Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Benoît Blanc et le mystère de l'infirmière latino

Agatha Christie et ses whodunit aromatisés au thé à la bergamote, ça semble avoir quelque chose d'infiniment ringard vu de 2019 : ce rituel "bourgeois" de l'enquête en huis clos et de la résolution théâtrale finale par un détective farfelu, semble suivre éternellement les mêmes mécanismes, respecter les mêmes codes, trop bien connus pour surprendre… Et puis, à notre connaissance, il n'y a jamais eu une adaptation cinématographique vraiment réussie des œuvres de la géniale (oui, géniale, elle le fut, au moins à ses explosifs débuts !) auteure anglaise, et il faut aller souvent chercher plus loin chez des gens qui se sont seulement inspirés de son style – comme le fit Tarantino avec ses "8 Salopards" - pour trouver une véritable satisfaction cinéphilique. Et à la très courte liste de bons films "agatha-christiens", il va falloir désormais rajouter - surprise ! surprise ! - le "A Couteaux Tirés", écrit et dirigé par Rian Johnson !


Il faut bien reconnaître qu’on n’attendait pas sur ce terrain mi-sérieux mi-pastiche le jeune espoir de la SF contemporaine de "Looper" (2012), qui avait accumulé les critiques acerbes pour son travail sur "les Derniers Jedi" (2017), mais il faut aussi admettre que "A Couteaux Tirés", après une introduction un peu laborieuse en forme d’exposition peu claire avec un décor et une mise en scène qui sentent trop le "Cluedo", est un véritable plaisir pour le spectateur. Plaisir parce que son énigme, pour être complexe et – forcément, c’est l’époque qui le veut – à double fond, est particulièrement bien ficelée et donc réjouissante pour tout amateur de « roman policier traditionnel » ; plaisir parce que les acteurs semblent en permanence jubiler en interprétant la jolie partition que Johnson a écrit pour eux ; plaisir aussi parce que Johnson a eu la bonne intuition en emmenant son film sur le terrain de l’actualité politique américaine brûlante, en mettant en scène l’Amérique « bostonienne » la plus établie, la plus sophistiquée (ou qui se juge comme telle…) face à l’arrivée de ces nouveaux migrants latino-américains pas vraiment bienvenus.


Il y a donc ici à l’œuvre une vraie intelligence du récit et de la mise en scène - qui sait exploiter tout l’espace du sombre manoir où est confinée la première partie du film – pour nous raconter brillamment une éternelle histoire familiale d’enfants et petits-enfants englués dans la réussite et la fortune d’un père et grand-père aussi génial que tyrannique. Rien de vraiment nouveau, ronchonneront ceux qui refuseront de se laisser entraîner dans cette séance de jonglage en famille avec des couteaux (est-ce nous, ou bien le miroir aux couteaux, décor central de plusieurs scènes, a un petit air de "Trône de Fer" ?), mais il est bien difficile de ne pas être charmés par un Christopher Plummer très à l’aise dans un rôle diaboliquement manipulateur, par un Daniel Craig impayable en Benoît Blanc armé de son faux accent de la côte Est (sensé dissimuler ses origines belges ou françaises ?), par une Ana de Armas parfaite en douce ingénue au vomis incontrôlable, mais aussi par un surprenant Chris Evans, qui met – enfin - son charisme indéniable au service d’un personnage complexe.


Oui, cette chère Agatha serait fière de ce rejeton inattendu !


[Critique écrite en 2019]
Retrouvez cette critique et bien d'autres sur Benzine Mag : https://www.benzinemag.net/2019/12/04/a-couteaux-tires-un-rejeton-inattendu-et-reussi-pour-agatha-christie/

EricDebarnot
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur.

Créée

le 4 déc. 2019

Critique lue 6.7K fois

70 j'aime

7 commentaires

Eric BBYoda

Écrit par

Critique lue 6.7K fois

70
7

D'autres avis sur À couteaux tirés

À couteaux tirés
Plume231
8

La Maison du péril !

Est-ce que Rian Johnson est parvenu à se remettre à niveau après le fiasco, dans lequel il a une part non-négligeable de responsabilité, du deuxième volet de la dernière trilogie Star Wars ? Ben...

le 20 mars 2020

76 j'aime

14

À couteaux tirés
EricDebarnot
7

Benoît Blanc et le mystère de l'infirmière latino

Agatha Christie et ses whodunit aromatisés au thé à la bergamote, ça semble avoir quelque chose d'infiniment ringard vu de 2019 : ce rituel "bourgeois" de l'enquête en huis clos et de la résolution...

le 4 déc. 2019

70 j'aime

7

À couteaux tirés
Vladimir_Delmotte
4

Prétentieusement vide

Critique rapide de "À couteaux tirés" : J'ai conscience que cet avis sera impopulaire. Je ne comptais pas écrire d'avis sur ce film néanmoins je ne vois que très peu de critiques négatives donc je...

le 4 déc. 2019

70 j'aime

11

Du même critique

Les Misérables
EricDebarnot
7

Lâcheté et mensonges

Ce commentaire n'a pas pour ambition de juger des qualités cinématographiques du film de Ladj Ly, qui sont loin d'être négligeables : même si l'on peut tiquer devant un certain goût pour le...

le 29 nov. 2019

204 j'aime

152

1917
EricDebarnot
5

Le travelling de Kapo (slight return), et autres considérations...

Il y a longtemps que les questions morales liées à la pratique de l'Art Cinématographique, chères à Bazin ou à Rivette, ont été passées par pertes et profits par l'industrie du divertissement qui...

le 15 janv. 2020

190 j'aime

105

Je veux juste en finir
EricDebarnot
9

Scènes de la Vie Familiale

Cette chronique est basée sur ma propre interprétation du film de Charlie Kaufman, il est recommandé de ne pas la lire avant d'avoir vu le film, pour laisser à votre imagination et votre logique la...

le 15 sept. 2020

187 j'aime

25