Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Les qualités d’A Single Man éclatent dès son ouverture. La photographie laiteuse associée à un sens du cadre chirurgical nous plongent dans l’exploration d’une maison d’architecte qui, déjà, cherche ostensiblement à se montrer comme la métaphore d’une mise en scène classieuse et imparable. Le regard de George (Firth à qui l’on demande surtout de pratiquer son accent anglais) depuis ses toilettes atteste incontestablement d’un sens aigu du regard et d’une volonté incisive de dépasser les apparences de cette banlieue du LA des 60’s naissantes.
Sur une trame assez proche du Feu Follet de Malle (qui date d’ailleurs précisément de la même année que celle de l’intrigue du film) Tom Ford invite donc à l’ultime regard d’un homme qui aurait choisi de mourir à la fin de la journée.
Deux principes vont poser ce contact aux choses dernières : la vision et les paroles. La première, à grand renfort de ralentis, d’une musique lyrique en diable et de changement d’étalonnage des couleurs, va jouer la carte du formalisme poussif. On pense à Dolan, qui lui-même renvoyait à WKW, durant ces petites épiphanies où les lèvres d’une femme explosent de tout leur carmin, un iris se teinte de vert, censément offrir au mort en sursis la beauté d’un monde qu’il va quitter. Le contraste entre ce pop et la reconstitution volontairement terne des 60’s, joliment reconstituées, est certes divertissant, mais la formule s’essouffle rapidement.
Mais c’est bien dans le second principe que le récit va se trouver définitivement plombé. Soit deux échanges majeurs, l’un avec une femme amoureuse elle-même sur le déclin, ne pouvant rivaliser avec l’amour pour l’homme mort et le deuil de George. Julianne Moore sait elle aussi très bien pratiquer l’accent anglais. L’autre avec un jeune homme, incarnation de la vie, la beauté, la jeunesse, la fraicheur. Outre le didactisme de cette répartition, la lourdeur des échanges est impitoyable, dissertations sur la vie, le bilan, l’amour et la beauté, d’autant plus dommageables que les efforts picturaux s’échinaient déjà à signifier tout cela.
[Spoils]
Quant au « twist » final, il n’achève pas de déconcerter. Monsieur, revenu au choix de la vie grâce au bel éphèbe sur son canapé, est victime d’une crise cardiaque. Tragédie ? Ironie ? Complot cosmique ? Pathétique eschatologique ? Tour de bourrique ?

A Single Man est loin d’être un mauvais film. Méticuleux, soigné à l’excès, il a la faiblesse des premières tentatives qui voudraient tout dire, exhiber leur formalisme et traiter de la vie, l’amour et la mort en un seul opus.
Sergent_Pepper
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Plastique et formaliste, Poussif, Psychologique, Mélo et Vus en 2014

Créée

le 4 déc. 2014

Critique lue 1.5K fois

43 j'aime

2 commentaires

Sergent_Pepper

Écrit par

Critique lue 1.5K fois

43
2

D'autres avis sur A Single Man

A Single Man
Nushku
9

Just get through the goddamn day

Le cadre du film, situé en Californie en pleine crise de Cuba, est somptueux. Le héros est habillé comme un dieu, encore plus que Don Draper de Mad Men, vivant dans une glass house héritée de Frank...

le 29 mars 2011

64 j'aime

24

A Single Man
takeshi29
9

Quand un vieux bouffeur de cinéma blasé est bouleversé...

http://youtu.be/JK45fn7wGMc Voilà la raison pour laquelle le cinéma continue à me dévorer, et peut-être aussi la raison pour laquelle je suis parfois sévère avec certains films : celle de sortir...

le 18 juil. 2011

63 j'aime

11

A Single Man
Oberyn
10

La tristesse d'un homme

Années 1960. George Falconer perd le goût de vivre quand il apprend par téléphone la mort de son compagnon, Jim, avec qui il partageait sa vie depuis seize ans. (Il ne sera même pas autorisé à aller...

le 28 déc. 2013

55 j'aime

19

Du même critique

Lucy
Sergent_Pepper
1

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

le 6 déc. 2014

768 j'aime

104

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

le 14 août 2019

703 j'aime

54

Her
Sergent_Pepper
8

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

le 30 mars 2014

615 j'aime

53