Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

“I'm just a musical prostitute, my dear”

Il en aura fait languir plus d’un ce biopic, moi le premier ! Queen ! De la formation du groupe londonien dans les 70s aux fameux Live Aid Concert de 85 !


Le film insiste sur la capacité du groupe à se renouveler, à évoluer, à expérimenter, à s’essayer à de nombreux concepts improbables à la recherche de fulgurances artistiques qui leur vaudront la consécration ! Du début à la fin, on nous le martèle : Queen ne rentre dans aucune case !


Assez paradoxalement, le film nous propose l’inverse : une forme convenue qui ressemblerait à n’importe quel autre biopic.


Si le film est loin d’être déplaisant ou ennuyeux, on ne retiendra, malheureusement, que peu d’ambition, un certain manque d'audace et peu de prises de risques visuelles, rythmiques ou de montage (que l’on est pourtant en droit d’attendre pour un tel sujet) !


Le film manque de punch, le film manque de niaque, le film manque d’impertinence. Je m’étais imaginé quelque chose de plus électrique, de plus flamboyant, de plus sexy… Quelque chose qui serait en adéquation avec le propos explicité durant ces 2h15, censé nous tenir en haleine mais où chaque petite idée intéressante apparait alors comme une dissonance au milieu de l’œuvre globale.


Point de vue scenario, même si le film est bourré d’anecdotes qui peuvent en surprendre plus d’un, on a le droit au schéma narratif en cloche du Rise and Fall dans lequel s’illustrent Rockstars, Gangsters et autres personnages « amoraux » jusqu’à l’éternel repentir, empilant certains clichés et enfonçant les portes ouvertes, sans surprise. Un schéma classique que d’autres ont pourtant maitrisé (on pense indéniablement à Scorsese) pour nous offrir des variantes toutes plus intéressantes les unes que les autres. Je vous laisse imaginer mon effroyable surprise en découvrant ce matin même que Bryan Singer était aux commandes, tant l’œuvre semble impersonnelle…
On se consolera tout de même avec la prestation de Rami « Mr Robot » Malek en Freddie Mercury ou encore la bande son qui vous fera incontestablement vibrer (mais ça on s’en doutait déjà un peu).


Bref sortez, allez voir Bohemian Rhapsody, chantez, dansez… Mais sortez protégés…

Créée

le 25 oct. 2018

Critique lue 6.1K fois

38 j'aime

9 commentaires

Iroquois P.

Écrit par

Critique lue 6.1K fois

38
9

D'autres avis sur Bohemian Rhapsody

Bohemian Rhapsody
Sergent_Pepper
3

We will mock you

J’aime bien la musique de Queen. Pendant un temps, ce fut rangé dans la catégorie Guilty Pleasure, en souvenir de mon adolescence, durant laquelle j’ai usé jusqu’à la corde mes Greatest Hits Vol. 1...

le 25 janv. 2019

187 j'aime

22

Bohemian Rhapsody
guyness
3

A kind of tragic

Le problème d'un biopic est que soit il est mauvais et il n'a aucun intérêt, soit il est bon et il risque de remplacer la vie réelle de l'artiste par une légende hollywoodienne dans l'imaginaire...

le 24 janv. 2019

138 j'aime

49

Bohemian Rhapsody
Vladimir_Delmotte
3

Un agréable moment de poudre aux yeux

Projet au développement difficile (environ 10 ans tout de même), "Bohemian Rhapsody" est un film destiné à déchaîner les passions. Au départ prévu avec Sacha Baron Cohen dans le rôle-titre (et avec...

le 14 nov. 2018

103 j'aime

19

Du même critique

A Taxi Driver
IroquoisPliskin
8

L’un des meilleurs De Niro

Travis Bickle, un jeune homme du Midwest et ancien marine, est chauffeur de taxi de nuit à New York. Insomniaque et solitaire… Et merde, je me suis encore trompé de film. Outre l’humour totalement...

le 12 janv. 2018

30 j'aime

9

Vice
IroquoisPliskin
7

Cynical Dick

Vice représente tout ce que j’apprécie dans le cinéma. Un cinéma qui dénonce et rit face à l’ironie d’une machine aux rouages bien huilés, alimentée par le sang, l’argent, la bêtise humaine... Et les...

le 15 janv. 2019

27 j'aime

Thor: Ragnarok
IroquoisPliskin
5

L’avocat du Diable et de son anus

Thor : Ragnarok est une gigantesque fresque tragique, une ode à la destruction, somptueuse et magistrale. Le film nous raconte l’histoire, comme son nom l’indique, du Ragnarök avec un grand...

le 30 oct. 2017

24 j'aime

8