Adam McKay continue de faire évoluer son cinéma, qui était associé principalement à des comédies, vers quelque chose de plus sérieux. On voyait déjà avec Very Bad Cops cette volonté de parler de sujets plus graves avec son délirant générique de fin expliquant la crise des subprimes (crise à laquelle consacrera un film tout entier par la suite : The Big Short). Il semble ici avoir trouvé un équilibre en comédie et drame (disons que c'est quand même un peu léger au niveau du ton que son Vice, alors qu'on traite d'un sujet beaucoup plus grave : la fin du monde), malheureusement le film a quelques défauts qui le plombent un peu.


Bon il faut savoir que moi la fin du monde c'est un sujet qui me botte lorsque le traitement est intimiste (Melancholia pour ne citer que lui) parce qu'il permet d'explorer ce que font les personnages face à une mort certaine, à laquelle on ne peut pas échapper et qui touchera tout le monde. Donc sur le papier, aimant Adam McKay et vu le sujet, je devrais être au paradis.


En fait, j'apprécie le message du film plus que son exécution. Disons que j'ai eu l'impression pendant une bonne partie du film de revoir la critique des médias qui avait été faite dans les Anchorman, mais en moins bien.
Qu'on ne se trompe pas, ça a beau durer facilement 30min de trop, c'est jamais chiant, on passe un super moment, on a une super distribution, les acteurs semblent s'amuser et à part Timothée Chalamet qui n'est pas crédible une seule seconde en punk à chien sans chien, tout le monde est vraiment formidable. Mais il y avait moyen d'aller plus loin, d'être encore plus cynique, notamment avec le personnage de DiCaprio.


Je m'explique, on se retrouve face à un arc narratif totalement classique et banal de personnage : il a le cœur pur, mais il est perverti par le système, l’appât du gain et les formes de Cate Blanchett (ça pourrait arriver à n'importe qui, ne le jugez pas), avant de se racheter... Là où en fait finalement un type qui devient véritablement un sale type, reniant tous ses principes aurait été plus intéressant.


DON'T REDEMPTION THE PERSO OF LEO SVP


Disons qu'il aurait été plus intéressant pour la dramaturgie de sortir de ce schéma éculé et de faire en sorte qu'il se rende compte trop tard de son erreur.


L'autre souci du film, c'est qu'il tourne un peu en rond, qu'il tortille du cul pour chier droit. Le message est clair et est assené par DiCaprio : on s'en fout de vos opinions politiques, on parle de science, les faits sont là et peu importe vos opinions politiques, les faits resteront les mêmes. Forcément, en pleine pandémie, difficile de ne pas penser au covid, surtout quand la question de la vérification par les pairs se pose, mais aussi au réchauffement climatique... Bref, sur tous les sujets où les scientifiques sont reçus avec mépris sur les plateaux télés, où on refuse de les écouter parce qu'il faut vendre de la joie et de la bonne humeur afin que la ménagère responsable des achats soit de bonne humeur devant la pub.


Et ça marche affreusement bien. C'est totalement transparent... entre ceux qui ne croient pas au covid, au réchauffement climatique ou que sais-je encore, on retrouve les personnages du film qui ne croient pas que la comète existe... et à côté de ceux qui pensent que le réchauffement climatique est une bonne chose car il permettra d'exploiter l'arctique, on a donc une sorte de Steve Jobs de wish dans le film qui veut exploiter les ressources de la comète en la laissant se cracher.


Bref, le parallèle avec la comète fonctionne vraiment bien et permet au film d'être audible, car étant donné qu'on est dans un cas fictif, les sensibilités les militants politiques les plus hargneux et fragiles sont préservées et le message du film a plus de chances d'être entendu : écoute les scientifiques (et ceux qui utilisent la méthode scientifique, pas ceux qui te vendent une vision du futur de l'humanité ou que sais-je). (c'est aussi la plus grosse erreur du film, croire que c'est facile pour le commun des mortels de faire la différence entre les deux)


Sauf que ce message que j'apprécie, que je trouve bien amené est un peu noyé dans des histoires personnelles peu intéressantes et surtout ça manque d'évolution. Je veux dire les mêmes scènes se reproduisent encore et encore, alors je comprends pourquoi elles se reproduisent : ils ne sont jamais réellement crus, sauf qu'il aurait fallu réussir à montrer avec la mise en scène qu'on franchit à chaque fois une étape dans la négation du réel.


