Aujourd'hui un classique français du cinéma d'après-guerre. Pourtant, à sa sortie, il fut accueilli plus que fraîchement par la critique et le public.


Situé à la Belle époque, le film n'est sûrement pas le plus personnel de Becker (Rendez-vous de juillet et Le trou le sont bien davantage) mais sans doute l'un de ses plus brillants. Notamment pour le mariage improbable entre deux styles : le drame lyrique et amoureux, poussé dans ses retranchements, et le naturalisme, plus austère et serré (ce côté melvillien qu'on retrouvera dans ses derniers films). Reggiani joue sobrement, Signoret de façon plus extravertie, ce contraste a quelque chose de saisissant. Sans parler des seconds rôles, énormes, en particulier Bussières. Bien entendu, on retrouve la précision de Becker pour décrire un milieu, celui des "Apaches", en l'occurrence. A noter la magnificence de la photo et la qualité des dialogues et de la musique.

Cinephile-doux
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à sa liste Mon top Jacques Becker

Créée

le 18 déc. 2016

Critique lue 433 fois

3 j'aime

4 commentaires

Cinéphile doux

Écrit par

Critique lue 433 fois

3
4

D'autres avis sur Casque d'or

Casque d'or
Sergent_Pepper
8

Les cloisons du fiel

Rien n’annonce, dans l’exposition de Casque d’or, la tragédie en sommeil. Echappée dans les guinguettes de la Belle Epoque, le film s’ouvre sur la Marne et ses plaisirs tous droits sortis des...

le 12 mars 2014

47 j'aime

16

Casque d'or
Philistine
6

Il suffirait de... presque rien

Un film profondément ambigu, pétri d'héroïsme mal placé. Bon, en gros, c'est l'histoire de quoi ? une prostituée qui flashe un après-midi, vers 15h, sur un mec avec une moustache. Passons sur le...

le 24 oct. 2011

25 j'aime

25

Casque d'or
-Marc-
8

La loi du milieu (sans loi)

A la belle époque, une histoire d'amour chez les apaches: superbe cadre pour un drame romantique. Pendant que les riches viennent s'encanailler dans les milieux interlopes, les ouvriers travaillent...

le 13 janv. 2014

15 j'aime

1

Du même critique

As Bestas
Cinephile-doux
9

La Galice jusqu'à l'hallali

Et sinon, il en pense quoi, l'office de tourisme galicien de As Bestas, dont l'action se déroule dans un petit village dépeuplé où ont choisi de s'installer un couple de Français qui se sont...

le 27 mai 2022

76 j'aime

4

France
Cinephile-doux
8

Triste et célèbre

Il est quand même drôle qu'un grand nombre des spectateurs de France ne retient du film que sa satire au vitriol (hum) des journalistes télé élevés au rang de stars et des errements des chaînes...

le 25 août 2021

76 j'aime

5

The Power of the Dog
Cinephile-doux
8

Du genre masculin

Enfin un nouveau film de Jane Campion, 12 ans après Bright Star ! La puissance et la subtilité de la réalisatrice néo-zélandaise ne se sont manifestement pas affadies avec Le pouvoir du chien, un...

le 25 sept. 2021

70 j'aime

13