Accepte ce que tu ne peux changer, ai le courage de changer ce que tu
peux, et la sagesse de faire la différence.



Ses quelques mots en ouverture n’augurent rien de bon et vous seriez en droit de vous inquiéter. Allez-vous vivre une nouvelle épreuve pire que « La mort de Superman » ? Hélas oui. Vous le savez, suite à un reboot provoqué par Flash dans « La Ligue des justiciers : Le Paradoxe Flashpoint », l'univers de Superman et Cie a donné naissance à l’ère New 52. Toutes les origines story de nos héros en solo et de la Justice League ont subi une refonte. 7 années plus tard, Warner conclut cette ère et je peux vous dire que dès la scène d'introduction, le choc est au rendez-vous. Il est clair que l'introduction donne le ton, cette conclusion sera sans aucune pitié vis-à-vis des fans et de leurs héros. Dc nous la joue Mortal Kombat, emmenant un univers que l’on aime en terrain inconnu.


Darkseid s'apprête à envahir la Terre pour tenter une troisième fois de la conquérir. Superman, remonté à bloc depuis ce que Darkseid lui a fait subir, est déterminé à en finir et pour être sûr de remporter la victoire, réunit La Ligue des justiciers, Les Teen Titans et John Constantine. C'était mal connaitre la perfidie de Darkseid piratant Cyborg pour connaitre tout le plan de Superman et sa bande. Je rappelle entre parenthèses que Cyborg est constitué de matériaux tirés d'une boite-mère soit, un artéfact technologique venu d'Apokolips.


Comment vont-ils s'en sortir? Pas le temps de voir pour l'instant ce qu’il c’est passé, il y a eu défaite de leur coté. Et pas la petite défaite où certains ont eu des petits bobos. Non, LA BIG défaite. Le film fait un saut de deux années dans le temps et c'est une planète Terre ravagée que nous découvrons tandis que la plupart des héros que nous connaissons sont soit morts, soient bien amochés psychologiquement, cachés un peu partout sur Terre. Superman, accompagné de Raven déboulent à Londres demander de l'aide à ce poivrot de Constantine pour récupérer leurs amis, renvoyer Darkseid et ses sbires loin dans l’univers.


Dc joue les culottés


Démembrements, morsures fatales, héros souffrants, hurlants de douleur ou réduits à l'état d'esclave par un bad guy surpuissant, assis tranquilles dans notre fauteuil, nous n’osons ni croire ni regarder ses images insoutenables. Justice League Dark : Apokolips War expédie le Dc Animated Movie très loin, plus qu'auparavant et assume son ton sombre, funeste et hyper glauque, enchainant les affrontements d'une violence inouïe. « Pas de quartier, pas de pitié » vous dirait le Major Chip Hazard.


Darkseid a créé une nouvelle race de Paradémons. En vue du morceau d’ADN mélangé au leur, pas étonnant qu’une bonne partie des héros a été décimée si brutalement. L'espoir a-t-il disparu en même temps que les héros de Dc? Impossible pour un certain Kryptonien dont les multiples tragédies passées ont appris à rendre son optimisme immortel. La lumière reste en lui. Même s’il n'est plus le Superman que nous connaissons et n'est désormais plus que Clark Kent, il reste décidé à réparer les dommages qu’il a causés. Lui, Raven, Constantine et le démon Etrigan sont nos quatre protagonistes principaux pendant que des piliers du Dc Universe ont carrément été réduits en esclaves par Darskseid. Face à ça, double sentiment d’impuissance. Le pire reste à venir. John Constantine mène donc la barque et même lui il à morflé.


Est-ce que j'ai aimé cette conclusion? Ce que je peux vous dire, c’est qu’elle fait preuve de culot, ose montrer tout un tas de séquences que je n’ai jamais vu chez Dc, ce qui fait que j'ai été choqué tellement de fois que j’ai arrêté de compter, assistant à la déchéance de héros que j’apprécie, voyant des corps pleuvoir à une vitesse phénoménale à coup de sacrifices ou d'assassinats soudain. Pour une histoire de ce genre, il était logique que ce film explose d’un point de vue émotionnel. Ce n’est hélas pas tout à fait le cas.


Il y a des moments touchants, sauf qu’ils sont peu. Que ce soit Raven, Superman ou Batman, les scénaristes, trop focalisés sur l'enjeu de l'histoire et ses scènes choc n'approfondissent pas suffisamment les relations et la psychologie des héros. Normal vu son nombre démesuré. Il y avait pourtant matière à un excellent rendu en voyant tous nos héros n'étant plus que l'ombre d'eux-mêmes.


