De deux choses l'une

Avis sur Only God Forgives

Avatar Noménale
Critique publiée par le

- soit j'ai rien compris, soit il y a des risques de spoil
- soit l'esthétisme est impeccable et sans aucun raté, soit il est rouge. Très rouge.

Trop rouge;
- soit le scénario est d'une complexité insaisissable, soit d'une simplicité navrante;
- soit la place laissée à l'interprétation du spectateur est magistrale, soit ce film n'a aucun propos, ne veut rien nous dire, au fond;
- soit pratiquement tout le film se déroule dans la tête du personnage de Gosling, soit les gens sont vraiment bizarres;
- soit la mère est une castratrice entretenant joyeusement un oedipe mal résolu, soit elle n'est pas vraiment là, elle est fantasmée, elle représente toutes les femmes d'un Gosling impuissant;
- soit Ryan Gosling est le meilleur acteur du monde capable de jouer même l'inexpression, soit c'est un poulpe dépressif à qui l'on a demandé d'incarner une huître;
- soit Kristin Scott Thomas est formidable dans l'excès, soit c'est la parodie ratée d'une Dalida des trottoirs;
- soit Nicolas Winding Refn a eu un éclair de génie à nul autre pareil, soit il avait trop fumé sa bière;

Je ne sais pas. Le problème c'est que je ne sais pas. J'ai apprécié les images, la lenteur, l'ambiance, la violence même. Je suis ressortie avec la désagréable impression de n'avoir pas assez d'indices pour saisir ce que le réalisateur avait voulu me raconter.

Alors de deux choses l'une :
- soit j'ai adoré ce film, soit il m'a laissée sur le carreau.

Je ne sais pas.
Je ne sais pas.
Je ne sais toujours pas.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1489 fois
67 apprécient · 3 n'apprécient pas

Autres actions de Noménale Only God Forgives