Histoire d'un aller simple, Hostiles s'impose comme une ode au genre western qu'il investit, qu'il anime, qu'il magnifie. Scott Cooper a tout d'un grand et continue de questionner, tout au long de sa traversée, d'où vient l'Amérique et ce qui l'irrigue. Et quoi de plus adapté pour cela que l'utilisation d'un genre qui paraîtra vieillot aujourd'hui, même s'il connait nombre de soubresauts ces dernières années ?


L'Amérique, Cooper la dépeint comme des plus rudes et âpres. Violente, sans concession pour les faibles. Et tandis que la séquence inaugurale tétanise déjà, elle est immédiatement retournée dans un renversement des rôles de bourreau et de victime. Une manière de renvoyer les opposants dos à dos. Sans juger. Sans asséner un quelconque simplisme du discours.


L'entrée en matière est idéale pour définir le personnage a priori dur, renfrogné et rugueux de Christian Bale, totalement investi, pièce principale d'un puzzle des paradoxes qui animeront toute l'oeuvre. Scott Cooper, lui, secoue les lignes de démarcations et les frontières morales dans une odyssée aux accents des plus tragiques et désespérés, au cours de laquelle les inimitiés tendront à se brouiller, les liens à se renforcer et les vieux démons de l'Amérique à ressurgir.


L'ensemble des motifs du western est compilé, tandis que la tension du début de l'aventure, où pèse une menace sourde et omniprésente, cède peu à peu la place à quelque chose d'autre. Au tragique, à l'inéluctable, à la désespérance. Comme un syndrome post traumatique qui s'emparerait de chacun des personnages principaux.


La souffrance, la perte et l'abandon planent sur l'ensemble des membres de cette caravane improvisée, symbole d'un vieux monde en train de doucement s'éteindre à l'aube de l'industrialisation et de la victoire dans la dépossession des natifs de leurs terres ancestrales. Christian Bale voit le monde changer, le sien, petit, tout comme celui qu'il a servi. Car la souffrance est la même des deux côtés de la frontière quand la violence explose et charge, tout comme les traumas.


Hostiles est une réussite dans la mesure où il évolue tout en nuances, tout en donnant à ressentir ce qui agite l'intériorité de chacun des personnages. L'oeuvre jouit de la même manière d'une esthétique magnifique, dessinant aussi bien les moeurs de l'époque que les traditions indiennes avec une certaine justesse sans jamais verser dans un manichéisme outrancier. Le voyage proposé, lui, est aussi intime que grandiose dans les décors dans lesquels il évolue, entre étendues désertiques assommées par la canicule et les paysages plus verts du Nord.


Le feu tragique de Hostiles semble immortel. L'introspection, douloureuse. Le silence lourd de sens. Mais la fatalité tend vers une certaine forme d'apaisement alors que les reliefs de la terre des aînés se dessinent. Une dernière poignée de mains libère et rend à la vie civile. Et le poème de déclamer ses derniers vers exaltant une certaine idée de l'Amérique, dont les échos sonnent comme étrangement familiers.


Dans un grand moment de cinéma.


Behind_the_Mask, journey to the West.

Behind_the_Mask
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Une année au cinéma : 2018 et Les meilleurs films de 2018

Créée

le 14 mars 2018

Critique lue 2.4K fois

99 j'aime

18 commentaires

Behind_the_Mask

Écrit par

Critique lue 2.4K fois

99
18

D'autres avis sur Hostiles

Hostiles
Behind_the_Mask
9

Retour à la terre

Histoire d'un aller simple, Hostiles s'impose comme une ode au genre western qu'il investit, qu'il anime, qu'il magnifie. Scott Cooper a tout d'un grand et continue de questionner, tout au long de sa...

le 14 mars 2018

99 j'aime

18

Hostiles
Sergent_Pepper
7

« We’ll never get used to the Lord’s rough ways »

“The essential American soul is hard, isolate, stoic, and a killer. It has never yet melted.” La citation de D.H Lawrence, en exergue, et reprend le flambeau du grand western : coucher sur un papier...

le 15 avr. 2018

90 j'aime

6

Hostiles
guyness
7

Huns partout, Bale au centre

Aïe aïe aïe... Il ne faudrait surtout pas que la suite de la carrière de Scott Cooper soit calquée sur les dernières vingt minutes de son film. Le garçon est capable de fulgurances, on le sait depuis...

le 21 mars 2018

88 j'aime

44

Du même critique

Avengers: Infinity War
Behind_the_Mask
10

On s'était dit rendez vous dans dix ans...

Le succès tient à peu de choses, parfois. C'était il y a dix ans. Un réalisateur et un acteur charismatique, dont les traits ont servi de support dans les pages Marvel en version Ultimates. Un éclat...

le 25 avr. 2018

204 j'aime

54

Star Wars - Les Derniers Jedi
Behind_the_Mask
7

Mauvaise foi nocturne

˗ Dis Luke ! ˗ ... ˗ Hé ! Luke... ˗ ... ˗ Dis Luke, c'est quoi la Force ? ˗ TA GUEULE ! Laisse-moi tranquille ! ˗ Mais... Mais... Luke, je suis ton padawan ? ˗ Pfff... La Force. Vous commencez à tous...

le 13 déc. 2017

190 j'aime

37

Logan
Behind_the_Mask
8

Le vieil homme et l'enfant

Le corps ne suit plus. Il est haletant, en souffrance, cassé. Il reste parfois assommé, fourbu, sous les coups de ses adversaires. Chaque geste lui coûte et semble de plus en plus lourd. Ses plaies,...

le 2 mars 2017

184 j'aime

25