L'Île aux chiens
7.7
L'Île aux chiens

Long-métrage d'animation de Wes Anderson (2018)

Wes Anderson est sans doute l'un des derniers cinéastes à propos duquel on peut encore parler d'univers qui ne ressemble à aucun autre. Un univers fait de candeur, de délicatesse et de poésie. Et d'une certaine gravité. Jamais frontale, jamais assénée, dans un mélange qui donne un goût tout particulier à son cinéma.


Behind avait fait connaissance avec le bonhomme en salle, avec Fantastic Mr Fox, dont L'Île aux Chiens apparaît comme un véritable prolongement, un retournement.


Wes est bel et bien là, alors même qu'il se délocalise dans un Japon dystopique aux traditions fort marquées, aux hommages constants, entre Hokusai et Kurosawa, dans une ambiance qui n'est pas sans rappeler les années 50/60, dans un sentiment rétro étrange et savoureux à la fois. Cela donne quelque chose que l'on pourrait qualifier d'extravagant. Mais dans l'univers marqué de Wes Anderson, on ne s'étonne plus de rien, après tout. Car on se dit que c'est bien lui, qu'on ne l'a pas perdu. Même quand il exécute le chemin inverse de Fantastic Mr Fox qui parlait, dans mes souvenirs, de l'animalité. L'Île aux Chiens en est le théâtre, celui de canins exilés, déportés, qui, avec l'arrivé d'Atari, vont renouer avec leur vie d'avant.


Groupe ausculté, relations d'amitié renouvelée, L'Île aux Chiens questionne le rapport familial, l'amitié, l'amour et le don de soi dans une vérité et une simplicité de tous les instants, démultipliée dans des ruptures de ton constantes, doublée d'un fond politique léger, aux accents de totalitarisme, dont la thématique rejoint celle que l'on pouvait trouver dans un White God déjà puissant et concerné.


L'image, elle, est superbe, tant les jeux de couleurs, dans les textures convoquées ou encore les compositions osées sont légions. La richesse est totale et l'oeil ravi, inquiet de ne pas cligner de peur de rater quelque chose à l'écran. Magnifié par l'animation image par image et sa facture si particulière, ou encore le rendu quasi artisanal de certains effets, L'Île aux Chiens est un véritable festin visuel, qui se paie le luxe, question charme, de battre des sommets déployés par des films comme Ready Player One, ce qui n'est pas un mince exploit.


En VO, le casting apporte enfin ce supplément d'âme qui fait toute la différence : Edward Norton, Bill Murray ou encore Scarlett Johansson, ainsi que tous les autres, font éprouver une véritable tendresse, un attachement immédiat à ce groupe de parias, tandis que les jeux de langue, entre anglais ou japonais partiellement traduit, achèvent de convaincre des risques pris, de la véracité de l'univers construit par Wes Anderson, tout comme il donne un impact supplémentaire aux sentiments d'Atari, le temps de gros plans sur son visage rond, pas encore sorti de l'enfance.


C'est la dessus que L'Île aux Chiens, s'il en était encore besoin, conquiert totalement, dans une poésie désarmante, dans une jolie simplicité et une candeur à nulle autre pareille. Le souffle de vie et la mélancolie terrassent. Le délicat et constant. Wes a tout bon, si ce n'est cette fin un peu rushée et légèrement facile dans la prise de conscience de certains de ses personnages, alors que jusqu'ici, le rythme millimétrée, soutenu par la formidable musique kabuki d'Alexandre Desplat, et la maîtrise garantissaient le chef d'oeuvre absolu.


Sans ces deux infimes difficultés, sûr que Wes aurait été tout seul sur son île, tout en haut de nombreux tops 2018...


Behind_the_Mask, royal canin.

Behind_the_Mask
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Une année au cinéma : 2018, Les meilleurs films de 2018 et Les meilleurs films où le personnage principal est un chien

Créée

le 10 mai 2018

Critique lue 1.5K fois

40 j'aime

6 commentaires

Behind_the_Mask

Écrit par

Critique lue 1.5K fois

40
6

D'autres avis sur L'Île aux chiens

L'Île aux chiens
Sergent_Pepper
8

Coast dogs, les voix des samouraïs

Dans la filmographie de Wes Anderson, l’univers visuel et graphique s’impose d’avantage à chaque opus, quittant le commun du cinéma pour présenter un fragment d’un monde dont il serait l’unique...

le 30 avr. 2018

100 j'aime

4

L'Île aux chiens
EvyNadler
9

La métaphysique des chiens

Quatre ans après son excellent Grand Budapest Hotel, le dandy le plus en vogue du tout Hollywood revient avec ses tons pastel et son élégance unique pour réitérer le pari qu’il avait réussi en 2009...

le 23 mars 2018

63 j'aime

6

L'Île aux chiens
Vincent-Ruozzi
7

Wes Anderson, the storyteller

Wes Anderson est ce qu'on pourrait appeler un original tant sur ses histoires que sur sa façon de les mettre en scènes. Dans L'Île aux chiens, le réalisateur texan renoue avec une technique...

le 30 avr. 2018

58 j'aime

8

Du même critique

Avengers: Infinity War
Behind_the_Mask
10

On s'était dit rendez vous dans dix ans...

Le succès tient à peu de choses, parfois. C'était il y a dix ans. Un réalisateur et un acteur charismatique, dont les traits ont servi de support dans les pages Marvel en version Ultimates. Un éclat...

le 25 avr. 2018

204 j'aime

54

Star Wars - Les Derniers Jedi
Behind_the_Mask
7

Mauvaise foi nocturne

˗ Dis Luke ! ˗ ... ˗ Hé ! Luke... ˗ ... ˗ Dis Luke, c'est quoi la Force ? ˗ TA GUEULE ! Laisse-moi tranquille ! ˗ Mais... Mais... Luke, je suis ton padawan ? ˗ Pfff... La Force. Vous commencez à tous...

le 13 déc. 2017

189 j'aime

37

Logan
Behind_the_Mask
8

Le vieil homme et l'enfant

Le corps ne suit plus. Il est haletant, en souffrance, cassé. Il reste parfois assommé, fourbu, sous les coups de ses adversaires. Chaque geste lui coûte et semble de plus en plus lourd. Ses plaies,...

le 2 mars 2017

184 j'aime

25