⚠️ Une maintenance est prévue le Mercredi 26 juin à 8h00 pour une durée d'environ 2h. Le site sera inacessible pendant cette période.

[L'article sur le blog]


Paradoxe : plus le réalisateur Ben Wheatley s'attaque à un sujet simple, plus il montre ses limites.


Je l'ai attendu ce film, rien que l'affiche promettait du bon, j'en avais pas vu de pareille depuis celle de Mi$e à Prix. C'était il y a dix ans, ça sortait aussi en période estivale, et c'était aussi un film-concept : planqué en haut d'un hôtel de Vegas, un témoin clé se faisait courser à la fois par des chasseurs de primes concurrents et par le FBI venu le protéger. Comme Free Fire, la distribution était improbable mais réjouissante (Ben Affleck, Alicia Keyes, Ryan Reynolds, Jeremy Piven...). Et contrairement à Free Fire, il y avait un mec à la barre qui magnifiait son pitch.


Quand tu vas au restau, tu vois si y a du niveau lorsque la cuisine t'éblouit avec les plats les plus simples - genre une pizza, napolitaine si possible. La ramener avec un mets à 40 balles, c'est en fait plus facile, archi préparé car en tête de gondole. Si avec un truc plus populaire et passe-partout le chef se met quand même en quatre, que la pâte est nickel, la base tomate savoureuse et, surtout, que les anchois sont pas salés à mort mais de petites merveilles d'équilibre gustatif, tu sais que l'enseigne respecte le client.


Ici, Ben Wheatley n'est pas en train d'adapter du J. G. Ballard comme avec son précédent film, High Rise, ni de tenter une ambiance malsaine à la Wicker Man comme avec son sidérant Kill List. Pas de grand auteur ou de grand sujet pour base. Free Fire, c'était pas compliqué, truands vs. truands dans un hangar. T'as quartier libre, à toi d'être inventif pour exploiter ce concept. On sait que tout ça n'est pas sérieux, et comme un fait exprès, c'est sans doute pour ça que le film n'est pas fait sérieusement. Vu qu'il n'y a ni intrigue anxiogène ni univers chelou à se mettre sous la dent ce coup-ci, Wheatley se retrouve à poil.


Et bon sang que ça fait mal de voir un casting aussi cool se démener avec des personnages à peine écrits, des scènes entières où ils balancent des répliques au petit bonheur la chance à plusieurs mètres de distance (reconnaissons-le, certaines sont très drôles) et, surtout, un manque flagrant de construction scénique. Si Free Fire se laisse regarder, à aucun moment il ne provoque le petit frisson propre aux séries B à la fois fun et bien fichues. On se retrouve plutôt à voir des comédiens brillants ramper dans de la poussière et des cailloux pendant 90 minutes !


Pourquoi pas après tout, et le film donne au départ l'impression de jouer la carte du body count - en gros, qui va finir par caner à force de se prendre une bastos, puis deux, trois etc. La piste est un peu explorée mais demeure lettre morte, le décor lui-même n'étant pas exploité de façon stimulante. Et quand Wheatley se décide enfin à redistribuer un peu les cartes, on est déjà assommé par son montage approximatif et ses effets de styles qui tournent en rond. Niveau gunfight, c'est maigre aussi, Free Fire empilant les plans au lieu de les choisir pour faire naître un crescendo.


Dénué de personnages marquants autant que de suspense, Free Fire est un pétard mouillé qui reste regardable grâce aux efforts des comédiens, plus quelques pointes d'ultra violence qui, elles aussi, arrivent trop tard pour faire illusion. Si vous n'avez jamais vu un gunfight à huis clos de votre vie, vous pouvez tenter le coup, mais pour peu que vous soyez déjà tombés sur Time and Tide ou que vous ayez joué à la trilogie Max Payne, y a de fortes chances pour que ce divertissement desséché sonne creux à vos oreilles.


De par chez moi, Mi$e à Prix s'était vu exclu des salles art & essai et n'avait eu droit qu'à un multiplexe, le temps de deux semaines en VO. Inversement, Free Fire n'est nulle part chez les grosses salles et se trouve cantonné à une salle art & essai. Le statut d'auteur de Ben Wheatley n'y est pas pour rien, et il faut se réjouir que ce genre de petit OVNI sorte en salle. Tirer sur l'ambulance ne servant pas à grand chose dans le cas d'une sortie ciné aussi confidentielle, je vous conseille plutôt de laisser sa chance au Mi$e à Prix de Joe Carnahan, vraie très bonne surprise passée inaperçue et qui, même si on n'y adhère pas, propose bien plus de cinoche que ce tour de manège vain qu'est Free Fire.


Probable que le dernier Wheatley sera hâtivement classé "hommage à Reservoir Dogs" (son affiche française, avec ses cinq couleurs antagonistes, ne s'en cache pas), or on n'est plus proche d'un sous Guy Ritchie (lui-même un sous-Tarantino) au rythme aléatoire. Bref, un projet appétissant mais dépassionné, faute d'être vraiment traité. Quel dommage...

Fritz_the_Cat
4
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Découverts en 2017, dans mon panier ou au ciné... et Les plus mauvais films de 2017

Créée

le 14 juin 2017

Critique lue 570 fois

17 j'aime

8 commentaires

Fritz_the_Cat

Écrit par

Critique lue 570 fois

17
8

D'autres avis sur Free Fire

Free Fire
Behind_the_Mask
6

♪ Non je ne me souviens plus du nom des balles perdues ♫

Un huis-clos dans une usine désaffectée et une vente d'armes qui tourne mal font penser que Ben Wheatley, en tournant Free Fire, est allé voir du côté de Quentin Tarantino et de son Reservoir Dogs,...

le 7 juil. 2017

24 j'aime

7

Free Fire
jérômej_
3

Dommage, l'affiche avait de la gueule !

Un film dont je n'attendais pas grand chose, au mieux une belle petite surprise. Mais non, rien de cela, juste de l'ennui et l'envie que ça se termine vite. Ce film est d'un vide abyssale, pas de...

le 22 juil. 2017

22 j'aime

13

Free Fire
Fritz_the_Cat
4

Beaucoup de bruit pour rien

[L'article sur le blog] Paradoxe : plus le réalisateur Ben Wheatley s'attaque à un sujet simple, plus il montre ses limites. Je l'ai attendu ce film, rien que l'affiche promettait du bon, j'en avais...

le 14 juin 2017

17 j'aime

8

Du même critique

Eternal Sunshine of the Spotless Mind
Fritz_the_Cat
9

La Prochaine fois je viserai le coeur

Ca tient à si peu de choses, en fait. Un drap qui se soulève, le bruit de pieds nus qui claquent sur le sol, une mèche de cheveux égarée sur une serviette, un haut de pyjama qui traîne, un texto...

le 4 sept. 2022

222 j'aime

34

Lucy
Fritz_the_Cat
3

Le cinéma de Durendal, Besson, la vie

Critique tapée à chaud, j'ai pas forcément l'habitude, pardonnez le bazar. Mais à film vite fait, réponse expédiée. Personne n'est dupe, le marketing peut faire et défaire un film. Vaste fumisterie,...

le 9 août 2014

220 j'aime

97

Le Loup de Wall Street
Fritz_the_Cat
9

Freaks

Rendre attachants les êtres détestables, faire de gangsters ultra-violents des figures tragiques qui questionnent l'humain, cela a toujours été le credo de Martin Scorsese. Loin des rues de New-York,...

le 25 déc. 2013

217 j'aime

14