Alors qu’il semblait se spécialiser dans le registre fantastique avec le coup d’essai *Shelley *et le plus surprenant *Border *en 2018, Ali Abbasi revient sur les écrans avec un projet bien plus rationnel. Les Nuits de Mashhad revient en effet sur une série de meurtres de prostituées à Mashhad, et l’enquête journalistique qu’elle déclencha. Le propos sur les violences faites aux femmes dans une société qui fait du puritanisme sa force première est forcément fertile, qui plus est par la présence de l’interprète principale, Zahra Amir Ebrahimi, star déchue du cinéma iranien ostracisée à la suite d’un scandale lié à la diffusion de vidéos intimes.


Ali Abbasi parvient sans difficultés à investir les bas-fonds de la ville pour mettre en lumière ses recoins honteux, où la misère, la drogue et le marché du sexe prennent leurs quartiers en dépit de la moralité brandie dans les discours officiels. L’imagerie sordide cherche, dès l’ouverture à imposer l’explicite, comme pour contrer les lois de la censure, au point qu’on peut se questionner assez tôt sur la gratuité d’une fellation non simulée qui donne le ton sur le film à venir, et qui peut annoncer une sorte de variation sur le Much Loved de Nabil Ayouch, lui aussi exposé en son temps aux foudres de la bien-pensance.


Ce regard naturaliste ne sera pourtant pas tenu longtemps, car Abbasi ne souhaite pas se cantonner à la dimension documentaire ou polémique : la séquence s’enrichit très rapidement de toute la codification du thriller, jusqu’à une montée du cadre sur la ville accompagnée d’une musique riche de tension qui convoque, sans ambiguïté aucune, l’ambition esthétique de Fincher dans Zodiac.


Il va donc falloir composer avec cet écheveau ambivalent pour le reste du récit. D’un côté, une enquête journalistique qui livre sans fard une réalité face à laquelle tout le monde détourne le regard, et de l’autre, un polar qui voudrait explorer les racines du mal en suivant, en récit alterné, l’évolution du tueur, ses motivations et ses différentes exactions.


Le film ne bascule jamais totalement dans une tendance au détriment de l’autre, et il faut reconnaître que la dernière partie, qui explore la réception dans l’opinion publique de ces meurtres présentés comme une purification morale des bas quartiers, enrichit efficacement le propos. Mais cet angle de lecture, qui méritait d’être encore approfondi, se voit sans cesse ankylosé par des effets de manche pour accentuer la noirceur du propos : vision intense et lourdement surlignée de musique sur le tueur en contre-plongée, suspense sur le sort de ses victimes, voire humour noir un peu improbable sur l’exécution de l’une d’entre elles… Certaines séquences (le rapport avec son épouse alors que le pied d’une victime dépasse du tapis, les hallucinations sur le rire d’un cadavre) témoignent d’une fascination un peu malsaine, et la séquence finale viendra confirmer ce désir de filmer frontalement, toujours dans cette rhétorique assez gratuite du « choc ». En écho à l’admiration du public pour un tueur présenté comme un ange exterminateur, ce regard complaisant génère un malaise persistant, par lequel on peine à déterminer les intentions réelles du réalisateur, oscillant sans cesse entre le tableau social et le polar putassier.

Créée

le 13 juil. 2022

Critique lue 1.3K fois

36 j'aime

6 commentaires

Sergent_Pepper

Écrit par

Critique lue 1.3K fois

36
6

D'autres avis sur Les Nuits de Mashhad

Les Nuits de Mashhad
Sergent_Pepper
5

Explicit gimmicks

Alors qu’il semblait se spécialiser dans le registre fantastique avec le coup d’essai *Shelley *et le plus surprenant *Border *en 2018, Ali Abbasi revient sur les écrans avec un projet bien plus...

le 13 juil. 2022

36 j'aime

6

Les Nuits de Mashhad
EricDebarnot
6

La chasseresse

Depuis qu'il adopte les codes du thriller moderne, le cinéma iranien a la cote, et est porté aux nues par des gens qui ne supporteraient pas regarder plus de dix minutes d'un chef d'oeuvre de...

le 14 juil. 2022

17 j'aime

Les Nuits de Mashhad
Procol-Harum
4

Point de vue, en question

Après avoir questionné le spectateur sur l’idée qu’il se faisait d’une frontière morale (où se situe le bien, le mal, la monstruosité ?), en adoptant le point de vue du « monstre » dans Border...

le 16 juil. 2022

14 j'aime

3

Du même critique

Lucy
Sergent_Pepper
1

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

le 6 déc. 2014

767 j'aime

104

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

le 14 août 2019

703 j'aime

54

Her
Sergent_Pepper
8

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

le 30 mars 2014

615 j'aime

53