👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Siège d’UGC. Vaste table en acajou, bol de saucisson et pinard dans des verres en plastique.

- Bon, vous savez tous pourquoi on est là. Il s’agit d’écrire le prochain N°1 du box-office. Nathan, ta synthèse.
- C’est pas compliqué. Les français veulent des leçons morales en riant.
- « Castigat ridendo mores », quoi.
- Je sais pas, je l’ai pas vu.
- Disons plutôt que les français sont des cons.
- Bon, on recentre, les gars.
- Voilà, vous prenez Les Chtis, ou Intouchables, Samba, c’est plus comme les Visiteurs ou Asterix : on a besoin de se payer une bonne conscience. Handicap, banlieues, sans papiers, mépris des consanguins… On s’en moque et on dénonce, on se sent mieux, feel good movie, tout ça.
- OK. Il nous reste quoi comme sujet porteur ? Colin, on t’avait demandé une liste.
- Alors : Le djihadisme, l’homoparentalité, le travail du dimanche, le pain au chocolat en période de ramadan, l’arrêt des notes à l’école,
- Ouais bon, ta gueule. Le racisme, c’est bien, le racisme.
- Oui, chef. On est tous racistes. C’est fédérateur.
- Appelez-moi Michel Leeb.
- Sérieux, chef ?
- Quoi ? C’est le meilleur sur ce registre.
- Pour du consulting, alors ? Nan parce que faut quand même montrer une évolution. On fait les mêmes vannes, mais dites par les victimes.
- Ah ouais, excellent. Genre le niak il parle de manger des chiens.
- Et l’arabe du shit et du vol.
- Et le juif de son rapport à l’argent et sa mère.
- Oh putain, on tient notre pitch. Vous me prenez des étrangers propres, hein.
- Genre du seizième, sourire colgate et insérés à 200 %.
- Bien. Donc, film de mariage avec des gendres « issus de la diversité ». Bon, comme on veut que ça cartonne, vous me mettez Clavier, avec son accent bien français à la Jacquouille, ça fera contraste, hôtel particulière à Chinon, tout ça, on vend du rêve aussi, et la France a du talent. Et du fric. Beau mariage à la fin.
- Bryan, la touche jeune dans tout ça ?
- Ouais, chef, 2013, 2013 ! alors, on dit Noich, Feuj, Rebeu, ça ça reste, il faut Skype, des cigarettes électroniques. Et le bio, aussi.
- Et en exotique ? Ils ont rien de moderne à nous amener, putain ?
- Euh, la Zumba ?
- Bien, la Zumba.
- Et vous prenez tous les clichés de leurs coutumes. Halal, kasher, laqué, le porc, etc.
- Et ce qu’il faut montrer, c’est que le racisme, c’était avant. Maintenant, ça n’existe plus.
- Genre on a changé le nom des têtes de nègres.
- VOILA. Ça c’est de la démonstration. Et les jeunes boivent notre vin, ils s’intègrent.
- Sinon, faut pas hésiter à trasher un peu.
- Genre le juif il a « envie de iech » pendant la pièce de théâtre.
- Genre des blagues avec le prépuce, comme dans les films américains avec Ben Stiller.
- Ouais, bien vu. Les beaux parents doivent s’en charger, genre deg !
- Un chien qui le bouffe !
- Et attends, attends, ils le remplacent PAR DU JAMBON ! MDR !
- … Ok.
- Et un ptit cul, chef, quand même. J'en ai repéré un récemment sur Instagram. Ça claque. Matez-moi ça !
- Ah ouais !
- Son nom ?
- Qu'est-ce qu'on s'en fout, de son nom ?!
- Ils ont bien raison de venir nous piquer nos femmes, les kebla.
- Oui, euh, bon, on se calme, hein. Faut qu’on fédère. Monique, t’es chargée de la résolution morale.
- Alors, chasse, pêche et tradition. Les pères se réconcilient à la pèche, le noir raciste est plus raciste que le blanc raciste…
- Ça c’est bien, malin, vendeur ; continue.
- Les femmes s’entendent parce qu’elles aiment le même passage de la Bible et les hommes autour d’une bonne entrecôte et du pinard de Chinon, puis biture au Calva. Nos régions ont du talent, vive la France.
- Et les jeunes ?
- Les jeunes, ils font du fric, ils s’associent dans un truc tendance. Et ils font un bonhomme de neige œcuménique, pour le symbole.
- Fédérateur, t’as raison. Et ça peut bien sentir le 2, genre La vérité si je mens.
- Bon, ben c’est torché.
- Mes salauds, c’était rapide aujourd’hui. C’est pratique avec les films français.
- C’est ce que je disais, chef, les français sont des cons. C’est toujours facile.
- Putain, on va cartonner.

http://www.senscritique.com/liste/Les_arcanes_du_blockbuster/369869
Sergent_Pepper
1
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Comédie, Les arcanes du blockbuster, Vus en 2014, Les plus mauvais films français et Flops 2014

il y a 7 ans

709 j'aime

79 commentaires

Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ?
guyness
2

Quatre mariages et une tête d’enterrement

L’exercice est finalement bien plus délicat qu’il y parait. Expliquer que l’on n’a pas apprécié une seule des 94 minutes d’un film qui a rencontré un tel écho à travers le pays fait facilement...

Lire la critique

il y a 7 ans

214 j'aime

101

Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ?
Samu-L
4

Pour mériter ça!

Je vais pas trop faire ma mauvaise tête. Tout ça part d'une bonne intention, malheureusement, vous n'êtes pas sans savoir que l'enfer en est pavé... Donc ok, on essaye de faire une comédie sur la...

Lire la critique

il y a 7 ans

95 j'aime

31

Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ?
Alexandre_Bainé
3

J'ai mal à ma France !

Parfaitement Monsieur ! J'ai mal à ma France, j'ai mal à mon patrimoine ! On nous refourgue depuis ces dernières années trop de comédies françaises bidons, mais là, c'est le pompon ! Car si les...

Lire la critique

il y a 8 ans

86 j'aime

55

Lucy
Sergent_Pepper
1
Lucy

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

Lire la critique

il y a 7 ans

706 j'aime

103

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

Lire la critique

il y a 3 ans

646 j'aime

46

Her
Sergent_Pepper
8
Her

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

Lire la critique

il y a 8 ans

578 j'aime

53