⚠️ Une maintenance est prévue le Mercredi 26 juin à 8h00 pour une durée d'environ 2h. Le site sera inacessible pendant cette période.

Voir le film

Les Anges de la nuit, c'est le parfait antidote à la perfection -selon moi- émotionnellement froide des polars de Gray. Des reproches au film de Joanou, on pourrait en faire un wagon. Mais en deux heures dix Joanou réussit là où Gray échoue: faire en sorte qu'on ait quelque chose à foutre de la destinée de personnages mille fois vus dans le polar newyorkais. Il démontre ce que peut apporter au cinéma de genre hollywoodien une personnalité issue du vidéoclip (1), ce passé professionnel si longtemps décrié en France. Pas la révolution non mais un regard pas écrasé par les références cinéphiles auxquelles son sujet fait inévitablement appel. Même lorsque le travelling se fait ample, même lorsque l'autoradio crache les Stones, même à l'église, même lors d'une procession de la St Patrick, on ne pense pas une seconde à Scorsese. La mafia communautaire, le flic undercover, le truand chien fou qui effraie les mafieux du coin, la fille qu'on aime et qui se retrouve en plein milieu d'une histoire de gang, Joanou les prend comme des passages obligés, non des Everests à l'échelle desquels il faudrait se hisser.


Mais il tient ses deux heures dix avec cette salutaire distance zéro à son sujet d'un homme des années 80. L'église par exemple: 5 minutes chrono et pas besoin de balancer du discours sur la rédemption. Morricone trousse un score pas génial mais d'excellente facture, Sean Penn est encore Bad Boy -et n'a pas encore sombré dans la caricature du style Actor's Studio-, Gary Oldman cabotine dans son rôle Johnnyboyesque, Robin Wright fait oublier son passé soap opera, Ed Harris, John C Reilly et John Turturro complètent un cast comme les eighties savaient en faire et Jeff Cronnenweth fait du bon job à la photo. Quoi d'autre? Les disputes de couple n'évitent pas l'hystéro, la boboïsation d'Hells Kitchen sert -c'est dommage- seulement de toile de fond, c'est formellement parfois clinquant. Sauf que le film dépasse ses imperfections par l'état de grâce de son titre original.


Au vu des notes du site, Joanou ne semble plus avoir retrouvé la même inspiration par la suite. Le film date de 1990. L'année des Affranchis, de King of New York, de Miller's Crossing. Le polar ne sera ensuite plus comme avant. L'héritage de ce qu'était le genre dans les années 80 persistera un temps à HK tandis qu'aux States Reservoir Dogs et Heat inaugureront chacun à leur manière autre chose pour le genre. Et Gray tentera de reprendre le flambeau du polar version Grosse Pomme.


(1) Joanou en a fait pour U2 et réalisé le docu Rattle and hum.

Créée

le 30 avr. 2021

Critique lue 234 fois

3 j'aime

6 commentaires

JohnTChance

Écrit par

Critique lue 234 fois

3
6

D'autres avis sur Les Anges de la nuit

Les Anges de la nuit
Val_Cancun
8

Saints and Sinners

"State of Grace" s'apparente à une sorte de one-hit wonder version cinéma, même si Phil Joanou a quand même réalisé une demi-douzaine de films dans sa carrière. Lui même en "état de grâce", le...

le 11 mars 2022

12 j'aime

2

Les Anges de la nuit
Boubakar
8

Retour en enfer.

Après des années d'absence, un homme revient dans son quartier d'origine, Hell's Kitchen, où sévit une guerre entre la mafia anglo-irlandaise, d'où il est issu, et celle américaine. Jusqu'à sa...

le 17 avr. 2020

6 j'aime

2

Les Anges de la nuit
AMCHI
9

Critique de Les Anges de la nuit par AMCHI

Les Anges de la nuit se distingue nettement du reste de la filmographie de Phil Joanou pas parce qu'il est mauvais mais bien au contraire c'est un magnifique film de gangsters au style assez proche...

le 17 mars 2015

6 j'aime

2

Du même critique

Barbarism Begins at Home
JohnTChance
10

Le Freak, c'est Chic.

Juste avant que les Smiths se séparent, Morrissey chantait la mort d'un danseur de disco. Ce qui ne l'avait pourtant pas empêché d'inclure dans le second album studio de son Velvet à lui cette longue...

le 3 déc. 2019

5 j'aime

The Mission
JohnTChance
9

Maître Tailleur

Le contexte de la mission En 1999, Hong Kong a été rétrocédée à la Chine depuis deux ans et l'âge d'or (1985-1997) de cette cinématographie est bel est bien fini, les cerveaux n'ayant même pas...

le 14 sept. 2021

5 j'aime

2

Fairytale of New York
JohnTChance
10

Cadeau empoisonné

Classique des "tubes de Noël" complètement inconnu en France alors que de l'autre côté de la Manche il est souvent entonné après avoir bu un verre (de bière) de trop. Mais classique paradoxal (et pas...

le 11 avr. 2019

4 j'aime

2