Les faits réels on toujours bon dos pour inspirer des fictions mortifères, dérangeantes et glaçantes. Ali Abbasi introduit son film par le sermon 149 de l’imam Ali : "Tout homme finit par rencontrer ce qu’il cherche à fuir", une façon de dire que tout sera à la fois politique et religieux dans ce film ? Toujours est-il qu’il donne la part belle au personnage du serial killer Saeed, un homme donc, qui occupe presque tout l’espace du film, ses crimes, sa vie d’ancien combattant, sa vie maritale, sa vie de maçon, etc… ad nauseam, le reste du temps étant dévolu à la journaliste femme, (qui connaîtra toutes les tracasseries inhérentes à son statut) et qui mènera, avec une volonté de fer la raison de sa venue à savoir démasquer le serial killer, dans l’impeccable timing du film. Alors "Border" était donc bien une exception dans la courte carrière de ce cinéaste irano-danois (qui s’est depuis mis à la série). Peu de véritables moments de cinéma que tente de masquer un début constitué de plans serrés, violents, les lumières floues de Mashad… "Holy spide" appelle de loin une autre araignée… La musique lourde de Martin Dirkov intervient à chaque meurtre. Puis on glisse dans un académisme pesant, les gens qui se plaignent, les gens qui ont peur, la misère comme une habitude, l’enquête, le film de procès… Et quand la journaliste reprend son bus, à la fin, c’est pour en remettre une couche avec ce qu’elle a filmé, ce que nous spectateurs, ne savions pas, et là, c’est la nausée.

abel79
3
Écrit par

Créée

le 8 déc. 2022

Critique lue 24 fois

2 j'aime

4 commentaires

abel79

Écrit par

Critique lue 24 fois

2
4

D'autres avis sur Les Nuits de Mashhad

Les Nuits de Mashhad
Sergent_Pepper
5

Explicit gimmicks

Alors qu’il semblait se spécialiser dans le registre fantastique avec le coup d’essai *Shelley *et le plus surprenant *Border *en 2018, Ali Abbasi revient sur les écrans avec un projet bien plus...

le 13 juil. 2022

36 j'aime

6

Les Nuits de Mashhad
EricDebarnot
6

La chasseresse

Depuis qu'il adopte les codes du thriller moderne, le cinéma iranien a la cote, et est porté aux nues par des gens qui ne supporteraient pas regarder plus de dix minutes d'un chef d'oeuvre de...

le 14 juil. 2022

17 j'aime

Les Nuits de Mashhad
Procol-Harum
4

Point de vue, en question

Après avoir questionné le spectateur sur l’idée qu’il se faisait d’une frontière morale (où se situe le bien, le mal, la monstruosité ?), en adoptant le point de vue du « monstre » dans Border...

le 16 juil. 2022

14 j'aime

3

Du même critique

Drive My Car
abel79
10

La voiture rouge

La montée en puissance de Ryūsuke Hamaguchi ne cesse de s'amplifier ; « Passion » était encore joliment timide, «   Senses » avait à mon goût un côté trop...

le 30 août 2021

9 j'aime

22

TÁR
abel79
5

Du goudron et des plumes

"Tàr" est la collusion ratée entre la volonté de confronter un vieux monde (une certaine notion de la musique classique) avec l’actuel, biberonné au wokisme. Cela donne, par exemple : "Je ne joue pas...

le 16 nov. 2022

8 j'aime

24

EO
abel79
10

L'oeil d'Eo

Eo est un joyau, un geste cinématographique sidérant, tant sont concentrés, dans un montage serré, des plans forts en à peine une heure vingt. Jerzy Skolimovski dit à la fin du film qu’il l’a fait...

le 29 nov. 2022

6 j'aime

18