Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Chez les heureux du monde. De logorrhéique à psychotique? Aveuglée par le qu'en dira-t-on?

Juste une remarque sur le beau montage 'serre-livres' (pas une critique).

La femme du larron, aveuglée par le qu'en dira-t-on, passe de logorrhéique à psychotique?

Je l'ai revu et je remarque enfin qu'il commence et finit par quasi la même scène pathétique.

Elle commence, assise en avion de luxe à côté d'une femme qu'elle ennuie sans s'en rendre compte,

et elle finit, assise sur un banc de parc à côté d'une femme qu'elle ennuie (et effraye un peu), sans s'en rendre compte...les deux voisines s'éloignent.

J'aime ces films au montage 'serre livres' (je ne sais pas comment il s'appelle: bookcase editing?): non pas qu'il commence par une scène de la fin (montage dont je ne suis pas fan),

mais que les deux scènes de début et fin se font échos, comme des quasi sosies mais avec une différence.

La déclassée sociale est encore amusante au début, perdue dans sa logorrhée égocentrée sans écoute pour sa voisine, qui est piégée sur ce 'banc' en première classe d'avion;

son double à la fin lisant le journal, peut encore s'échapper sur la pointe de pieds,

et laisser la dame qui parle toute seule, nourrir les corbeaux invisibles qui tournent autour de sa tête. Elle me rappelle 'La femme aux oiseaux' de Mary Poppins...

Et mes clichés de dessins animés d'enfance où des assommées ou fous voyaient des étoiles ou coucous, orbiter autour de leur crâne.

Cate Blanchett finit comme une de ces nombreuses SDF qui peuplent nos rues.

Patrick Peloux explique depuis 2002 que le retrait des psychiatres des services d'urgence et la fermeture d'unités, a transformé les rues en asiles à ciel ouvert.

"Ne me touchez pas" criait une personne encore cette semaine dans mes rues, boule-de-billard-isant d'un passant à l'autre sans qu'aucun ne puisse aider.

C'est un signe de grande humanité de la part de Woody que de montrer de la compassion pour des gens riches en détresse.

Soon-Yi Previn (la fille adoptive de l'actrice Mia Farrow et que du chef d'orchestre André Previn), aurait donné l'idée du film à Allen lorsqu'elle pointa du doigt une employée lors d'une de leurs sorties shopping de luxe: "c'est l'ex femme" du millionnaire.

Aveuglée par le qu'en dira-t-on? Elle ne voit pas que le riche jeune héritier l'aime pour elle, et non, pour son image sociale.

Elle cache son passé avant de se remarier. Mais comme Meryl Streep dans Kramer contre Kramer, Cate Blanchett veut bien défendre son personnage, car elle semble cacher ce passé par orgueil et honte sociale, plutôt que par perfidie et cupidité. Elle ne veut pas être pauvre mais n'est pas Angelica Huston dans les Arnaqueurs prête à tout et même tuer son fils,

mais elle est plutôt la soeur éloignée de Gillian Anderson de Chez les heureux du monde harcelée par la pression sociale du 'qu'en dira-t-on' peint par Edith Wharton.

On peut imaginer que si elle avait été plus sincère avec Peter Sarsgaard, ils seraient mariés et heureux car il l'aime.

On peut imaginer que si elle avait été plus chanceuse et pas rencontré son ex beau-frère aigri et en colère, ils seraient mariés...mais malheureux le jour où enfin, il apprenait son passé.

Comme lors de la scène de cette même découverte dans La Perfide, que Woody a du voir en 1950 quand il voyait tous les films...

SC et Aurea m'ont fait découvrir ce film où Joan Crawford a caché son passé à son mari riche et très amoureux: Wendell Corey, comme Peter Sarsgaard, lui dit qu'il aurait dépassé cette info.

PierreAmo
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste les soeurs au cinéma

Créée

le 16 oct. 2022

Critique lue 50 fois

8 j'aime

3 commentaires

PierreAmo

Écrit par

Critique lue 50 fois

8
3

D'autres avis sur Blue Jasmine

Blue Jasmine
Krokodebil
8

You will meet a tall dark withered woman.

Le Woody Allen "millésime 2013" est un curieux objet. Venant d'un cinéaste que beaucoup disaient perdu ou gâteux, dans des productions européennes façon carte postale ma foi inégales mais pour ma...

le 30 sept. 2013

65 j'aime

8

Blue Jasmine
Rawi
8

Critique de Blue Jasmine par Rawi

Alors j'entends déjà les remarques du genre : "Mais tu n'es pas objective !" Et ben oui, j'avoue ! Cate Blanchett mérite 8 points à elle toute seule. Sa performance sur le fil du rasoir, à la limite...

Par

le 29 sept. 2013

57 j'aime

16

Blue Jasmine
Sergent_Pepper
4

Réunion de famille

Woody Allen, j’y vais de toute façon chaque année ; une petite fidélité fétichiste, une façon de retrouver l’homme qu’on a aimé, en dépit d’un manque certain d’inspiration depuis quelques décennies à...

le 30 sept. 2013

47 j'aime

8

Du même critique

Emmanuel Macron, la stratégie du météore
PierreAmo
9

L'art de la comédie; apprenti Messmer; la beauté du diable; l'art du réchauffé; Margin Call-Girl

_Moi, membre de SC, je découvre qu'avant candidat à la présidentielle, Emmanuel Macron a joué au théâtre dans sa jeunesse; un de ces premiers rôles a été dans...

le 29 nov. 2016

67 j'aime

63

Baby Driver
PierreAmo
10

'On connaît la chanson' visuel; 'Le Transporteur' chantant

(modifiée 08/01/2019 où j'apprends dans un bonus OCS que les chansons étaient choisies et leurs droits achetés 4 ans avant le tournage du film; les acteurs jouaient sur la musique avec parfois des...

le 18 août 2017

61 j'aime

54

Rencontres du troisième type
PierreAmo
10

si je tombe dessus en zappant, je suis perdu car je le regarde jusqu'au bout

Essayez de le voir en extérieur! Le cinéma sous les étoiles prend alors tout son sens: quand la bordure de l'écran se confond avec le ciel. Vu il y a des années dans un théâtre romain à ciel ouvert...

le 3 nov. 2014

61 j'aime

12