creuser un trou dans un arbre pour y murmurer ma critique

Je découvre Wong Kar Wai avec ce film. Sa méthode de travail particulière m'a intrigué : l'homme tourne des scènes, au hasard paraît-il, puis les complètent par la suite pour en faire un film. Une méthode originale dont le créateur m'interpellait. Je commence donc avec ce "in the mood for love" et je pense que je suis mal tombé.

Je dois dire que les premières minutes m'ont enchanté. Le cadre intimiste mis en valeur avec originalité apporte déjà la nostalgie d'un cinéma d'époque ; en plus, lorsqu'on sait apprécier le cinéma asiatique, on est dans le mille. On suit avec plaisir les premières ébauches de nos protagonistes et on baigne dans la poésie plutôt sobre de la mise en scène.

Et l'ensemble du film est ainsi. Une beauté tirée de décors pourtant sobres et très bétonnés (la majorité se passe en intérieur, un intérieur soit pauvre, soit de bureau). Néanmoins, on contemple les rares couleurs qui, elles sortent du lot (les robes, qui s'accordent toujours avec les décors entourant tels que les rideaux rouges, plan qui a su se graver dans mon subconscient).

Pour le scénario, on se joue aussi d'une certaine finesse poétique : deux voisins dont la relation à la fois noueuse et platonique sera éconduite de non-dits, de beaux mystères encombrés d'approches interdites. Les personnages se perdent, ne savent pas où tout cela va les mener, et cela déteint sur le spectateur. Je trouve cette structure très intéressante et sympathique, mais aussi très déroutante. Et cette déroute me pousse alors à m'égarer dans les fils du film que le film lui-même. Résultat, le film paraît soudainement long.

Mais cet élément n'est sans doute pas la raison principale de cette longueur. Le problème, et c'est pour cela que je pense être mal tombé, c'est que j'ai beaucoup de mal à m'attacher à cette histoire d'amour compliquée. Le débouché de l'intrigue ne m'intéresse pas ; savoir si les protagonistes parviennent à surpasser leurs frontières ou non me laisse froid. Pourquoi vivre simplement lorsqu'on peut se compliquer la vie ?

Néanmoins, le travail de mise en scène de Wong Kar Wai m'a persuadé à en découvrir plus, ici la faute étant le risque de ne pas retenir un public qui se moque de ce type d'intrigue amoureuse. C'est donc avec envie que je vais me diriger vers 2046, en espérant qu'il me paraîtra moins long et saura m'immerger.
In the Mood for Love
Velvetman
9

La frustration du désir.

In the Mood for Love n’est pas une fresque romanesque grandiloquente sur l’amour mais le simple récit poétique de deux êtres perdus qui regardent, troublés, la déliquescence de leur couple respectif,...

Lire la critique

il y a 7 ans

110 j'aime

In the Mood for Love
Anonymus
10

Critique de In the Mood for Love par Anonymus

Ceux qui trouvent ce film chiant n'aiment probablement pas la peinture. Puisque chaque image de ce film est d'une beauté à couper le souffle, d'une vraie beauté de composition, de cadrage, de mise...

Lire la critique

il y a 11 ans

107 j'aime

8

In the Mood for Love
Docteur_Jivago
9

Some kinds of love

C'est à Hong Kong en 1962 qu'une secrétaire et un rédacteur emménagent avec leur conjoint respectif dans des appartements voisins. Alors que ces derniers sont régulièrement absents, ils vont peu à...

Lire la critique

il y a 6 ans

73 j'aime

7

Hunger Games : La Révolte, partie 1
LeCactus
4

Les débuts du commencement de l'introduction de l'aberrante révolte

Cette critique n'est pas une critique. Il s'agit plutôt d'une retranscription fantaisiste de ce nouveau chapitre de Hunger Games. Alors je vous le dit tout net : si vous cherchez de la critique...

Lire la critique

il y a 7 ans

129 j'aime

38

Hunger Games - L'Embrasement
LeCactus
2

Les absurdes aventures de la pathétique femme à l'arc

Il était une fois, Katniss et son meilleur ami dans la forêt. - Vise bien Katniss ! T'as encore rien attrapé depuis ce matin ! Si seulement tu tirais aussi bien sur les animaux que sur les humains,...

Lire la critique

il y a 8 ans

84 j'aime

30

Godzilla
LeCactus
3
Godzilla

le lézard lésé

- Bonjour ! Je suis un homme du gouvernement et je viens vous voir parce qu'un lézard géant attaque notre beau pays et vous êtes l'homme le plus qualifié pour nous aider ! - Bonjour ! Je suis un bête...

Lire la critique

il y a 9 ans

44 j'aime

6