👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le problème de Thomas Vinterberg est d'avoir atteint un niveau très élevé dès son deuxième long-métrage, Festen, sans être capable de réitérer pareille performance par la suite, malgré quelques œuvres notables (La chasse). Drunk, par ses audaces et ses ambigüités, replace le cinéaste au plus haut avec cette fable imbibée qui est aussi un film splendide sur l'amitié et la douleur d'exister. Derrière son point de départ, que l'on s'accordera à trouver un brin fumeux, Drunk contemple le verre à moitié vide (ou plein) de nos vies, à l'aune d'une société dont les rituels festifs ont de sérieux relents éthyliques. Un grand film mélan(al)colique, pas moralisateur pour un sou, transgressif ma non troppo, et surtout très humain, même si on aurait aimé que la gent féminine soit davantage présente dans cette fausse version soiffarde de La grande bouffe, qui penche d'ailleurs plutôt vers Cassavetes. Tout y est distillé avec intelligence, temps euphoriques et moments d'anxiété, avec de pertinents regards sociaux et familiaux, en prime, tout en maîtrisant les excès et les dérèglementsde son sujet, ce à quoi Vinterberg, 20 ans plus tôt, aurait été sans doute moins attentif. Le scénario est impeccable, la mise en scène fluide et l'interprétation remarquable. Il serait dommage de n'avoir d'yeux que pour Mads Mikkelsen, formidable comme à l'accoutumée, tellement ses compagnons de beuverie brillent, eux aussi, dans des registres différents pour chacun. Drunk, l'un des meilleurs films de la cuvée cannoise 2020 est à consommer sans aucune espèce de modération.

6nezfil
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Au fil(m) de 2020 et Les meilleurs films de 2020

il y a plus d’un an

51 j'aime

Drunk
EricDebarnot
8
Drunk

På din !

On pensait Vinterberg incapable d'égaler son formidable "Festen", et on s'était habitué à le voir sortir, bon an, mal an, des films plus ou moins bons. Et voilà que ce merveilleux "Drunk" nous...

Lire la critique

il y a plus d’un an

121 j'aime

20

Drunk
JonathanRodriguez
8
Drunk

Le foie des hommes

Deux ans seulement après Kursk, son film de sous-marin, Thomas Vinterberg retrouve avec Drunk l’aventure de groupe initiée par Festen et La Communauté. Un retour gagnant pour un film aussi...

Lire la critique

il y a plus d’un an

98 j'aime

2

Drunk
JasonMoraw
9
Drunk

Santé !

Lassés d’une vie routinière et ennuyeuse, quatre professeurs de lycée expérimentent la thèse du psychologue norvégien Finn Skårderud. Ce dernier soutient l’idée que l’humain aurait un déficit...

Lire la critique

il y a plus d’un an

87 j'aime

36

The Power of the Dog
6nezfil
8

Du genre masculin

Enfin un nouveau film de Jane Campion, 12 ans après Bright Star ! La puissance et la subtilité de la réalisatrice néo-zélandaise ne se sont manifestement pas affadies avec Le pouvoir du chien, un...

Lire la critique

il y a 9 mois

61 j'aime

12

Mon inconnue
6nezfil
7
Mon inconnue

Relativité restreinte

Et si on supprimait les bandes-annonces des salles de cinéma ? Celle de Mon inconnue, outre le fait qu'elle dévoile copieusement tous les tenants et presque les aboutissants du film, en accentue la...

Lire la critique

il y a 3 ans

55 j'aime

9

Drunk
6nezfil
8
Drunk

Mélan(al)colique

Le problème de Thomas Vinterberg est d'avoir atteint un niveau très élevé dès son deuxième long-métrage, Festen, sans être capable de réitérer pareille performance par la suite, malgré quelques...

Lire la critique

il y a plus d’un an

51 j'aime