Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

La bande originale de Sakamoto a fait son entrée dans le foyer paternel probablement l'année de parution. Nous passions souvent le disque quelques 3 ou 4 fois de suite.
Peut être dix ans plus tard, privilège parisien, le hasard m'a mené à une salle qui projetait le film. J'ai bu un verre au troquet en attendant la séance. Juste après, j'y suis retourné retourné. Ça devait se voir qu'il me fallait un calva, la barmaid m'a regardé bizarrement, m'a servi bistro. Je trouvais, moi, que c'est elle qui avait un drôle d'air. En regardant les visages autour de moi, tous l'avaient ce drôle d'air, derrière le faciès au rictus figé du Sergent Hara imprimé sur mes rétines.


Aujourd'hui, 25 ans de plus ont passé. Je revois le film, de retour dans ce foyer qui fut le notre. Dans cette même pièce, qui a beaucoup changé depuis, où nous écoutions le disque. Et c'est comme si je voyais Furyo pour la première fois. J'avais en mémoire la trame principale du film, et une image du camp, vague, qui se mélait désagréablement avec celui du Pont de la rivière Kwaï.
Tout de suite, Kitano; dans la courte intro précédant le générique, où il est credité de son seul Takeshi. Pourtant, à ce moment, nulle réminiscence de ma persistance rétinienne hallucinatoire. Pire, je n'ai pas le plus petit souvenir de ce plan de fin. Je suis juste surpris de le trouver là, comme un vieux pote perdu de vue depuis des lustres, sûrement depuis Sonatine.
Je remarque incidemment que presque tous les plans sont fixes, et, direct à l'estomac : traveling et zoom avant sur Sakamoto, pétrifié en plein tribunal par ce coup de foudre inacceptable, inexorable, définitif.


Aurais-je vu la première fois une version expurgée, amputée de cette scène du tribunal ? Impossible. Non, je dois me rendre à l'évidence, mon cerveau a censuré la presque totalité du film, comme s'il l'assimilait à un trauma.
Bowie tour à tour indolent, insolent, hieratique, faible, moqueur, dominant, héroïque ou traître. Sakamoto qui porte l'uniforme comme personne, plus beau qu'Eros lui-même, sa bouche Bardot, belle et boudeuse, impassible mais a son corps et âme defendants expressif, touché. Cette face, cette joute, il la perd, accumulant les coupables compromissions publiques, rependant la honte autour de lui, sur ses subordonnés médusés. Kitano et son sourire benêt, ses yeux tristes, son parler mitraillette, ses balourdises éthérées, semble le seul à comprendre, intuitivement, en père Noël à la fois tortionnaire et débonnaire.


Le visage de Bowie meurt, pour que les baisers indus soient dissous dans le sable et pour que s'achève cette guerre qui eut raison du vieux Japon, et de ses dettes d'honneur surannées.


Et puis, tel un diable en boîte, le visage de Kitano me saute à la gueule, et tout ressurgit. Le quartier latin, l'affiche du film, le troquet, la barmaid, et Kitano, toujours là,
Au fond des yeux.

Kinovor-Cinefaj
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur.

Créée

le 19 août 2021

Critique lue 31 fois

1 j'aime

1 commentaire

Kinovor-Cinefaj

Écrit par

Critique lue 31 fois

1
1

D'autres avis sur Furyo

Furyo
Before-Sunrise
8

Hara qui rit

Furyo c’est d’abord un thème musical magnifique qui vous titille les lacrymales pendant tout le long du film. De plus, au-delà d’un film de guerre et d’une histoire de confrontation entre deux...

le 2 sept. 2013

51 j'aime

1

Furyo
Veather
6

Fast and Furyo

Si l'on m'avait dit, avant de connaître SC, qu'un jour j'irais me manger dix heures de train en un week-end, juste pour aller à Strasbourg rencontrer des inconnus et voir avec eux un film Japonais de...

le 23 mars 2015

44 j'aime

31

Furyo
Gand-Alf
8

Fatal attraction.

Co-production entre le Japon et la Grande-Bretagne, "Furyo" est adapté de deux ouvrages signés Laurens Van der Post, qui revenaient sur l'expérience de l'auteur pendant la seconde guerre...

le 21 mars 2015

38 j'aime

Du même critique

La Colonie
Kinovor-Cinefaj
8

Elite delitée

Pour plusieurs raisons, je trouve certaines similitudes entre Tides et Settlers dont j'ai pondu une critique ici même. Le scénar post-apocalyptique, bien sûr. Des décors naturels forts, ensuite. Une...

le 23 juil. 2021

5 j'aime

1

OVNI(s)
Kinovor-Cinefaj
2

SF en VO, style PQ.

Pourquoi faut-il que la comédie s'invite par tous interstices dès lors que la production est française ? Pourquoi tenter de faire marrer à chaque réplique, surtout si c'est pour se planter...

le 31 juil. 2021

4 j'aime

2

Major Grom : Le Docteur de Peste
Kinovor-Cinefaj
4

De peste ou de choléra

Pour commencer, qu'est-ce que ce "de" fait là, dans "le docteur de peste"? Docteur Peste tout court semble tellement évident. C'est d'ailleurs comme ça qu'il est nommé par tous les protagonistes. Je...

le 27 juil. 2021

4 j'aime