Amarcord ou "Je me souviens" en dialecte de Romagne.
Un titre qui va à merveille avec cette oeuvre de Federico Fellini où le cinéaste italien évoque sa jeunesse dans l'Italie fasciste d'avant-guerre.


Il y a tellement de choses à voir, et à dire, dans Amarcord que je ne sais même plus par où débuter, mais je commence à avoir l'habitude avec la si riche oeuvre de Fellini. Celui-là fait partie des meilleurs et des plus fortes que j'ai pu voir, le cinéaste italien y évoque sa jeunesse, ses fantasmes mais aussi la montée du fascisme en Italie ainsi que son installation dans les mœurs, mis en scène sous forme de succession de tableaux avec plus ou moins de liens, parfois chaleureux, d'autres fois plus tristes, évoquant par la même occasion les débuts de caricaturistes de Fellini, tant il semble parfois grossir le trait dans sa vision des personnages.


Et c'est en même temps-là l'une des réussites d'Amarcord, dans cette galerie de personnages hauts en couleurs, dont il en dresse des portraits avec beaucoup de tendresses, et un peu d'ironie. On y retrouve en même temps quelques figures du fascisme, ses professeurs ou autres fantasmes où il montre un humour aussi bien à tendance politique que grotesque voire sexuelle, où la crédibilité importe peu tant il fait passer l'émotion à travers les différents tableaux. Amarcord montre aussi la magie et les rêves de son auteur, notamment d'enfants, ses rêves parfois inaccessibles ou encore ses envies de départs, avec un sentiment fort de temps qui passe mais aussi d'enfermement au coeur de Rimini.


Fellini trouve toujours le bon équilibre, sachant bien évoquer la galerie de personnages tout en peignant le fascisme en Italie, tant dans les actes que les moeurs, avec tout de même une ambiance magique et mélancolique qui traverse toute l'oeuvre. Il porte un regard d'adolescent sur les évènements qui chamboulent alors l'Italie, à l'aube d'une vie politique et sentimentale où il va évoquer l'éveil de sa sexualité et ses rêves de femmes inaccessibles. Plastiquement irréprochable (avec en plus une magnifique reconstitution), cette suite de tableaux représentant des tranches de vie sous ce fascisme qu'il dénonce bénéficie du total savoir-faire de son auteur, sachant être immersif et jamais lourd et/ou mièvre, montrant une vraie justesse et imagination pour toujours trouver le bon ton et en mélanger plusieurs.


La force d'Amarcord se trouve aussi dans sa représentation de la société italienne de l'époque, que ce soit dans le réalisme, le fantasme ou la caricature. Le contexte de l'époque est parfaitement bien représenté, comme peuvent en témoigner de nombreuses scènes marquantes à l'image des souvenirs des films avec Gary Cooper, du passage du paquebot, quelques passages sous la neige ou des music-halls, de nombreuses séquences auxquelles il donne une forte dimension mélancolique et émotionnelle. Dans le même temps, il dirige avec brio une talentueuse troupe d'acteurs où chacun se fond dans son personnage tandis qu'il utilise merveilleusement la partition mémorable et fabuleuse, comme toujours, de Nino Rota, faisant de cette oeuvre un très grand moment de cinéma et une oeuvre d'art inoubliable.


C'est avec une forte mélancolie, mais aussi justesse entre les différents tons (ironie, dénonciation, burlesque, souvenir ou encore rêve) que Federico Fellini évoque sa jeunesse dans l'Italie fasciste, porté par la fabuleuse partition de Nino Rota et des personnages inoubliables.

Docteur_Jivago
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Top 10 Films, 111 pour l'éternité, Une année, un film !, Stradale Italia : Voyage au coeur du cinéma italien et Répertoire : Mes réalisateurs

Créée

le 12 juil. 2017

Critique lue 1.3K fois

33 j'aime

2 commentaires

Docteur_Jivago

Écrit par

Critique lue 1.3K fois

33
2

D'autres avis sur Amarcord

Amarcord
Pravda
10

Grazie Federico

Que dire si ce n'est que je n'ai pas envie de noter ce film sans vous raconter à quel point je l'ai aimé ? Fellini m'a déjà plu. Avec la Dolce Vita ou La Strada. Roma m'a grandement intéressée. Mais...

le 21 juil. 2014

38 j'aime

Amarcord
Docteur_Jivago
10

L'hiver qui meurt

Amarcord ou "Je me souviens" en dialecte de Romagne. Un titre qui va à merveille avec cette oeuvre de Federico Fellini où le cinéaste italien évoque sa jeunesse dans l'Italie fasciste...

le 12 juil. 2017

33 j'aime

2

Amarcord
Theloma
9

Je me souviens d'Amarcord

Je me souviens avoir vu Amarcord quand j’étais lycéen Je me souviens que j’avais l’âge de Titta et de ses copains Je me souviens qu’Amarcord veut dire « Je me souviens » Je me souviens de la prof de...

le 19 mai 2019

30 j'aime

10

Du même critique

Gone Girl
Docteur_Jivago
8

American Beauty

D'apparence parfaite, le couple Amy et Nick s'apprête à fêter leurs cinq ans de mariage lorsque Amy disparaît brutalement et mystérieusement et si l'enquête semble accuser Nick, il va tout faire pour...

le 10 oct. 2014

170 j'aime

32

2001 : L'Odyssée de l'espace
Docteur_Jivago
5

Il était une fois l’espace

Tout juste auréolé du succès de Docteur Folamour, Stanley Kubrick se lance dans un projet de science-fiction assez démesuré et très ambitieux, où il fait appel à Arthur C. Clarke qui a écrit la...

le 25 oct. 2014

157 j'aime

43

American Sniper
Docteur_Jivago
8

La mort dans la peau

En mettant en scène la vie de Chris The Legend Kyle, héros en son pays, Clint Eastwood surprend et dresse, par le prisme de celui-ci, le portrait d'un pays entaché par une Guerre...

le 19 févr. 2015

151 j'aime

34