Est-ce que ça vous est déjà arrivé de spoiler les gens involontairement ? Moi oui. Je crois que c'est de famille. Mon grand père, quand il veut nous raconter un film qu'il a vu et qu'il veut nous conseiller, il commence toujours pas nous dire comment ça se termine. Mon père, il le fait aussi de temps en temps. J'avoue m'être surpris une ou deux fois à le faire, totalement involontairement. La plupart du temps, je sais tenir ma langue ou bien alors je demande à la personne à qui je raconte l'histoire : est-ce que tu veux que je te spoile l'histoire ? En général, je me doute qu'il va me dire oui parce que je sais qu'il n'en a rien à fiche de ce film. Donc j'y vais de bon cœur, n'hésitant pas à me montrer sévère plus que de raison.


Je dis ça parce qu' "Orphan", on me l'a spoilé il n'y a pas très longtemps. Je ne suis pas du genre à fuir les spoilers car je pense que si un film ne repose que sur des retournements de situation, alors il est bien pauvrement construit. Et lorsqu'on m'a révélé la surprise de ce film, je me suis dit que de toutes façons je ne verrais pas ce film avant longtemps et que j'aurais le temps de l'oublier. Je ne pensais alors pas que le film se trouvait dans la pile suivante à dévorer ! Mais bon soit. Ce n'est pas le fait d'avoir été spoilé qui m'a gâché le film, mais bien la construction.


Ça commence pourtant bien. Les premières scènes installent une ambiance à mi-chemin entre le drame familiale et l'horreur grotesque. C'est amusant. Malheureusement, après les présentations des personnages, les auteurs enchaînent les scènes à une vitesse folle, omettant de creuser les relations la plupart du temps. Il reste quelques moments forts, mais ils sont rares et souvent courts, on ne profite pas !


Il y a aussi des choix scénaristiques qui agacent, notamment les réactions des personnages qui les décrédibilisent : le psy par exemple, dont le manque de discernement aurait dû être mieux amené ; le mari qui ne veut rien voir alors que la femme voit tout. Il y a tout de même de bonnes choses dedans. Un côté un peu grotesque ; malheureusement les auteurs n'atteindront jamais plus le niveau de la première séquence, mais il reste de bonnes idées dans l'utilisation des enfants (scène du pigeon). La fin est un peu longue aussi. On sent bien que l'auteur avait préparé ces scènes, mais en soi elles ne servent à rien.


Ce que je ne comprendrai jamais, c'est pourquoi faire des films à twist. Le retournement de situation est toujours censé être génial, nous retourner notre cerveau pour mieux le violer. Si l'idée est si géniale, pourquoi ne pas l'exploiter ? Parce que le twist, dans un film, ça arrive souvent à la fin de l'histoire, donc au moment le moins propice pour réellement approfondir cette donnée. C'est censé donner une seconde lecture au film lorsqu'on le revoit aussi. Dans mon cas, je connaissais le fin mot de l'histoire en le lançant, et jamais les auteurs n'ont vraiment joué de cette info cachée. C'est regrettable. En annonçant la couleur directement, ça aurait permis de mieux jouer avec le sujet et surtout de jouer avec l'ironie dramatique. L'ironie dramatique, c'est quand nous, spectateurs, savons des choses que même les héros du film ne savent pas. Cela permet surtout aux scénaristes d'imaginer des trucs complètement fous où le spectateur bavent de temps de sadicité alors que les héros ne comprennent rien à ce qui leur arrive. Alors entre tout ce riche déploiement et la surprise d'un twist à peine approfondi, personnellement j'ai vite choisi...


Côté mise en scène, j'ai regretté les nombreux éléments issus des films d'horreur ; car "Orphan" est plus un thriller qu'un film d'horreur. Et certaines scènes auraient gagné à être montrées plus simplement, sans artifices liés à un genre. L'action est un peu surdécoupée, tout juste lisible. les effets gores convaincants. Les acteurs très bons, surtout la belle Vera Farmiga.


Bref, "Oprhan" reste un divertissement sympathique, avec quelques très bonnes idées, mais qui s'avèrent assez pauvrement exploitée.


Je vais me permettre de jouer avec le bandeau du spoiler tiens !


Pour ce qui est de la mort du père, je regrette un peu le déroulement. Puisque la mère devait être isolée et rejetée de sa famille, pourquoi ne pas aller jusqu'au bout ? Pourquoi ne pas laisser le père se laisser charmer un peu plus par cette femme-enfant ? Ç'aurait vraiment été pervers et glauque, mais bon sang, ça aurait ajouté plein de tension. Et cela n'aurait rien changé. Car j'imagine bien le père être dégoûté en découvrant que la petite fille est en fait une petite vieille. Et là elle le tue parce que sa réaction la vexe.


Bonus : http://image.noelshack.com/fichiers/2016/18/1462615840-orphan.jpg

Fatpooper
5
Écrit par

Le 27 mars 2015

9 j'aime

Esther
Gand-Alf
5
Esther

Perfect daughter.

Il n'y a que ceux qui n'en côtoient pas au quotidien pour croire encore que l'enfant est un petit être innocent, angélique et adorable, alors qu'il n'est qu'en fait un monstre cruel et calculateur,...

Lire la critique

il y a 9 ans

26 j'aime

4

Esther
Bavaria
4
Esther

Critique de Esther par Mickaël Barbato

Typiquement le film appréciable superficiellement mais qui ne résiste pas dès que tu grattouilles quelques croûtes. Déjà, esthétiquement c'est racé. Pas le nom du réal en tête mais faudra suivre la...

Lire la critique

il y a 12 ans

18 j'aime

6

Esther
ScreenReview
7
Esther

La petite fille la plus flippante depuis Regan...

Troisième film seulement de Jaume Collet-Serra (après "La maison de cire", et "Goal II, la consécration"), "Esther" nous aura été vendu comme un film d'horreur lorgnant du côté de "La malédiction"...

Lire la critique

il y a 11 ans

17 j'aime

2

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

Lire la critique

il y a 6 ans

116 j'aime

33

Strip-Tease
Fatpooper
10
Strip-Tease

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

Lire la critique

il y a 8 ans

100 j'aime

45

Calvin et Hobbes
Fatpooper
10

Une fiction historique

J'avais beaucoup entendu parler de Calvin et Hobbes. Jusque là je m'étais refusé à acheter les albums car ceux trouvés en librairire sont franchement cher. Puis un jour, j'ai trouvé le tome 9 en...

Lire la critique

il y a 10 ans

80 j'aime

27