La quasi totalité des héros et bad guy de Dc répondent présents, je me suis bien marré en retrouvant quelques minutes Harley Quinn et sa nouvelle Suicide Squad, aimé l’ambiance apocalyptique hardcore mettant tout mon amour pour cet univers à rude épreuve. Du Dc fun affichant des combats spectaculairement bourrins, des séquences et musiques épiques, des dialogues de qualité et des rebondissements nombreux, chaque personnage à son petit moment de gloire, tous les mythes se retrouvent déconstruits (changement d’apparence pour la totalité des héros, nouveau traumatisme inévitable), pratiquement aucun temps morts, nous n’avons qu’une hâte : voir nos héros reprendre foi, laisser leur force et leur rage exploser, se servir de tout ce qu’ils ont perdu/vécu et pour une fois, foncer dans le tas sans réfléchir.


Pour le chara design des personnages, il n'a pas bougé d'un pouce, affichant un style toujours aussi daté. Même si la construction des personnages (pas tous heureusement) sonne creux, le reste fascine, rendant curieux de savoir comment tout va se terminer sous cette couche d’imprévisibilité. Et c’est l’une des autres raisons pour lesquelles j’ai apprécié ce film : son coté imprévisible. Rien ne sera plus jamais comme avant, ce dernier épisode a remplit son rôle, concluant d'une bonne manière l'arc New 52. Destination Rebirth?



-Tout va encore changer…encore.
-Et c’est sûr que certains de ses changements vont êtres bien pourris, et qu’on va encore refaire les mêmes conneries. Ce sera loin d’être
parfait, mais ce sera toujours mieux que le bordel actuel.



Au final, « Justice League Dark : Apokolips War », l’exemple type d’histoire et d’ambiance qu’on devrait avoir dans l’univers des films Dc. Mature, traumatisant, violent, touchant, humaniste. Ca va recommencer, pas tout à fait comme avant. Quelles nouvelles histoires nous ont concocté les scénaristes ? Pour l’heure, seul « Superman: Man of Tomorrow » est prévu et sortira normalement en Aout 2020. Fera-t-il parti du nouvel univers ou ne sera-t-il qu’une simple histoire indépendante ? Réponse cet été.

Jay77
7
Écrit par

Le 30 mai 2020

3 j'aime

Justice League Dark : Apokolips War
Grenshad
2

Pourquoi?

Si je mets ces quelques lignes de remplissage, c'est parce que ce que j'ai mis dans ma balise spoiler apparaissait dans l'aperçu de l'article (un imprévu de dév Senscritique qui pourrait être...

il y a 2 ans

5 j'aime

5

Justice League Dark : Apokolips War
MikaGio
7

un Épilogue meurtrier, sanglant et cafardeux de la saga.

Conclusion honnête et satisfaisante qu'est ce film. Sans avoir la carrure du très réussi "Justice Dark League" (2017). Cet épilogue a la lourde tâche de clore (plus ou moins) plusieurs...

il y a 2 ans

5 j'aime

9

Justice League Dark : Apokolips War
DanielOceanAndCo
7

Critique de Justice League Dark : Apokolips War par DanielOceanAndCo

Il fallait bien qu'il arrive un jour et il est là: le film qui conclue l'univers partagé DC introduit par la fin de La Ligue des Justiciers : le paradoxe Flashpoint en 2013. Une poignée d'années et...

il y a 1 an

3 j'aime

Spider-Man: Far From Home
Jay77
4

Spiderman s’exporte en Europe

Même les super héros ont droit de prendre des vacances. Surtout après avoir vécu la pire des épreuves en affrontant Thanos. Suite direct d’Avengers Endgame, Spider-man Far From Home confronte son...

il y a 3 ans

15 j'aime

19

Aladdin
Jay77
7
Aladdin

Le prince Ali Ababwa fait peau neuve

Le diamant d'innocence, solitaire, acrobate, amateur de pommes, accompagné de son singe espiègle et le génie de la lampe, fait un retour évènement sur grand écran. Après avoir conquis le cœur des...

il y a 3 ans

14 j'aime

5

Bird Box
Jay77
8
Bird Box

Fermez les yeux…enfin sauf pour regarder ce film

Le chat noir collant aux basques de Sandra Bullock dans Gravity, ne l'a finalement pas quitté. Cinq ans après en avoir bavé dans l'espace, Netflix plonge Sandra Bullock en plein cœur d'un survival...

il y a 4 ans

14 j'aime