Et en fait je me retrouve à trouver le film meilleur sur le traitement médiatique et politique de la catastrophe que sur le côté intime qui est d'habitude ce qui me plait. La fin est terriblement nulle quand même... limite trop facile et surtout vu que tout ça fait faux et arrangé, il y a aucune émotion qui s'en dégage et c'est quand même un problème.


Donc si le côté satire politique fonctionne, au niveau des personnages et de leur écriture, c'est pas réellement ça. Disons que là où le film marche le mieux c'est lorsqu'on est dans la farce avec Meryl Street qui nous fait une Trump ou Mark Rylance qui joue donc le Steve Jobs du pauvre (avec quelques relents d'Elon Musk). Les réactions sur les réseaux sociaux fonctionnent assez bien également et sont assez réalistes finalement (ce qui est assez déprimant) où on se rend compte que la forme compte mille fois plus que le fond et que le fond n'a de toutes façons aucune façon de passer dans les médias... Si tu t’énerves t'es hystérique et si tu restes calmes t'es pas plus audible, on veut juste te baiser...


Il en résulte finalement un film "intéressant", avec toute la connotation négative que ça peut entraîner... et je pense que pour être meilleur les personnages auraient dû être mieux écrits ou bien plonger clairement dans la farce.

Moizi
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Top films vus en 2021

Créée

le 26 déc. 2021

Critique lue 7.5K fois

62 j'aime

8 commentaires

Moizi

Écrit par

Critique lue 7.5K fois

62
8

D'autres avis sur Don't Look Up - Déni cosmique

Don't Look Up - Déni cosmique
heinrichvonzimmel
5

Manque de finesse

Le film a quelques bonnes idées mais ne parvient pas à trouver son équilibre entre la satire de la société et la grosse farce, ce qui le rend un peu indigeste. On dirait qu'Adam Mc Kay veut être à la...

le 31 déc. 2021

144 j'aime

12

Don't Look Up - Déni cosmique
Samu-L
8

Heureux ceux qui s'attendent toujours au pire, car ils seront exaucés.

Don't Look up est une grosse farce allégorique satirique aussi désespérante que désopilante qui dénonce l'incapacité de prendre des mesures face aux problématiques du changement climatique ou à...

le 10 janv. 2022

119 j'aime

6

Don't Look Up - Déni cosmique
Plume231
7

Mort aux cons !

Ce film a un très gros problème : il est très crédible. Oui, on aimerait bien s'illusionner, se dire que c'est exagéré, trop délirant, même que c'est impossible. Mais non, ce serait passé à côté d'un...

le 25 déc. 2021

89 j'aime

16

Du même critique

Star Wars - L'Ascension de Skywalker
Moizi
2

Vos larmes sont mon réconfort

Je ne comprends pas Disney... Quel est le projet ? Je veux dire, ils commencent avec un épisode VII dénué de tout intérêt, où on a enlevé toute la politique (parce qu'il ne faudrait surtout pas que...

le 21 déc. 2019

492 j'aime

48

Prenez le temps d'e-penser, tome 1
Moizi
1

L'infamie

Souvenez-vous Bruce nous avait cassé les couilles dans sa vidéo de présentation de son "livre", blabla si tu télécharges, comment je vis ? et autre pleurnicheries visant à te faire acheter son...

le 29 nov. 2015

303 j'aime

146

Le Génie lesbien
Moizi
1

Bon pour l'oubli

Voici l'autre grand livre « féministe » de la rentrée avec Moi les hommes je les déteste et tous les deux sont très mauvais. Celui la n'a même pas l'avantage d'être court, ça fait plus de 200 pages...

le 4 oct. 2020

243 j'aime

61