Si la réalisation de The Shawshank Redemption est marquée par un très grand classicisme, ce défaut d'originalité permet néanmoins au récit de se dérouler sans véritable accroc dans le rythme. Les thèmes abordés, s'ils sont pour certains d'entre eux plutôt bien traités, ne sont en rien novateurs.


La force majeure de ce film demeure donc le soin attaché aux détails. L'exemple le plus probant est peut-être la scène dans laquelle Brooks présente le corbeau qu'il a sauvé et nourri. Or, le corbeau n'est pas dans l'imaginaire collectif un oiseau qui attire la sympathie, bien au contraire. Par la suite, une fois libre, Brooks ne reverra pas son corbeau, ce qui fait naître plus ou moins clairement une notion de déterminisme puisque malgré les soins apportés par le prisonnier à l'animal blessé, ce dernier va tout de même se montrer in fine ingrat.


C'est sur ce point que The Shawshank Redemption est particulièrement dérangeant : son message. En effet, le premier point à retenir est qu'il faut absolument continuer de garder espoir et persévérer dans l'effort. Si ce n'est que cette morale soit un tant soit peu niaise et inintéressante, le film pose davantage problème s'agissant de sa deuxième idée. En effet, la notion de déterminisme développée tout au long du film selon divers angles met extrêmement mal à l'aise. Dès le départ, Andy Dufresne est décrit en référence à ses caractéristiques psychologiques puisqu'il est défini comme un homme froid, calculateur et introverti. Or, ce sont ces qualités qui vont lui permettre de résister à l'institutionnalisation de la prison tout en s'adaptant rapidement à la vie carcérale.


De la même façon, c'est sa foi inébranlable dans la philosophie du self made man et l'individualisme qui vont lui permettre de s'évader tout en réussissant à s'adapter au monde extérieur. A l'inverse, le personnage de Brooks, qui a été institutionnalisé, ne résiste pas à la pression du capitalisme et l'individualisme. Aussi, à l'exception de Red qui a été "converti" à la philosophie de Dufresne, les autres criminels ne réussissent pas à s'adapter à un autre environnement que celui de la prison. Il convient toutefois de noter que si Red part rejoindre Andy au Mexique, il ne seront pas associés, Red se contentant d'être au service de l'ex-banquier. D'ailleurs Dufresne résiste à l'institutionnalisation car c'est le seul véritable innocent dans l'établissement carcéral.


Même si certains parallèles sont effectués entre le monde extérieur capitaliste et l'univers carcéral afin de démontrer que ces deux systèmes ne sont pas si éloignés, cette critique n'est pas convaincante dans la mesure où l'enfermement subi en prison n'a tout de même pas grand chose à voir avec la soumission passive des consommateurs libres.


Sur la forme, la photographie est de faible qualité et ne permet pas une immersion totale. La voix-off de Morgan Freeman apparaît davantage comme une facilité narrative qu'une véritable valeur ajoutée au film. Plus dérangeant encore : la fin cherche par tous les moyens à tirer les larmes au spectateur, laissant de côté toute subtilité.


Si le rythme de l'œuvre permet de regarder cette dernière sans déplaisir, le manque de finesse et l'accumulation sans mesure de (pas toujours) bons sentiments finit véritablement par irriter.

Kevin_R
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Chers abonnés, je vous suis !, Les meilleurs films de 1994 et Les meilleurs films avec Morgan Freeman

Le 8 mars 2015

18 j'aime

4 commentaires

Les Évadés
real_folk_blues
8
Les Évadés

Morgan de toit

J’aime les films de prison. Ce que j’aime c’est ce sentiment assez paradoxal de liberté qui transpire souvent de ces récits. Les petites choses, les petits trésors qui rappellent de façon aussi...

il y a 10 ans

87 j'aime

22

Les Évadés
Sullyv4ռ
10
Les Évadés

La nuit est sombre avant qu'apparaisse l'aube...

Les évadés fait parti de ces films qui marquent, pour ma part je ne l'ai découvert que cette année et il est un de mes plus gros coups de cœur (si ce n'est le plus gros) comme quoi SensCritique a le...

il y a 5 ans

67 j'aime

24

Les Évadés
Samu-L
9
Les Évadés

Hope springs eternal

Attention, cette critique contient des spoils! Voici un grand film. Je le dis simplement, sans essayer de m'excuser, sans trouver ça facile, ni niais; en assumant pleinement tout l’intérêt que je...

il y a 9 ans

66 j'aime

30

Les 8 Salopards
Kevin_R
3

Les 8 insupportables bavards

Au regard de l'accueil critique très favorable de la majorité des spectateurs, il me semble d'abord nécessaire de prouver ma bonne foi avant tout propos. J'ai découvert Quentin Tarantino alors que...

il y a 7 ans

19 j'aime

2

Les Évadés
Kevin_R
5
Les Évadés

Under Control

Si la réalisation de The Shawshank Redemption est marquée par un très grand classicisme, ce défaut d'originalité permet néanmoins au récit de se dérouler sans véritable accroc dans le rythme. Les...

il y a 7 ans

18 j'aime

4

Les Sept Samouraïs
Kevin_R
9

You'll never walk alone

Œuvre quelle que peu à part au sein de la filmographie de Kurosawa, Les Sept Samouraïs constitue pourtant l'un des ses plus grands films. Le long-métrage interpelle d'abord par son apparente...

il y a 8 ans

11 j'aime

6