l'effet reste primitif. Sur ce terrain, Méliès est bien plus éloquent et d'autres films anglais ont déjà exploré le secteur : en premier lieu Explosion of a Motor Car (1900 – Cecil Hepworth) où un véhicule se retrouve en morceau d'une scène à l'autre, avec quelques vapeurs pour crédibiliser la transformation.

C'est par ses mélanges et sa quantité de procédés que le film s'élève. MJM contient douze plans répartis sur trois scènes, alterne les échelles entre plans moyens, gros ou larges. Il verse dans un registre non-conventionnel en exploitant l'humour splapstick via les péripéties et même l'allure de son cobaye, interprété par l'épouse de Smith, Laura Bayley (plusieurs fois son actrice [Santa Claus, Let me dream again], cette fois la principale), avec laquelle il formait le couple du Baiser dans un tunnel (1899). Son jeu est fantaisiste et la fait ressembler à une espèce de folle stéréotypée. Cette attitude et le penchant surnaturel font verser le film dans la comédie fantastique voire le cartoon.

Ce film « far ahead of its time » comme l'affirme l'historien/critique John Barnes et de nombreux conservateurs ou académiciens du cinéma a aussi deux autres caractéristiques : l'originalité (ou la tentative) et une certaine tiédeur finale. Le résultat est assez rigide et la démonstration manque de nerf, ce qui créée un contraste avec la lourdeur 'enfantine' de la loufoquerie. Elle est due aux moyens à disposition (recours comparable au surlignage dans An Over-Incubated Baby, plus fluide mais chargé en écrits) et donc aux limites du muet, mais renforcée par la lenteur du développement et l'obsession pour une expressivité radicale (tutoyant les limites 'hystériques' du cinéma muet burlesque, mettant tout dans le physique).

Hors de ses films-éclairs novateurs, Smith n'est pas si performant et ne sait pas forcément couper ou accélérer à temps. Il n'a pas l'efficacité de l'Audacieux cambriolage de Mottershaw (sorti deux mois plus tard) ni des chase films en général, courant qui s'apprête à éclore. Mais au-delà de son avance technique, il lui reste l'humour et le goût de l'insolite pour mater la concurrence.

https://zogarok.wordpress.com

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 145 fois
Aucun vote pour le moment

Zogarok a ajouté ce court-métrage à 3 listes Les Mésaventures de Marie-Jeanne

Autres actions de Zogarok Les Mésaventures de Marie-Jeanne