Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Guillermo Del Toro nous offre un film qui fait plus qu'écho à son Echine du diable réalisé 5 ans avant ce conte fantastique.
Second volet de son dityque sur l'Espagne en guerre, le réalisateur ancre un monde sombre et fabuleux dans la réalité historique d'un pays dont il se sent proche culturellement en plaçant l'Histoire à hauteur d'enfant et l'enfance au cœur de l'Histoire.
Revenons en au film à proprement parler.
Le réalisateur se la joue virtuose de la caméra en montant des mouvements de caméras exceptionnels et en jouant sur le double sens esthétique et politique de son univers.

Dans l'immédiat après-guerre, en 1944, une petite fille se voit obligée de reconstruire une famille avec sa mère et son nouveau mari, un militaire autoritaire et un petit frère à venir.
Usant le prétexte du monde des contes de fées pour donner corps à la cruauté et à l'égoïsme de l'être humain. En rapprochant ces deux mondes (l'Histoire et les histoires) qui a priori n'ont pas grand chose à voir, Guillermo se lance un défi fou.
En effet si dans l'optique du volet historique la Vérité doit être présente à chaque mot, à chaque phrase, chaque image. Dans l'aspect conte, au contraire, tout doit être fait pour éloigner le spectateur de cette réalité.
Comment concilier les deux et éviter l’écueil du manichéisme ?
L'essence du conte étant de parler à l'enfant et donc de ne pas faire dans la nuance, le risque était grand.
En choisissant des personnages plus humains pour faire face au monstre Vidal, Del Toro impose cette nuance nécessaire au monde réel. Ce sont les femmes du film qui apporte cette nuance, cette humanité et font toute la qualité du film et la profondeur de l'histoire.
La mère d'Ofélia d'abord : fragile et enceinte, elle cherche à préserver son nouveau foyer. Mais il s'agit surtout de Mercédès, l'admirable Maribel Verdù, cette femme engagée, forte et généreuse qui supporte les maquisards sans compter. Les symboles de la féminité sont d'ailleurs clairsemés dans le film pour porter l'attention sur la peur de la fillette de devenir femme et ce qui va avec : l'enfantement, la soumission...
Dans la partie "conte" de l'oeuvre, l'ambivalence n'est pas non plus inexistante. Paradisiaque et enchanteur cet univers devient vite effrayant et cruel.
Il crée un parallèle entre Vidal et Ofélia, entre la cruauté de l'un et les épreuves subies par l'autre.


Ici, le diable de l'Echine a déserté pour mieux se faire homme et le thème de ce labyrinthe est la désobéissance civique, le combat des gens de bien contre l'autorité défaillante et monstrueuse.

Rawi
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Top critiques (films), Mes B.R. et Nécrologie

Créée

le 5 avr. 2015

Critique lue 2.3K fois

50 j'aime

7 commentaires

Rawi

Écrit par

Critique lue 2.3K fois

50
7

D'autres avis sur Le Labyrinthe de Pan

Le Labyrinthe de Pan
Behind_the_Mask
10

Modern fairy tale

Le violon plaintif pleure une dernière fois cette berceuse, lente, bouleversante, d'une tristesse infinie. En réponse aux premiers instants du film, où cette chanson est murmurée, alors que ce visage...

le 12 avr. 2017

98 j'aime

15

Le Labyrinthe de Pan
Sergent_Pepper
8

De l’autre côté du mouroir.

Il fallait bien un labyrinthe pour organiser ce tortueux carrefour entre histoires et Histoire, entre contes et réel. Le labyrinthe de Pan est une odyssée tout à fait passionnante, un double parcours...

le 27 févr. 2016

95 j'aime

17

Le Labyrinthe de Pan
Hypérion
6

Le refuge du faune

El Laberinto del fauno est un film bancal. Tentant avec toute la bonne volonté du monde de faire cohabiter un univers onirique de créatures chimériques et une campagne espagnole encore inquiétée par...

le 28 juil. 2013

81 j'aime

2

Du même critique

Bienvenue à Gattaca
Rawi
10

Critique de Bienvenue à Gattaca par Rawi

Un des meilleurs sinon le meilleur film d'anticipation existant. Scène d'ouverture, une des douches les plus hygiéniques jamais filmées. Des lambeaux de peaux, tombent dans le bac à douche les uns...

Par

le 31 oct. 2012

183 j'aime

23

Le Petit Prince
Rawi
9

Poésie initiatique

Cher Antoine, Quand j'ai fait la connaissance de votre petit Prince, je n'étais qu'une petite fille qui commençait ses découvertes littéraires. Bien sûr qu'à 7 ans, je n'ai pas tout compris. La...

Par

le 26 avr. 2016

129 j'aime

9

Under the Skin
Rawi
8

Poème érotique

Le film s'ouvre sur un oeil, un regard qui se forme, une langue qui se prononce maladroitement. Fond noir ! L'intérêt majeur de cette adaptation est son ACTRICE principale. A la fois très connue,...

Par

le 4 juil. 2014

129 j'aime

33