C'était pas drôle mais c'était gratuit (0 balle = 0 vanne)

Ha ben voilà, maintenant je sais : les jeunes auteurs français n'ont pas besoin de producteurs pour faire des films de merde. Parce que bon, toute cette mise en scène à l'américaine, ce sont quand même nos petits auteurs qui l'ont décidée sciemment, tout comme ces twists narratifs bien pourris.


Le scénario est assez mal ficelé. Le concept, déjà, est assez mal pensé, ne paraît pas cohérent et aurait pu être exploité de manière beaucoup plus drôle. En fait, j'ai trouvé cette comédie très peu marrante. Quelques gags m'ont fait sourire, c'est vrai, mais beaucoup tombent à l'eau. Faut dire que le style Youtubeur où les personnages se crient dessus ça me fait pas trop rire, et quand ils reprennent des gags classiques cartoonesques (comme la foule qui court derrière les deux facteurs pas au courant de ce qu'il se passe), ben ça marche moyennement parce que c'est mal intégré à l'histoire. Et puis même, ce film ne comporte pas tant de gags que ça : il y a beaucoup de dialogues explicatifs bien chiants, des retournements de situations très lourds et même des moments dramatiques à prendre au sérieux alors qu'il n'y a pratiquement aucune construction de personnage, aucune réelle émotion (il ne suffit pas de dire que c'est triste pour que ce le soit, il y a toute une construction à opérer).


C'est dommage, parce que le film comporte de belles idées et que ça aurait pu être vraiment très chouette. Surtout si l'équipe s'était lancée dans un truc bien plus libre, bien moins conventionnel. On est loin de la qualité de "La cité de la peur" ou encore de "Les trois frères" (dont même la suite m'a paru plus réussie que ce film-ci). Ce qui me gêne aussi, c'est que les auteurs se prennent autant au sérieux. Il y a une part de délire, oui, mais pas un délire sincère et encore moins extrême. Au final, j'ai eu l'impression que les auteurs insistaient pour me faire croire que c'était cool. Et puis la narration est tellement peu inspirée, on se perd en digressions peu drôles, peu intéressantes et la fin tire en longueur.


La mise en scène est un peu maladroite. Pas trop. Moins que ce que j'aurais cru. Surtout par rapport au budget. On ressent le manque d'argent, oui, mais pas trop. Disons que ça fait surtout tache quand le réalisateur ne se rend pas compte qu'il est trop ambitieux ; quand je pense à toutes les idées géniales que Scott a eu pour réaliser son "Alien" avec peu de moyen, comment il utilise le hors champ pour raconter son histoire... ici, il n'y a pas toute cette inventivité. On est dans l'imitation d'un style, le blockbuster américain, sans essayer de le comprendre. Parce qu'un bon blockbuster, c'est aussi un bon film, bien pensé, bien monté. Pas juste tourné sans la moindre réflexion quant au choix des angles de vue. Comme c'est le cas ici...


Il y a aussi des cuts incisifs typiques des shows Youtube, lors de dialogues notamment, ce qui tue toute la dynamique des répliques : créer du rythme, ce n'est pas juste couper comme un boucher, c'est aussi laisser les acteurs jouer, se répondre, etc. Le rythme peut venir du mouvement, des couleurs, des valeurs de plans, de la musique, ... L'action ne serait pas trop mal filmée si les effets de style ne débordaient pas à certains moments : ralentis et zooms bien nazes qui renforcent l'idée qu'on nous vend du 'cool', un peu à la "Fury Road".


Le fait de retrouver autant de stars de Youtube m'a aussi un peu emmerdé. J'avais l'impression de voir un film fait entre copains. Que le public recherché était avant tout leurs congénères. Et les fans. J'ai reconnu quelques tronches célèbres, pas toutes, mais aucun ne m'a fait rire ; il faut dire que les caméos sont assez pauvrement pensés : en gros on voit un Youtuber, il ne fait rien, juste le voir est censé être suffisant pour faire rire, à la limite il porte un costume ou sort une réplique débile (haha).


Le casting, même s'il n'est pas totalement mauvais (je retiens surtout Vincent Tirel qui joue le mieux) souffre d'un manque de variété : on a l'impression, à voir ce film, qu'il n'y a que des trentenaires dans le monde. C'est un peu le même genre de problème qu'on retrouve dans un film étudiant. C'est assez pesant et puis en plus ils ont tous le même style horrible. Ce manque de variété donne l'impression d'être face à un univers très pauvre, sans surprise.


La musique, enfin, est elle-aussi, typique des comédies françaises imitant les USA. Des notes de violons pour appuyer un effet comique, c'est souvent très lourd. Il faut vraiment que le gag soit très bon pour que ça passe inaperçu. Ce n'est malheureusement pas le cas ici.


Bref, je n'ai pas beaucoup ri devant cette comédie : ça manque de bons gags, d'un scénario bien ficelé ou au contraire d'un scénario complètement raté pour mieux se focaliser sur l'humour. Ça m'a un peu fait penser à "Hero Corp" aussi, une série française que je n'apprécie pas.

Fatpooper
3
Écrit par

Le 28 novembre 2015

24 j'aime

2 commentaires

Les Dissociés
ThomasW122
8

Au delà des attentes.

Hier soir, j'ai été voir l'avant-première de ce film, dans la salle, il devait y avoir les deux tiers du YouTube Game français, plus Maurice Barthélémy, plus Boulet (le dessinateur) et j'en passe...

Lire la critique

il y a 7 ans

60 j'aime

5

Les Dissociés
Veather
9

Quand Suricate se donne corps et âme

Pour ce premier long métrage, l'équipe Suricate est fidèle à elle-même. Si on est amateur de leurs vidéos courtes, il est plus que probable qu'on adhère. Personnellement j'y ai vu un aboutissement...

Lire la critique

il y a 6 ans

55 j'aime

6

Les Dissociés
Fatpooper
3

C'était pas drôle mais c'était gratuit (0 balle = 0 vanne)

Ha ben voilà, maintenant je sais : les jeunes auteurs français n'ont pas besoin de producteurs pour faire des films de merde. Parce que bon, toute cette mise en scène à l'américaine, ce sont quand...

Lire la critique

il y a 6 ans

24 j'aime

2

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

Lire la critique

il y a 6 ans

116 j'aime

33

Strip-Tease
Fatpooper
10
Strip-Tease

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

Lire la critique

il y a 8 ans

100 j'aime

45

Calvin et Hobbes
Fatpooper
10

Une fiction historique

J'avais beaucoup entendu parler de Calvin et Hobbes. Jusque là je m'étais refusé à acheter les albums car ceux trouvés en librairire sont franchement cher. Puis un jour, j'ai trouvé le tome 9 en...

Lire la critique

il y a 10 ans

80 j'aime

27