👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

On avait pressenti depuis plusieurs films que le réalisateur danois n'était qu'un piètre faiseur, surfant pour le bonheur de ses jeunes spectateurs friands de sensations fortes et façonnés à l'uniformisation du goût (par ailleurs très discutable) sur les codes de la transgression et de la violence, le tout emballé avec prétention et ostentation, révélant au final la vacuité abyssale de l'ambition. Si on pouvait reconnaitre à Drive une première demi-heure pleine de promesses, hélas non tenues, on n'aura même plus ici la possibilité d'une rémission inaugurale tant le film nous plonge dès les premières minutes dans l'accablement, l'ennui et l'incompréhension. La relecture du complexe œdipien dans une Bangkok des trafiquants de drogues et gangsters se voudrait une expérience mystique. Elle n'est cependant qu'une succession de posters léchés où domine le rouge flamboyant. Entre cette esthétique de pacotille bâtie autour de la répétition des plans en enfilade et en perspective et l'omniprésence d'une musique surlignant le tout, on ne parvient jamais à s'intéresser au destin de ce fils mal aimé par une mère castratrice et dominatrice. Toujours retranché derrière son statut iconique résumé en un physique magnétique, Ryan Gosling livre le jeu désormais rebattu de l'homme seul et mutique,sans ici la moindre once de mystère et de séduction. Blonde platine, la comédienne britannique Kristin Scott Thomas se rêve en clone de Madonna ou de Donatella Versace auxquelles elle emprunte cette attitude savamment vulgaire et provocante, qui suscite à peine le sourire. Continuant à mettre en scène avec une complaisance de plus en plus écœurante une violence inutile qui finit de remettre le film à sa place - celle d'un divertissement vain et prétentieux - le réalisateur montre du coup les limites vite atteintes d'un talent largement surestimé, mais qui réussit à faire illusion puisqu'il fait partie de la sélection officielle de Cannes. On ne voit pas un meilleur moyen pour décrédibiliser le festival français.
PatrickBraganti
3
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Fims vus en 2013

il y a 9 ans

32 j'aime

15 commentaires

Only God Forgives
real_folk_blues
8

Thaî, glande, et Ryan erre.

Only God Forgives n’est pas un bon film. N’allez pas croire que vous verrez Drive, pauvres naïfs. N’allez pas espérer que Fight Club se soit payé un lifting, pauvres consommateurs. Ne supputez point...

Lire la critique

il y a 9 ans

148 j'aime

33

Only God Forgives
Anyo
8

Le langage du silence

Le cinéma est un art Visuel et Auditif. Notre cher réalisateur Danois acquiesce et nous livre une oeuvre à la facture audio-visuelle irréprochable. "Only God Forgives" rejoint "Samsara" et "The...

Lire la critique

il y a 9 ans

136 j'aime

11

Only God Forgives
Gand-Alf
6

... Et l'enfer le suivait.

Pour avoir une idée de mon expression dépitée à la sortie de ma séance de "Only god forgives", je vous invite à vous poster devant un miroir et de vous observez en train de diviser 1356, 876543 par...

Lire la critique

il y a 9 ans

129 j'aime

13

Jeune & Jolie
PatrickBraganti
2

La putain et sa maman

Avec son nouveau film, François Ozon renoue avec sa mauvaise habitude de regarder ses personnages comme un entomologiste avec froideur et distance. On a peine à croire que cette adolescente de 17...

Lire la critique

il y a 9 ans

87 j'aime

29

La Vie d'Adèle - Chapitres 1 et 2
PatrickBraganti
4

Adèle Euh

Même si le film s’articule autour de l’histoire d’amour entre Adèle et Emma, de la naissance (et bien avant) à la rupture, son titre ne mentionne que le prénom de la première, précédé de ‘La Vie ‘ et...

Lire la critique

il y a 8 ans

51 j'aime

6

Yves Saint Laurent
PatrickBraganti
3

La couture lache

Hormis l'interprétation en effet époustouflante de Pierre Niney (la voix et la gestuelle) qui, au-delà de l'exercice purement mimétique, parvient, dans la première partie jusqu'à la rencontre avec...

Lire la critique

il y a 8 ans

44 j'aime

4