Les habitués de SC le savent, il est de bon ton ici de dénoncer les sempiternelles incohérences inhérentes aux films récents, incohérences qui se transforment en absurdités délirantes si le genre flirte avec l'action ou l'aventure.

Je profite de ces charmantes et délicieusement désuètes "aventures de Robin de bois" pour pointer d'un doigt avisé une tare propre aux premières années technicolor.

Ce n'est pas le scénario, parfaitement balisé mais foutrement agréable dont le remake Walt Disney, 36 ans après, reprend quasiment toutes les scènes et les personnages.
Ce ne sont pas les acteurs, charismatiques et plein de fougue et de panache, au tempérament vaillant communicatif.
Ce ne ne sont ni les costumes, ni les décors, aux couleurs hypra-flashy, marque de fabrique de ces premières années du cinéma couleur.

Vous ne voyez pas ? Vraiment ?
Je vous donne un indice: la scène est censée se passer dans la perfide Albion.

Toujours pas ?
Bon, je cède.

Franchement, vous avez vu le soleil qui baigne l'ensemble de ces aventures ? Qu'une éclaircie ait pu baigner de ses faveurs, une heure ou deux, par ci par là, la campagne anglaise au cours d'un printemps particulièrement clément est plus que probable.
Mais que ce soleil soit omniprésent, c'est trop.

J'ai vérifié la météo historique. L'année 1191 semble conforme à ses devancières et celles qui vont lui succéder.
C'est donc complètement irréaliste.



(PS. détail piquant: le début du tournage, laborieux qui couta sa place au premier des deux réalisateurs du film, William Keighley, fut notamment retardé par de persistantes et pénalisantes... pluies)

Créée

le 21 oct. 2012

Critique lue 1.7K fois

61 j'aime

19 commentaires

guyness

Écrit par

Critique lue 1.7K fois

61
19

D'autres avis sur Les Aventures de Robin des Bois

Les Aventures de Robin des Bois
Sergent_Pepper
9

Les sentiers de la sédition.

Qu’est-ce qu’un blockbuster en 1938 ? C’est cela : un technicolor flamboyant où les costumes rouges et verts claquent à l’écran, où les couchers de soleil sont des tableaux et les biens précieux des...

le 11 oct. 2015

62 j'aime

9

Les Aventures de Robin des Bois
guyness
7

Climat de suspicion

Les habitués de SC le savent, il est de bon ton ici de dénoncer les sempiternelles incohérences inhérentes aux films récents, incohérences qui se transforment en absurdités délirantes si le genre...

le 21 oct. 2012

61 j'aime

19

Les Aventures de Robin des Bois
Hypérion
9

L'aventure, comme au bon vieux temps

Parmi tant d'autres, ce robin des bois garde pour moi une saveur particulière. Tout est clinquant et grandiloquent, des magnifiques décors cartons pâte aux costumes chatoyants, le tout servant un...

le 21 mars 2011

45 j'aime

1

Du même critique

Django Unchained
guyness
8

Quentin, talent finaud

Tarantino est un cinéphile énigmatique. Considéré pour son amour du cinéma bis (ou de genre), le garçon se révèle être, au détours d'interviews dignes de ce nom, un véritable boulimique de tous les...

le 17 janv. 2013

343 j'aime

51

Les 8 Salopards
guyness
9

Classe de neige

Il n'est finalement pas étonnant que Tarantino ait demandé aux salles qui souhaitent diffuser son dernier film en avant-première des conditions que ses détracteurs pourraient considérer comme...

le 31 déc. 2015

315 j'aime

43

Interstellar
guyness
4

Tes désirs sont désordres

Christopher navigue un peu seul, loin au-dessus d’une marée basse qui, en se retirant, laisse la grise grève exposer les carcasses de vieux crabes comme Michael Bay ou les étoiles de mers mortes de...

le 12 nov. 2014

296 j'aime

141