Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Un groupe hétéroclite à la fois antagoniste et complémentaire fait voyage dans une diligence malgré le danger indien.

La chevauchée fantastique (Dieu que j'ai du mal avec les titres français de certains Ford) contient plus de cinéma que quantité de films qu'on pourrait mettre bout à bout.
On y trouve de l'épique qui 73 ans après est toujours impressionnant, de la douceur et de la chaleur humaine quand cette population bigarrée est obligée de se serrer enfin les coudes devant l'évènement le plus beau qui puisse survenir, sauf lorsqu'il surgit dans de pareilles circonstances. (et on se demande alors si on est vraiment dans un western ou dans une fable sur l'humanité).
Et certains plans débordent d'éléments phénoménaux pourtant a priori anecdotiques, allez un exemple, quand tout le monde se lève de table pour se diriger vers la porte, le cocher, joué par le génial Andy Devine, reste à se préparer une tartine, seul à contre-courant du mouvement des autres. Mais comment quelqu'un peut filmer ça et le rendre si beau de maîtrise ?

Tous les acteurs sont géniaux notamment Thomas Mitchell en médecin ivrogne et le personnage est lui-même génial. Lorsqu'il est foutu dehors, qu'il emporte sa plaque, sa mégère lui crache à la gueule qu'il ne saurait même pas soigner un cheval. Pourtant quand il s'agit d'assurer en cas de coups durs, il répond présent. Il avoue même qu'il a pratiqué beaucoup, donc au final il vaut bien mieux que ce que sa femme voulait bien nous faire croire.
Pareil pour Dallas, jeune prostituée à l'air triste et perdu. Le seul au départ qui la traite comme une femme, c'est Ringo, et Ringo c'est John Wayne. Tout est dit. J'ai repassé 10 fois la scène où il arrive dans le film mélange de classe inouïe et de candeur et naïveté. Un film de 1h30 qui se transforme en film de 3 heures, on aura tout vu, mais ça vaut le coup. Donald Meek est adorable et attendrissant à bégayer et à avoir peur.

Enfin il y a sans doute une des plus belles scènes de cinéma dans ce film, celle où la jeune femme croyante prie pour un miracle alors que..
Je n'en raconte pas plus, dépêchez-vous d'aller voir ce film et montez dans la diligence du père Ford, on ressort du voyage avec un cœur gros comme ça.
raisin_ver
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Copie non conforme, Répliques magiques, Top films des années 1930, John Ford, top 15 films. et Top 10 films avec Donald Meek

Créée

le 14 juil. 2011

Critique lue 785 fois

22 j'aime

3 commentaires

raisin_ver

Écrit par

Critique lue 785 fois

22
3

D'autres avis sur La Chevauchée fantastique

La Chevauchée fantastique
Docteur_Jivago
8

Et Ford posa les bases du Western...

Alors que les indiens sont prêts à la guerre, une diligence, où se trouve notamment une femme enceinte, un shérif, un joueur, un médecin alcoolique ou encore une prostitué, bientôt rejoint par Ringo,...

le 1 mars 2015

50 j'aime

3

La Chevauchée fantastique
Sergent_Pepper
9

Le convoi des caves se rebiffe.

Après plusieurs années d’abstinence en matière de western, Ford remet le sujet en selle pour un film fondateur d’une immense part de sa filmographie à venir. C’est la rencontre avec Wayne pour un...

le 30 août 2014

49 j'aime

4

La Chevauchée fantastique
guyness
8

S'y précipiter, avec diligence !

Oui c'est du western, oui c'est en noir et blanc, oui les indiens attaquent, oui tout ce que vous voulez, mais c'est surtout et avant tout un film de John Ford. Et qui dit ce (par encore trop) vieux...

le 4 août 2011

37 j'aime

4

Du même critique

Jules et Jim
raisin_ver
3

La Truffe a tout faux

Version sans grâce de Sérénade à trois, Jules et Jim échoue là où le film de Lubitsch réussissait à représenter la complexité du sentiment d'amour. Chaque situation, chaque moment du film est...

le 1 juil. 2011

54 j'aime

76

L'assassin habite au 21
raisin_ver
9

La bonne adresse

Formidable comédie policière, à l'interprétation fabuleuse et à la maîtrise épatante, dès les premières minutes d'ailleurs, la scène d'ouverture du film étant un bijou à l'atmosphère enfumée et...

le 29 déc. 2011

54 j'aime

L.A. Confidential
raisin_ver
9

Critique de L.A. Confidential par raisin_ver

L.A. Confidential est un des films policiers majeurs des années 90. Tout d'abord parce qu'il adapte avec brio le livre de James Ellroy, ce qui est loin d'être une mince affaire. Le film simplifie un...

le 22 nov. 2010

54 j'aime

4