👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Peu importe que le film regorge d'excès en tous genres, qu'il mélange conte, thriller fantastique et drame psychologique : c'est un grand film et la vision inspirée du monde ô combien noir de la danse, de ses rivalités, de sa recherche effrénée de perfection , celle qui épuise les corps et les met en sang à l'image de son cygne blanc Natalie Portman, fragile, touchante, désemparée, maintenue dans la bulle de l'enfance par une mère frustrée de gloire, toute puissante et castratrice, et qui ne peut extérioriser la tension qui l'habite qu'en ayant recours à l'automutilation.

Poème métaphorique, portrait magnifique d'une schizophrène vêtue de rose, enfermée à son corps défendant dans l'effrayant cocon maternel, privée de liberté, qui ne parviendra à danser sa vie que lorsqu'elle aura tué en elle le rêve, l'illusion, et la "petite fille", pour renaître transfigurée et pleinement femme, cygne noir qui aura vaincu, comme le lui dit Vincent Cassel, très bon dans ce personnage bien réel, lui, sa seule ennemie : elle-même.

Une esthétique visuelle superbe, entre ombre et lumière, une bande son époustouflante et la performance de Natalie Portman au sommet de son art sur un final absolument somptueux.

Black Swan
Kalian
2
Black Swan

Je n'irai pas refaire un tour du côté de chez Swan

Je pourrais faire mon hypocrite et laisser ouverte la possibilité que je sois passé à côté du film. Mais d'une part cela ne correspondrait pas à mon impression, et d'autre part il m'a tellement...

Lire la critique

il y a 11 ans

300 j'aime

255

Black Swan
Aurea
8
Black Swan

De chair et de sang

Peu importe que le film regorge d'excès en tous genres, qu'il mélange conte, thriller fantastique et drame psychologique : c'est un grand film et la vision inspirée du monde ô combien noir de la...

Lire la critique

il y a 11 ans

256 j'aime

103

Black Swan
Kalès
3
Black Swan

Un peu facile.

Portman qui fait la gueule tout le film : check. Esthétique immonde n'épargnant rien au spectateur en mode "la réalité, c'est moche" : check. Avalanche de bruitages répugnants et exagérés du style...

Lire la critique

il y a 11 ans

158 j'aime

54

Rashômon
Aurea
8
Rashômon

Qu'est-ce que la vérité ?

L’Homme est incapable d’être honnête avec lui-même. Il est incapable de parler honnêtement de lui-même sans embellir le tableau." Vérité et réalité s'affrontent dans une oeuvre tout en clair...

Lire la critique

il y a 9 ans

398 j'aime

136

Call Me by Your Name
Aurea
10

Parce que c'était lui...

Dans l'éclat de l'aurore lisse, De quels feux tu m'as enflammé, O mon printemps, mon bien-aimé, Avec mille et mille délices! Je sens affluer à mon cœur Cette sensation suprême de ton éternelle...

Lire la critique

il y a 4 ans

353 j'aime

278

L'Aurore
Aurea
10
L'Aurore

Amour et Désir

Je viens de regarder le chef-d'oeuvre de Murnau, son premier film américain, qui date de 1927 : L' Aurore, avec George O' Brien et Janet Gaynor, mais qui n'a strictement rien d'hollywoodien dans son...

Lire la critique

il y a 2 mois

342 j'aime

173