👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Ode à la lumière, au corps féminin, à la fraternité et à l’amour, le nouveau Kechiche célèbre le miracle de la vie à travers les rencontres estivales d’un créateur en quête d’inspiration. Les acteurs sont encore une fois incroyables de naturel et de vitalité. Kechiche a cette capacité à tirer le meilleur de ses acteurs (inconnus pour la plupart- plus pour longtemps). A part Bruno Dumont, je ne vois personne capable de cela en France actuellement.
Le film offre également une belle réflexion sur le regard de l’artiste.
Ceux qui ont grincé des dents devant certaines scènes de LA VIE D’ADÈLE risquent de connaître encore quelques moments très embarrassants! Certains y verront un regard de voyeur voire de pervers, d’autres (j’en fais partie) y verront plutôt une célébration du corps féminin, de la jeunesse, de la vie sous toutes ses formes. Cela constitue une forme d’inspiration pour l’artiste qui se cherche, au même titre que la naissance de la vie (superbe scène de naissance de l’agneau). A ce titre, il est logique de rapprocher le regard et le point de vue du personnage principal de celui de Kechiche. La première scène pose d’ailleurs d’emblée les bases du film quant à la question du regard.
Alors biensur il y a des maladresses, des redondances et quelques longueurs (mais pas tant que ça finalement malgré la durée du film) mais la liberté qui se dégage de ce film est saisissante. Kechiche a volontairement évacué du film tout côté psychologique pour rester dans la spontanéité, l’insouciance et saisir au mieux ces moments où naissent le désir.

Kassopuccino
8
Écrit par

il y a 3 ans

1 j'aime

Mektoub, My Love : Canto uno
mymp
4

Pâté en croupe

Abdellatif Kechiche, depuis La vie d’Adèle, semble désormais devenu plus clivant que jamais (La vénus noire présageait déjà de la chose) et susciter la controverse au moindre de ses mouvements. Les...

Lire la critique

il y a 4 ans

146 j'aime

21

Mektoub, My Love : Canto uno
guyness
3

Sea, sex and seum

Une longue vie de spectateur suffit en général à s'apercevoir que souvent, plus le traitement d'une histoire s'éloigne d'une apparence de réalité, plus on touche au vrai. Prétendre que le contraire...

Lire la critique

il y a 4 ans

95 j'aime

54

Mektoub, My Love : Canto uno
Corentin_D
9

Aimer dans le temps

A premier champ, chant premier : toute en liturgie, l'ouverture de Mektoub, My Love lance magnifiquement le manège estival d'Amin, de retour à Sète après une année parisienne où il abandonna la...

Lire la critique

il y a 4 ans

88 j'aime

5

Le Bureau des Légendes
Kassopuccino
9

Entrer dans la légende (saison 5)

C’est peu de dire que cette série aura marqué les esprits, que ce soit en France (meilleure série française de tous les temps ???), ou à l’international où elle impressionne également (le New York...

Lire la critique

il y a 2 ans

5 j'aime

Douleur et Gloire
Kassopuccino
8

Todo sobre mi Pedro

Film-somme aux raisonnances multiples. Par le biais d’un récit non linéaire mais toujours fluide et pertinent, Almodovar essaye de remonter aux origines de son personnage principal : origines de son...

Lire la critique

il y a 3 ans

4 j'aime

Paterson
Kassopuccino
8
Paterson

Only Poets left alive

C'était l'un de mes chouchous du Festival de Cannes 2016 et il est réalisé par l'un de mes chouchous (Jim Jarmusch). Oui, deux chouchous pour le prix d'un. Et on m'aurait même caché son nom au...

Lire la critique

il y a 3 ans

4 j'aime