Le Visage d'un autre

Tanin no kao

1966

550

1.4K

91

7.9

Film de Hiroshi Teshigahara · 2 h 02 min · 15 juillet 1966 (Japon)

Genre : Drame

Casting (acteurs principaux) :

Tatsuya Nakadai, Machiko Kyô, Mikijiro Hira, Kyôko Kishida, Miki Irie, Eiji Okada, Minoru Chiaki, Hideo Kanze

Pays d'origine :

Japon
Casting complet et fiche technique

Un homme d'affaires atrocement brûlé suite à l'incendie d'un laboratoire, décide de se faire faire un nouveau visage. Mais quelque chose se passe mal.

Dunslim

Dunslim

Toujours sur le fil avec ces relents Nouvelle Vague (comme aux premiers moments de La Femme des sables), mais Nakadai, audace visuelle et originalité...

il y a 9 ans

1

Nushku
9
Nushku

Critique positive la plus appréciée

L'homme au masque de chair

Hiroshi Teshigahara interroge le paradoxe étonnant du visage humain : il est à la fois porte ouvrant sur l'âme et masque opaque pour autrui. Dès lors, que devient un homme ayant perdu le sien ? Un...

Lire la critique

il y a 11 ans

drélium
7
drélium

Le visage de l'autre

Bon, c'est bien hein... Je veux pas mettre 6 et donc le placer en dessous de "Age of assassins" ou "La torpille humaine" que je préfère pourtant d'une bonne longueur, et avec les critiques absolument...

Lire la critique

il y a 9 ans

Ogami
9
Ogami

Artificialité libératrice.

On commence par un prologue étonnant pour l'époque esthétiquement très réussi, permettant de poser la thématique du film : l'artificialité, la question du double. Prologue qui s'enchaîne sur la...

Lire la critique

il y a 10 ans

Kiwi-
7

Couvre les yeux.

Le cinéma d’Hiroshi Teshigahara est peut-être le plus expressif de la nouvelle vague japonaise, tant il est fondé sur des expérimentations sensorielles d’une rare acuité, mettant l’accent sur une...

Lire la critique

il y a 5 ans

jajard
10
jajard

Critique de par jajard

Teshigahara Hiroshi est, me semble t-il, un réalisateur important du cinéma d'avant garde japonais. Il a pu notamment le prouver avec un de ces précédents film « La femme des sables » (1963). Dans «...

Lire la critique

il y a 11 ans