Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Dans un certain "nouveau" cinéma français, qui n'a pas peur d'oser s'aventurer loin du réalisme et près du fantastique, Léa Mysius, après Ava et avec Les cinq diables, a assurément sa place. Tout en soulignant ses qualités de scénariste pour d'autres (Desplechin, Téchiné, Audiard et Denis à son palmarès), il est indéniable qu'il se passe quelque chose d'étrange et de pénétrant quand elle passe derrière la caméra. Cette manière d'utiliser les décors naturels (des Alpes, en l'occurrence), par exemple, et de créer un climat angoissant digne d'un film de sorcellerie. La fillette des Cinq diables n'est pas l'héroïne d'une énième récit d'apprentissage mais une cousine lointaine des enfants cruels du remarquable film norvégien The Innocents, à ceci près que c'est son attachement fusionnel à sa mère qui importe, au point d'encapsuler les odeurs de sa vie dans des bocaux. Le surnaturel s'invite peu à peu et presque naturellement dans la progression narrative d'un film qui voyage dans le temps et vers un incendie, pour exhaler un parfum de flammes. L"ouvrage n'est pas exempt de défauts, cependant, notamment dans la faible gestion des personnages secondaires masculins (le père, trop peu présent et le grand-père, anecdotique). Ses contempteurs pointeront sans doute le fait que le scénario du film est trop sophistiqué pour une histoire au final presque banale, une fois débarrassée de ses oripeaux mystérieux. Mais ce serait oublier la qualité indéniable de la mise en scène et l'interprétation remarquable d'Adèle Exarchopoulos, Sally Dramé et Swala Emati, toutes très investies.

Cinephile-doux
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Au fil(m) de 2022

Créée

le 1 juil. 2022

Critique lue 510 fois

7 j'aime

Cinéphile doux

Écrit par

Critique lue 510 fois

7

D'autres avis sur Les Cinq Diables

Les Cinq Diables
Mr_Wilkes
8

Fire swim with me

Ouverture du NIFFF (Neuchâtel International Fantastic Film Festival) version 2022, Les Cinq Diables de Léa Mysius devient le second long-métrage de sa jeune réalisatrice, après un Ava qui avait déjà...

le 2 juil. 2022

39 j'aime

Les Cinq Diables
Virgule1
3

Cinéma de genre(s)

On a vu, sûrement dans des approches post-post-modernistes qui voudraient un renouvellement de l'imaginaire du cinéma français, l'accroissement de propositions de cinéma de genre français, et ce,...

le 4 sept. 2022

17 j'aime

3

Les Cinq Diables
mymp
6

Smells like girl spirit

En apparence, tout à l’air normal. Joanne et Jimmy forment un couple banal, sans histoire croit-on, elle maître-nageuse et lui pompier, déjà on perçoit la symbolique qui s’invite, cette idée du...

Par

le 31 août 2022

15 j'aime

1

Du même critique

As Bestas
Cinephile-doux
9

La Galice jusqu'à l'hallali

Et sinon, il en pense quoi, l'office de tourisme galicien de As Bestas, dont l'action se déroule dans un petit village dépeuplé où ont choisi de s'installer un couple de Français qui se sont...

le 27 mai 2022

76 j'aime

4

France
Cinephile-doux
8

Triste et célèbre

Il est quand même drôle qu'un grand nombre des spectateurs de France ne retient du film que sa satire au vitriol (hum) des journalistes télé élevés au rang de stars et des errements des chaînes...

le 25 août 2021

76 j'aime

5

The Power of the Dog
Cinephile-doux
8

Du genre masculin

Enfin un nouveau film de Jane Campion, 12 ans après Bright Star ! La puissance et la subtilité de la réalisatrice néo-zélandaise ne se sont manifestement pas affadies avec Le pouvoir du chien, un...

le 25 sept. 2021

70 j'aime

13