👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Dire que j'ai été déçu par "Get Out" serait un euphémisme. Sa campagne de communication vantant son succès public et critique aux US a sans doute plutôt bien marché sur moi. Même chose pour la bande annonce bien foutu et intrigante à souhait, ainsi que pour l'idée global du film. Un film d'horreur vu par le prisme du racisme. Voilà qui est alléchant. J'imagine que j'en attendait trop.

Au final, si je n'ai pas aimé Get Out, c'est pour une seule raison. Quand je vais voir un film d'horreur, je m'attends à être tendu, stressé, à avoir peur. Et ce du début jusqu'à la fin. Pas à rire ! Car oui ! Ce putain de film est drôle. Parfois volontairement, parfois involontairement, ce qui est plus problématique.

Tout d'abord, l'humour volontaire. Qu'il soit présent en début de film n'est pas un problème en soi. Ça permet de traduire l’insouciance des personnages, qui sont loin de se douter des horreurs qui les attendent. Cet humour est surtout incarné par le personnage de Rod, le meilleur pote de Chris, le personnage principal, qui n'a pas sa langue dans sa poche, et qui est il faut le dire est vraiment drôle (apparemment l'acteur a fait ses début par du stand-up). Mais pourquoi diable ponctuer le film de plusieurs de ses apparitions qui ont toutes la forme d'un putain de sketch ? Dès que le réalisateur parvient enfin à construire un début de tension, il démoli tout avec un de ses sketchs. Et une fois que toute la salle à bien rigolé, le real nous ramène brutalement vers la trame principal, alors que toute la tension initiale est retombé. Imaginez, c'est un peu comme si le black de The Shinning avait été incarné par Eddie Murphy ! Vous visualisez ? Bah voilà, c'est un peu ce qu'on obtient avec Get Out.

Maintenant, parlons de l'humour involontaire. Sans doute le plus cruel et révélateur de ce qui fait de Get Out un mauvais film. Le film est remplie de bonnes idées de mise en scènes. Niveau réalisation, on peut difficilement reprocher quoi que ce soit à ce film. J'imagine que ma gêne est plutôt due à une question de dosage ou de timing. C'est difficile à expliquer. Globalement, je trouve que certaines scènes censé nous faire peur vont trop loin dans la surenchère. Le plus révélateur selon moi c'est la rencontre des deux domestiques. Quand Chris arrive dans la famille, il n'a aucune raison d'être effrayé ou intrigué par quoi que ce soit. En théorie, le spectateur non plus (sauf qu'il a vu la bande annonce, le con.). Alors pourquoi appuyer chaque apparition de ses deux protagonistes par une énorme musique effrayante, des grands angles biscornue et des acteurs à la limite su surjeu ? OK, il sont tous les deux un peu bizarre, mais à ce moment du film, on n'a aucune raison d'avoir peur d'eux. Alors que la mise en scène semble vouloir le contraire. Du coup, le premier réflexe d'un spectateur mis face à une scène voulant absolument l'effrayer, mais n'y parvenant pas, et bien c'est de rire. Pour bien montrer à toute la salle qu'il n'a pas peur. Je pourrais aussi citer la scène de "l'opération", et ce choix étrange d'avoir placé une sorte de chant en latin hyper grandiloquent qui ferais passer la chevauché des Walkirie pour un berceuse, ainsi que le scène qui suit. Celle des "bois de cerf". Heureusement toutes les scènes de tensions ne sont pas comme ça. Certaines sont franchement réussi. Mais pour qu'un film d'horreur soit réussi, il ne faut pas relâcher la tension. Ne serais-ce qu'une seconde. Là le film ressemble plus à une montagne russe flirtant tantôt avec le film d'épouvante "noble", tantôt avec la comédie, et parfois avec le coté too much d'un Evil Dead.

Quand au coté "prisme du racisme", il est très mis en avant, mais devient totalement illégitime une fois que le pourquoi du comment nous est révélé. Même le personnage principal le demande : "pourquoi faites vous ça aux noirs ?". La réponse sera plutôt évasive. On pourrait presque faire le même film sans aborder la question de la couleur de peau.

Je ne sais pas si j'attendais trop de chose de ce film, ou si il est objectivement mauvais. Peut-être que je l'aurais plus apprécié sans être parasité par le rire des spectateurs de la salles. Une chose est sur, j'ai été déçu.

Pom_Pom_Galli
3
Écrit par

il y a 5 ans

38 j'aime

15 commentaires

Get Out
Behind_the_Mask
7
Get Out

I am not your negro

Wahou ! C'est que c'était bien, finalement, Get Out ! Behind est soulagé car il craignait d'avoir payé sa place pour un pamphlet politique qui aurait dépassé son genre de départ, que le masqué...

Lire la critique

il y a 5 ans

113 j'aime

7

Get Out
BobChoco
5
Get Out

I told you so

Bon, pour ceux qui n'ont pas vu le film, passez votre chemin. Ce qui m'a attiré de prime abord, c'est le "genre : horreur" annoncé par la com sur la toile couplée au pitch: "Chris est noir. Chris...

Lire la critique

il y a 5 ans

108 j'aime

12

Get Out
Clairette02
8
Get Out

Man, I told you not to go in that house.

Des bienfaits de ne pas trop se renseigner sur un film... Je suis allée voir Get out en pensant qu'il s'agissait d'une comédie, portant sur le racisme aux Etats-Unis. Pas sûr que le terme de...

Lire la critique

il y a 5 ans

92 j'aime

8

Get Out
Pom_Pom_Galli
3
Get Out

A part ça, j'ai bien rigolé.

Dire que j'ai été déçu par "Get Out" serait un euphémisme. Sa campagne de communication vantant son succès public et critique aux US a sans doute plutôt bien marché sur moi. Même chose pour la bande...

Lire la critique

il y a 5 ans

38 j'aime

15

Le Pacte des loups
Pom_Pom_Galli
3

Dedant ya un indien ki fai du koung fou

J'ai su que le film allait être moisi dès la première scène. On y voit une jeune femme au décolleté plongeant courir dans la cambrousse, visiblement apeuré par le truc qui la poursuit. Jusque là tout...

Lire la critique

il y a 5 ans

23 j'aime

Toni Erdmann
Pom_Pom_Galli
3
Toni Erdmann

film_chiant.ppt

J'ai vraiment du mal à comprendre l’engouement de la presse pour ce film. Les allemands sont réputés pour être froids et ce n'est pas avec ce film qui vont bousculer nos idées reçus. Pourtant le film...

Lire la critique

il y a 5 ans

23 j'aime

4