Seconde réadaptation du Samouraï de Melville (après The Killer, de John Woo), Ghost Dog s'inscrit dans la lignée de réussite de ses 2 prédécesseurs.

On renoue ici avec le calme du film originel, avec un Forest Whitaker qui envahit l'écran de sa présence, dans cette guerre, plus de principe que pour la survie, contre la Mafia.
Guerre qui est prétexte à brosser une galerie de portraits ridicules, mais attachants, avec pas mal d'humour bien noir (mention à la mort par crise cardiaque d'un mafieux qui a une arme pointée sur lui :D).

Bien sûr, il y a la Voie du Samouraï, qui pèse sur le film, avec les séquences introduites par des extraits, et un Ghost Dog qui suit scrupuleusement cet art de vivre. Le film offre ainsi une réflexion tacite sur la loyauté, et dépeint également la fin d'une époque.

Ghost Dog mis à part, la plupart des personnages liés au crime ont bien 45-50 ans minimum. Ils sont l'illustration d'une époque où prévalaient le respect et la loyauté.
Et, paradoxalement, c'est en restant fidèle à ces convictions envers un personnage qu'ils vont les trahir envers Ghost Dog, lançant cette impitoyable guerre et la fin de toute cette époque.

Le paroxysme sera atteint dans la séquence d'assaut sur le château, où Jarmusch vient cette fois rejoindre John Woo, faisant de Whitaker un Chow Yun-Fat américain, les ralentis en moins, mais la même classe, et la même impassibilité de tueur professionnel.
Jusqu'à ce duel final, sanglante et logique conclusion d'une vie dédiée à la Voie du Samouraï, à son suzerain.

Et puis, il y a Raymond, qui n'est pas capable de tenir une vraie conversation, mais qui semble parfaitement comprendre Ghost Dog, et la réciproque semble aussi vrai, et la petite Pearlynn.
Tous 2 sont l'incarnation de l'espoir et de l'avenir. Mais un samouraï peut-il y avoir droit ?

Ghost Dog est un western moderne, teinté d'esprit japonais, qui parle d'une période révolue, et le fait de fort belle manière.
Un film marquant.
Lonewolf
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Quand les Français inspirent les autres

Le 19 mai 2011

33 j'aime

Ghost Dog - La Voie du samouraï
Sergent_Pepper
8

L’ascète samouraï

L’inimitable grâce avec laquelle Ghost Dog se déplace dans la ville résume à elle seule la place de Jarmusch dans le cinéma indépendant américain : présent, mais intouchable, presque inaperçu des...

il y a 6 ans

113 j'aime

8

Ghost Dog - La Voie du samouraï
DjeeVanCleef
9

Le Dernier Samouraï

La balade funèbre de Jim Jarmusch, télescope les codes des films de Samouraïs et ceux du Polar US. On y croise un samouraï érudit ( Forest Whitaker, grand et souple, froid et tendre, tout son être,...

il y a 9 ans

71 j'aime

8

Ghost Dog - La Voie du samouraï
Velvetman
9

Un sabre penseur

Ghost Dog est le récit d’un vagabond des temps modernes se soumettant à un code d’honneur ancestral samourai. Influencé par le Samourai de Jean Pierre Melville, c’est l’œuvre hybride d’un réalisateur...

il y a 7 ans

58 j'aime

4

La Jeunesse de Picsou 1/2 - La Grande épopée de Picsou, tome 1
Lonewolf
10

Critique de La Jeunesse de Picsou 1/2 - La Grande épopée de Picsou, tome 1 par Lonewolf

Vingt ans que l’on attendait ça. Une réédition intégrale et digne de ce nom du chef-d’œuvre ultime de Don Rosa, La Jeunesse de Picsou. Et c’est donc Glénat qui s’en charge, en nous offrant un double...

il y a 10 ans

34 j'aime

4

La Rafle
Lonewolf
6
La Rafle

Critique de La Rafle par Lonewolf

Je n'ai pas pleuré devant La Rafle. Ca, c'est fait, je fais désormais partie des pisse froid, inhumains, sans goût, nazis et sympathisants d'Hitler selon Rose Bosch (et je ne plaisante pas, elle a...

il y a 12 ans

33 j'aime

6

Ghost Dog - La Voie du samouraï
Lonewolf
9

Critique de Ghost Dog - La Voie du samouraï par Lonewolf

Seconde réadaptation du Samouraï de Melville (après The Killer, de John Woo), Ghost Dog s'inscrit dans la lignée de réussite de ses 2 prédécesseurs. On renoue ici avec le calme du film originel,...

il y a 11 ans

33 j'aime