Pour librement adapter la légende de Robins des Bois, la Warner fait appel à Michael Curtiz, qui décide donc de se concentrer sur la quête de l'archer Robin de Locksley qui refuse de reconnaître le nouveau roi Prince Jean, usurpateur du trône d'Angleterre alors que le vrai roi, Richard Coeur-de-Lion est prisonnier en Autriche.


Et finalement Curtiz livre là un modèle du genre, un film d'aventures haletant tout le long et c'est d'abord grâce à ses personnages. Errol Flynn est génial et son assurance, ses joutes verbales, son charisme, son courage ou encore son romantisme font de lui un parfait Robin des Bois et l'on prend un véritable plaisir à le suivre. Mais Curtiz ne néglige pas les autres personnages et en particulier Sir Guy de Gisbourne dont la terreur n'a d'égale que la présence de son interprète Basil Rathbone (dont l’intrigante ressemblance avec Roy Scheider m'a frappé, pensant d'abord qu'il y avait des liens familiaux entre les deux) ainsi que Lady Marian, campé par la belle Olivia de Havilland.


Le côté désuet apporte un charme non négligeable à l'oeuvre et Curtiz navigue entre aventure, romantisme, humour léger ou encore action, le tout sans temps morts ni faute de rythme, en étant totalement maîtrisé et en alternant bien les séquences calmes et d'actions. Très bien mis en scène, il sait mettre en place de la tension dans les moments forts mais toujours en gardant ce côté léger qui fait tout son charme.


Plusieurs scènes sont mémorables et fourmillent de bonnes idées, à l'image du combat final (magnifique, notamment avec les ombres), la première apparition de Robin dans la forêt de Sherwood ou encore les différentes joutes verbales entre les personnages et c'est avec bonheur qu'on les suit. Et puis, Curtiz nous transporte littéralement à cette époque à travers une superbe reconstitution (que ce soit en intérieur ou extérieur) et les caractéristiques de ce temps-là (langage, habits, convention...) sont bien retranscrites. Le tout est sublimé par un magnifique technicolor et une belle bande-originale malgré qu'elle soit légèrement sur-appuyée en début de récit.


Robin Des Bois est à la fois beau, captivant, drôle, palpitant ou encore irrésistible, le tout porté par un génial Errol Flynn ainsi qu'un inspiré Curtiz, faisant ressortir le parfum d'aventure et livrant une référence du film de cape et d'épée.


(Thanks to blig !)

Créée

le 5 janv. 2015

Critique lue 942 fois

39 j'aime

8 commentaires

Docteur_Jivago

Écrit par

Critique lue 942 fois

39
8

D'autres avis sur Les Aventures de Robin des Bois

Les Aventures de Robin des Bois
Sergent_Pepper
9

Les sentiers de la sédition.

Qu’est-ce qu’un blockbuster en 1938 ? C’est cela : un technicolor flamboyant où les costumes rouges et verts claquent à l’écran, où les couchers de soleil sont des tableaux et les biens précieux des...

le 11 oct. 2015

62 j'aime

9

Les Aventures de Robin des Bois
guyness
7

Climat de suspicion

Les habitués de SC le savent, il est de bon ton ici de dénoncer les sempiternelles incohérences inhérentes aux films récents, incohérences qui se transforment en absurdités délirantes si le genre...

le 21 oct. 2012

61 j'aime

19

Les Aventures de Robin des Bois
Hypérion
9

L'aventure, comme au bon vieux temps

Parmi tant d'autres, ce robin des bois garde pour moi une saveur particulière. Tout est clinquant et grandiloquent, des magnifiques décors cartons pâte aux costumes chatoyants, le tout servant un...

le 21 mars 2011

45 j'aime

1

Du même critique

Gone Girl
Docteur_Jivago
8

American Beauty

D'apparence parfaite, le couple Amy et Nick s'apprête à fêter leurs cinq ans de mariage lorsque Amy disparaît brutalement et mystérieusement et si l'enquête semble accuser Nick, il va tout faire pour...

le 10 oct. 2014

170 j'aime

32

2001 : L'Odyssée de l'espace
Docteur_Jivago
5

Il était une fois l’espace

Tout juste auréolé du succès de Docteur Folamour, Stanley Kubrick se lance dans un projet de science-fiction assez démesuré et très ambitieux, où il fait appel à Arthur C. Clarke qui a écrit la...

le 25 oct. 2014

156 j'aime

43

American Sniper
Docteur_Jivago
8

La mort dans la peau

En mettant en scène la vie de Chris The Legend Kyle, héros en son pays, Clint Eastwood surprend et dresse, par le prisme de celui-ci, le portrait d'un pays entaché par une Guerre...

le 19 févr. 2015

151 j'aime

34