Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Après son magnifique feel good movie, Foreign Duck, Native Duck, and God in a coin locker, Yoshihiro Nakamura signe et confirme qu'il est l'un des réalisateurs japonais les plus talentueux de la nouvelle génération, dont la particularité réside tout autant dans la manière de raconter ses histoires, sa direction d'acteurs, que son utilisation de la musique (la diversité en moins), trois caractéristiques qui font de lui le Tarantino nippon (toutes proportions gardées). Sauf que sa croisade pour l'optimisme contre les cyniques me fait surtout penser à du Spielberg. Ainsi, une simple chanson s'intitulant Fish Story, pourtant issue d'un groupe Punk à la renommée confidentielle, va pouvoir sauver le monde, en tous cas selon ces commerçants de vinyles qui semblent pourtant bien naïfs, préférant écouter leur musique tout en évoquant l'arrivée prophétique de super-héros de programmes TV plutôt que de fuir cette catastrophe qui leur arrive en pleine tronche, dont le moral inébranlable est rabattu par un annonceur de mauvaises nouvelles.


Sur cette base, on suit plusieurs époques différentes (jusqu'à la naissance de la chanson), dont l'issue va être connue par le spectateur qu'à la fin de la pellicule dans un remontage linéaire vraiment bluffant. Des personnages qu'on trouve immédiatement attachants, car ce sont des freaks ou des nerds, timides ou sûrs d'eux-mêmes, sur qui on ne parierait pas un dinar, des laissés pour-compte unis par deux choses, une chanson dont il manque obscurément une partie, objet de bien de fantasmes qu'ils interprètent chacun d'une manière bien singulière, et une sincérité à toute épreuve (be yourself). Des tranches de vie bien sympathiques où on parle de culture-pop japonaise, d'intégrité artistique et de l'amitié contre la mode et les exigences de vente, d'appel de la justice contre les tyrans (vraiment kiffante cette partie), et de fin du monde, toutes unies sous la même bannière de cette chanson aux paroles incompréhensibles au premier abord, mais qui dégagent une bonne vibe qui donne envie d'aller de l'avant, et va influencer leur destinée.


Selon moi, du point de vue du film, ce n'est pas ici une chanson qui sauve le monde, mais le fait de bien raconter une histoire, avec un début apparemment anodin, une suite enchaînant les surprises avec un bon suspens en accordant de manière fluide à travers la destinée d'une chanson et la manière dont on la reçoit, petites histoires et la Grande, et une fin qui délivre la libération. Donc, encore une grande découverte du cinéma que je fais, qui fait du bien au moral, car au-delà de la façon dont on s'attache aux personnages, qu'on s'intéresse à ces micro-histoires, tous ces destins croisés nous parlent, peu importent leur réussite et leur échec laissés en suspens jusqu'au dénouement final. C'est là que réside la marque de ce réalisateur, de donner sens à la possibilité d'échouer (avec la culture Punk comme porte-étendard d'un bel essai qui n'était pas fait pour durer) tout en jouant sur un - génial - malentendu, car peut importe ce qui va suivre, suit ton coeur et tout ira bien. Une belle vague d'optimisme qui fait du bien, et un film que je classe parmi les cinq plus importants de cette décennie nippone en ce qui me concerne.


Yoshihiro Nakamura, un réalisateur qui est donc à retenir dans sa manière de livrer d'aussi belles histoires à tiroirs, unies sous le signe de l'importance et de l'universalité de la musique qui transcende les frontières entre individus et époques, et peut même sauver des vies. Un film-catastrophe digéré de manière fort originale, où chacun est un super-héros en puissance. Non, le cinéma nippon n'est pas mort (le Punk non plus d'ailleurs, pour ce qu'il représente du moins).

Arnaud_Mercadie
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Les meilleurs films des années 2000 et Le cinéma japonais n'est pas mort ! (2000 à nos jours)

Créée

le 17 avr. 2017

Critique lue 234 fois

1 j'aime

Dun

Écrit par

Critique lue 234 fois

1

D'autres avis sur Fish Story

Fish Story
Samu-L
8

Punk is alive and well and living in Tokyo

The story of my solitudeIf my solitude were a fishIt’d be so enormous, so militantA whale would get out of thereI know it wouldI’m sure it wouldDon’t assume that I’m deadDon’t assume that I’m...

le 18 déc. 2023

7 j'aime

3

Fish Story
charlesdavray
9

Critique de Fish Story par charlesdavray

Un groupe punk pré-Sex Pistols tente de produire un disque en 1975 au Japon. Le film retrace l'histoire des différents protagonistes et de l'influence exceptionnelle de cette oeuvre d'art sur le...

le 1 mai 2012

3 j'aime

Fish Story
Fatpooper
5

Histoires extraordinaires

Film au concept intéressant, mais inégal. En effet, le récit est composé de plusieurs petites histoires dont le lien nous sera donné à la fin. C'est vraiment inégal parce que toutes les histoires ne...

le 21 juin 2015

2 j'aime

Du même critique

Qui sera le boss à Hiroshima ?
Arnaud_Mercadie
8

Critique de Qui sera le boss à Hiroshima ? par Dun

C'est avec ce second épisode que je prends enfin la mesure de cette ambitieuse saga feuilletonesque sur les yakuza, qui mériterait plusieurs visions pour l'apprécier totalement. Alors que j'étais en...

Par

le 15 avr. 2017

8 j'aime

Mind Game
Arnaud_Mercadie
8

Critique de Mind Game par Dun

J'avoue avoir repoussé la séance à cause de l'aspect expérimental de cet animé de peur de me retrouver dans du sous Lynch un peu trop obscur (non que je déteste l'idée, mais ça peut rapidement tomber...

Par

le 5 mars 2019

8 j'aime

Le Sabre
Arnaud_Mercadie
9

De la perfection de l'art samouraï

Là où Tuer se distinguait par son esthétique élégante et toute en retenue, conforme à une certaine imagerie traditionnelle du Japon médiéval, Le sabre frappe par sa simplicité et son épure formelle...

Par

le 27 avr. 2017

8 j'aime