Après avoir traité sous un angle comique l'Occupation et avant de revenir à la Shoah, c'est un autre événement historique que Gérard Oury met à l'honneur dans cette comédie, Mai 68. Alors c'est plus une toile de fond que le véritable sujet de la comédie, mais ça fonctionne très bien. Oury et sa fille mettent en place une histoire qui fonctionne, et c'est une vraie bonne idée, au lieu de rester statique à Paris, d'avoir opté pour la voie du road-movie et du buddy movie, deux genres que le réalisateur maîtrise à la perfection.

L'histoire tient donc sans Mai 68, et repose avant tout sur un duo d'acteurs exceptionnel, Pierre Richard (que je n'ai jamais trouvé aussi drôle et sympathique qu'ici) et Victor Lanoux (dont j'ignorais l'existence jusque-là, mais que j'aimerais découvrir ailleurs, maintenant !). Leur numéro se déroule à merveille, mais quand, en plus, un scénario généreux leur adjoint l'immense Raymond Bussières, alors c'est la folie. On se délecte de chaque mot qui sort de la bouche de ces doux dingues, qu'il soit drôle ou pas !

Les quiproquos s'enchaînent, les MacGuffin se courent après et les gags vont bon train. On sourit et on rit tour-à-tour devant les malheurs et les pitreries de nos personnages, il ne manque que Louis de Funès pour parfaire le cocktail (le rôle de Jean-Pierre Darras lui serait d'ailleurs allé comme un gant, mais Darras est trop bon pour qu'on ait envie de le virer).

Mais le choix du road-movie se révèle particulièrement judicieux lorsque Oury et Thompson utilisent leur comédie pour dresser le portrait d'une France qui va mal. De villes en campagnes, on rencontre tous les profils, de la paysanne qui ne pense qu'à baiser dans la paille, et qui s'intéresse aux révoltes comme on s'intéresse aux nouvelles de l'étranger, à ces riches fraudeurs qui veulent fuir vers la Suisse, en passant par la bonne famille BCBG et des truands un brin fachos au grand coeur, tout est là. Dénonçant tantôt l'hypocrisie des uns, tantôt celle des autres, Gérard Oury ne rate personne, mais ne s'acharne sur personne non plus.

C'est une France paumée qu'il filme, une France défigurée, mais une France qui refuse de baisser la tête, une France désenchantée qu'il réenchante (ce merveilleux plan où le jet d'eau des CRS touche un piano et commence à faire de la musique) avec bonne humeur, sans évacuer pour autant la gravité de l'instant. On voit des choses terribles (ces vitres cassées, ces voitures brûlées et ces manifestants ou ces policiers à terre nous rappellent trop d'images plus ou moins récentes), et c'est toute la réussite du film de ne pas les rendre trop légères malgré le recours à la comédie.

Fable amorale plus qu'immorale, La Carapate est donc une joyeuse comédie - presque dramatique par moments - qui part un peu dans tous les sens, mais de manière toujours maîtrisée, où les bons sont parfois méchants, et les méchants souvent bons. Et finalement, c'est l'ordre des choses. Être pour la peine de mort ne détermine pas notre fascisme et soutenir les révoltes estudiantines ne fait pas de nous un anarchiste irrécupérable.

Ainsi, Gérard Oury sait exploiter ses idées loufoques jusqu'au bout (les scènes avec De Gaulle, c'est du génie), démontrant que même sans Louis de Funès, il sait toujours y faire et que, parfois, pour faire une bonne comédie, il suffit d'une bonne idée. Finalement, ce n'est peut-être pas de talent qu'on manque aujourd'hui, mais d'idées...

Tonto
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les meilleurs films de 1978 et Les meilleurs films de Gérard Oury

Le 14 juillet 2022

9 j'aime

6 commentaires

La Carapate
Régis_Moh
8
La Carapate

- Tu sais jouer la comédie ? - ... je suis avocat.

Objectivement, ce n'est pas le meilleur film avec Pierre Richard. Mais... j'y peux rien, j'adore ce film, mon favori avec Les fugitifs. Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ? J'essaie de revoir...

il y a 5 ans

4 j'aime

La Carapate
ChristosRoux
7
La Carapate

Pierre Richard, avocat en mai 1968

Dans le tumulte des événements de mai 1968, notre trop bon Pierre Richard sous les traits d'un avocat, Jean-Philippe Duroc, fait du zèle pour défendre son client, Gaulard joué par Victor Lanoux...

il y a 6 ans

4 j'aime

La Carapate
JeanG55
6
La Carapate

Tout se carapate, ma brave dame

"La Carapate" de Gérard Oury a été réalisé en 1978 et raconte les tribulations d'un avocat et de son client, un condamné à mort sur fond des évènements de mai 68. Je crois me souvenir avoir eu bien...

il y a plus d’un an

2 j'aime

Solo - A Star Wars Story
Tonto
8

Mémoires d'un Han

Dans les méandres de la planète Corellia, où la population a été asservie aux ordres de l’Aube écarlate, organisation au service de l’Empire, un jeune homme, Han (Alden Ehrenreich) tente de s’évader...

il y a 4 ans

79 j'aime

32

Hostiles
Tonto
9
Hostiles

La fantastique chevauchée

1892, Nouveau-Mexique. Vétéran respecté de l’armée américaine, le capitaine Joseph Blocker (Christian Bale) se voit donner l’ordre de raccompagner le chef cheyenne Yellow Hawk (Wes Studi), en train...

il y a 4 ans

73 j'aime

15

Toy Story 4
Tonto
9
Toy Story 4

En fin de conte

De plus en plus délaissé par Bonnie, Woody se trouve une autre mission pour continuer à être utile : veiller sur Fourchette, un jouet créé de toutes pièces par Bonnie à partir d’une fourchette en...

il y a 3 ans

73 j'aime

8