Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

C’est en 1897 que H. G. Wells écrit L’homme invisible, dont le cinéma s’emparera assez vite (douze ans plus tard) avec un court-métrage français, Le voleur invisible, avant que de multiples adaptations ne voient régulièrement le jour, dont les plus notables resteront celles de James Whale (incontournable), John Carpenter (fun) et Paul Verhoeven (hargneuse), sans parler des différentes versions déclinées en séries télé. Leigh Whannell remet au goût du jour le célèbre scientifique Griffin rendu cinglé et dangereux par son expérience (qui le marginalise aux yeux de tous), en faisant pour l’occasion un pervers narcissique s’inscrivant dans la mouvance #MeToo et la dénonciation sans précédent des violences faites aux femmes à travers le monde.


Cette actualisation du mythe se révèle aussi pertinente que passionnante, Whannell se concentrant non plus sur Griffin, mais sur son épouse Cecilia qu’il tyrannise et pousse à la folie. Les menaces, les intimidations, les coups, l’isolement social, l’incrédulité des autres, tout cela se retrouve décuplé par l’invisibilité du corps ennemi, de ce corps censé être mort dont l’invention technologique permet un paroxysme dans le harcèlement et son pouvoir de nuisance. Et la folie d’un homme chez Wells de se transformer en combat féministe on ne peut plus actuel chez Whannell. Ce n’est donc plus l’homme invisible qui intéresse ici, mais bien la femme de l’homme invisible, et avec elle ses doutes, ses peurs et sa pugnacité face à un mari violent, control freak particulièrement revanchard.


Elisabeth Moss, de presque tous les plans, brille une fois plus, après la secrétaire de Mad men et la June de The handmaid’s tale, dans un rôle de femme cherchant à s’extirper d’un modèle de domination masculine. Dommage que, dans sa dernière demi-heure, Invisible man cède un peu trop facilement aux sirènes de la surenchère et du rebondissement à la chaîne, alors qu’il savait jusque-là être intelligemment mesuré dans son propos, jouer sur la simple perception du vide (filmer le coin d’une pièce, une chaise, un couloir, une porte ouverte, et provoquer l’angoisse) et procurer une terreur avant tout psychologique (voir l’introduction du film, parfaite de tension maîtrisée). Malgré cela, et quelques facilités scénaristiques traînant ici et là, Invisible man réussit son pari de renouvellement du classique de Wells en lui offrant une imparable modernité.


Article sur SEUIL CRITIQUE(S)

mymp
7
Écrit par

Créée

le 28 févr. 2020

Critique lue 2.5K fois

22 j'aime

mymp

Écrit par

Critique lue 2.5K fois

22

D'autres avis sur Invisible Man

Invisible Man
Sergent_Pepper
6

Blind fate

Adapté à de multiples reprises, le motif de l’homme invisible est un fantasme à double tranchant, sur lequel Verhoeven lui-même s’est cassé les dents : l’occasion d’un exercice de style presque...

le 22 sept. 2020

52 j'aime

2

Invisible Man
EricDebarnot
8

Perversion narcissique : la violence invisible...

On connaît le principe : depuis que H.G. Wells a inventé le concept de l'homme invisible, le cinéma n'a jamais cessé de vouloir relever le défi de filmer cette invisibilité. Avec plus (James Whale en...

le 3 mars 2020

49 j'aime

4

Invisible Man
Theloma
7

Si j'étais invisible...

La miss Moss elle est vraiment pas gâtée. La voici mariée à un génie de l’optique, millionnaire de surcroît et excusez du peu, inventeur de la combinaison parfaite d’invisibilité. Mais pas de bol...

le 4 mars 2020

45 j'aime

16

Du même critique

Gravity
mymp
4

En quête d'(h)auteur

Un jour c’est promis, j’arrêterai de me faire avoir par ces films ultra attendus qui vous promettent du rêve pour finalement vous ramener plus bas que terre. Il ne s’agit pas ici de nier ou de...

Par

le 19 oct. 2013

180 j'aime

43

Killers of the Flower Moon
mymp
4

Osage, ô désespoir

Un livre d’abord. Un best-seller même. Celui de David Grann (La note américaine) qui, au fil de plus de 400 pages, revient sur les assassinats de masse perpétrés contre les Indiens Osages au début...

Par

le 23 oct. 2023

173 j'aime

15

Seul sur Mars
mymp
5

Mars arnacks!

En fait, tu croyais Matt Damon perdu sur une planète inconnue au milieu d’un trou noir (Interstellar) avec Sandra Bullock qui hyperventile et lui chante des berceuses, la conne. Mais non, t’as tout...

Par

le 11 oct. 2015

161 j'aime

25