55eme film de l'année et 2eme excursion de Netflix en 5 mois dans un aventure spatiale après le moyen moyen "Minuit dans l'univers"!


On suit cette fois-ci l'histoire d'un passager clandestin qui est découvert au sein d'un vaisseau spatial en direction de la planète Mars. Cependant, l'équipage se trouve trop loin de la Terre pour faire demi-tour et il n'y a peut être pas assez de ressources pour pouvoir tous survivre.


Ce qui est indéniable, c'est que Netflix a de l'ambition et tente de s'immiscer dans des contrés peu arpentées par le cinéma mondial -du à une complexité certaine du sujet- et qui a été balisées par des mastodontes difficilement égalable.


Dans ce "soft survival" qui ne dit pas son nom, le parti pris de Joe Penna est d'essayer au maximum de rendre les choses sobres et réalistes en empruntant un positionnement légèrement batard à mi chemin entre First Man de Chazelle et le Gravity de Cuaron sans pour autant atteindre leurs puissances narratives respectives.


Délaissant l'action et l'extrême survivalisme d'un Seul sur Mars de Scott, le réalisateur tente le pari de faire un film lent, intimiste, en huis clos avec peu d'action ou encore une immersion dans l'espace très restreinte pour le spectateur en mal de sensations grâce à une astuce scénaristique intelligemment trouvée qui n'en raviront pas plusieurs.


Ici l'intrigue est simple, peu fournie et assez attendue car développée assez souvent dans ce cinéma de genre tournant souvent autour d'une question centrale:


Seriez-vous prêt à tout risquer pour sauver une vie?


La réponse à cette question -étant le cœur même du récit- renvoyant le spectateur à sa propre humanité construite à travers un amas d'expériences personnelles, apprentissages, croyances, valeurs morales et idéologies propres qui nous définit en nous formant un identité propre.


Cet amas -représentant ainsi la quintessence de notre humanité- soumit à ce dilemme aura à n'en point douter une solution finale propre à chacun.


Ce questionnement existentielle étant monnaie courante dans les films ayant comme thème centrale l'espace, il est primordial qu'il soit porté par des personnages intéressants.


Ces derniers sont correctement construits et il est aisé de comprendre les motivations, les faits et pensées de chacun même si la caractérisation des protagonistes est assez limitée dans le fond sans néanmoins être archétypale, le casting s'en tire assez bien selon moi.


Sans jamais trop en faire, les 4 arrivent à apporter de l'émotion (positive ou négative) avec justesse quand c'est nécessaire et leurs interactions sonnent véridiques renforçant la cohésion globale du récit tout en permettant d'impliquer plus facilement le spectateur dans le récit.


C'est d'ailleurs avec un certain plaisir de retrouver Toni Colette sur le devant de la scène (impeccable dans son rôle de commandante en chef) ainsi que la protéiforme Anna Kendrick qui ne cesse de s'aventurer en dehors de sa zone de confort, ce qui est remarquable en soit.


Au niveau visuel, ne vous attendez pas à une expérience sensorielle satisfaisante car les potards sont réduits au minimum, le cadrage ainsi que la colorimétrie étant moyen la plupart du temps malgré quelques beaux plans panoramiques montrant l'immensité de l'espace.


Concernant la partie sonore, si la BO est correcte, sans plus, j'ai assez apprécié les absences de bruits dans l'espace pour renforcer l'aspect réaliste.


Au final, c'est un métrage introspectif assez lent, juste correct à l'instar d'un Minuit dans l'univers, qui a une histoire classique -avec des rebondissements attendus- mais qui est suffisamment intéressante grâce à des têtes faisant plaisir à voir pour que le spectateur soit diverti.


Je n'ai pas passé un mauvais moment et sans dire que c'est un excellent film, loin de là étant donnée que celui-ci a le cul entre deux chaises, je peux tout de même déclarer que je n'ai pas vraiment vu le temps passé malgré ces défauts apparents.


Même si Netflix n'y arrive selon moi toujours pas, j'ai personnellement décidé d'être assez clément étant donné la ratification de ce type de métrage.


Je conseille de le regarder pour vous faire votre propre avis mais ne partez surtout pas avec de grosses attentes ou à voir beaucoup d'action.


A découvrir pour les curieux et les fans du genre en manque de proposition et pas trop regardant.

lugdunum91
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Film vu en 2021 et Films vus sur Netflix

Le 22 avril 2021

23 j'aime

29 commentaires

Le Passager nº 4
Moizi
2

Anna objectif daube

Un passager clandestin est découvert au sein d'un vaisseau spatial en direction de la planète Mars. L'équipage se trouve trop loin de la Terre pour faire demi-tour et il n'y a pas assez de ressources...

Lire la critique

il y a plus d’un an

20 j'aime

17

Le Passager nº 4
Grandnico
4

Critique de Le Passager nº 4 par Grandnico

Bonne nouvelle pour les astronautes qui ne sont plus obligé de s'équiper, maintenant on peut décoller en fusée dans une simple soute et survivre comme ce passager. Ensuite les meilleurs cerveaux sur...

Lire la critique

il y a plus d’un an

15 j'aime

Le Passager nº 4
RedArrow
7

Quand il y en a pour trois, il n'y en a pas pour quatre !

Mars nous tend enfin les bras ! Envoyée pour des recherches dans l'espoir de coloniser prochainement la planète rouge, une équipe composée d'une commandante chevronnée et deux scientifiques...

Lire la critique

il y a plus d’un an

9 j'aime

4

Matrix Resurrections
lugdunum91
6

Matrix 4: Résurrection compliquée

150eme film de l'année 2021 et découverte de cet énième saga qui a décidé de renaitre de ces cendres, le retour malgré une certaine envie est bien compliquée. Dix-huit ans après les événements de...

Lire la critique

il y a 8 mois

39 j'aime

28

I Care a Lot
lugdunum91
7
I Care a Lot

I Care a Lot: Prédatrice impitoyable

28eme film de l'année 2021 et après son moyen "La 5eme vague", je découvre la nouvelle œuvre de J Blakeson mêlant comédie, thriller et policier. On suit l'histoire de Marla Grayson, une tutrice...

Lire la critique

il y a plus d’un an

35 j'aime

9

The Batman
lugdunum91
7
The Batman

The Batman: Entre plaisir et déception

22eme film de l'année et découverte de la nouvelle itération de la plus célèbre des chauve-souris, grand plaisir pour moi mais qui a provoqué apparemment de nombreuses déceptions qui ne semblent pas...

Lire la critique

il y a 5 mois

31 j'aime

51