C'est que cela fait tout drôle de voir en entame d'un film d'animation, à la patte Ghibli reconnaissable entre mille, autre chose que le logo du studio frappé du célèbre et iconique Totoro. Tout aussi étrange de voir cet emblème aux fausses allures du mythe, alors même qu'il n'est pas encore éteint... Pour le moment.


Cela fait tout drôle de découvrir le nom de la nouvelle structure, le studio Ponoc, et avoir entre les mains cette certaine idée de l'animation nippone, d'une certaine part de magie, quand celle-ci était orchestrée d'une main de fer et délicate par le monument Hayao Miyazaki.


Je parlais de magie. Pile dans le sujet, dîtes donc. Car Mary et la Fleur de la Sorcière cause de magie. Celle que la structure dissidente, mais héritière a su, de manière miraculeuse, préserver comme une flamme qui vacillerait. Tout en convoquant l'héritage, tout au long de la lecture des pages du grimoire. Ses figures les plus identifiables pour les amoureux d'animation. Peut être parfois trop appuyées, par instants.


Ce qui fera, je n'en doute pas, dire aux pisse-vinaigres que le recyclage qu'ils qualifieront de servile et sans âme tuera dans l'oeuf la tentative d'alternative que pourrait représenter Ponoc. Merde, après tout, quelle tare malheureuse que celle de voir toujours le verre à moitié vide...


Ils n'apprécieront sans doute pas plus de constater que Mary et la Fleur de la Sorcière reprend l'approche des derniers nés. Celle des Château Ambulant, des Arrietty, des Souvenirs de Marnie, dans l'adaptation d'oeuvres littéraires anglo-saxonnes.


Mais il serait hypocrite de ne pas reconnaître que la petite Mary porte haut le flambeau. Celui d'une animation superbe, au graphisme rond et caractéristique de ses personnages, de ses sublimes décors toujours baignés d'une campagne souveraine de majesté.


Les fans ne seront pas déçus, c'est une certitude. Ils y retrouveront tout ce qu'ils attendent, dans un sens du rythme et du timing parfait, dans un mélange d'une certaine naïveté rafraichissante de dramatisation des enjeux typique et de convocation de l'argument fantastique séduisant. Tout cela fait remonter des fragments du souvenir d'un Château Ambulant ou d'un Château dans le Ciel des plus réjouissants.


L'alchimie est connue. Sa recette aussi. Mais la magie qui en résulte est quasi intacte.Même si Ponoc semble parfois un peu écrasé par les composantes de son ADN et ses influences qu'il perpétue et met en scène. Comme s'il lisait un grimoire qui n'était pas encore le sien.


Mary et la Fleur de la Sorcière n'est que la première page d'un nouveau livre qui reste à écrire. L'ingrédient principal est là : la magie. Celle de la découverte. Celle de l'émerveillement. Celle du soulagement, tant le début de cette nouvelle histoire semble augurer du meilleur pour l'avenir.


Le seul reproche que l'on pourrait peut être émettre, c'est que l'on a un peu de mal à se dire que Hiromasa Yonebayashi, l'élève besogneux que Miyazaki n'hésitait pas à dénigrer ouvertement du temps de Ghibli, se cache derrière cette fleur de la sorcière, qui pourra sans doute être interprété comme une allégorie du studio. Car la triste mélancolie du réalisateur n'affleure que par à-coups légers, sans jamais renouer avec les sommets sentimentaux de son formidable et déchirant Souvenirs de Marnie.


Pourtant, sa nouvelle petite sorcière, aussi maladroite que hardie, enchante de jolie manière l'heure quarante de sa projection, aussi rare que précieuse en ces temps d'OPA très peu amicale, tant sur les écrans que sur les temps de cerveau (plus ou moins) disponibles. Car, pour voir Mary et la Fleur de la Sorcière, il ne sera pas interdit au spectateur d'essayer de s'improviser magicien... Afin de se téléporter dans un des rares cinémas à le proposer.


De là à considérer qu'un peu de magie ne serait pas de refus histoire de réenchanter ce triste monde culturel...


Behind_Ma sorcière bien aimée_the_Mask.

Behind_the_Mask
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Une année au cinéma : 2018 et Les meilleurs films de 2018

Créée

le 28 févr. 2018

Critique lue 1.2K fois

27 j'aime

1 commentaire

Behind_the_Mask

Écrit par

Critique lue 1.2K fois

27
1

D'autres avis sur Mary et la Fleur de la sorcière

Mary et la Fleur de la sorcière
SBoisse
5

Esprit facétieux de Miyazaki sort de cet homme !

Le studio Ponoc est l'enfant adultérin de Ghibli. Pressenti pour succéder au maître Miyazaki, le jeune Hiromasa Yonebayashi dirigea Arrietty, le petit monde des chapardeurs (2010), puis Souvenirs de...

le 7 mars 2018

55 j'aime

4

Mary et la Fleur de la sorcière
Edelwice
7

Mary et la fleur de l'espérance

Si nous avons fait des entrées avec Arrietty et Marnie, c’est parce que c’étaient des films « Ghibli ». Maintenant, la magie de Ghibli a disparu et dorénavant, nous devons continuer à attirer...

le 16 févr. 2018

46 j'aime

17

Du même critique

Avengers: Infinity War
Behind_the_Mask
10

On s'était dit rendez vous dans dix ans...

Le succès tient à peu de choses, parfois. C'était il y a dix ans. Un réalisateur et un acteur charismatique, dont les traits ont servi de support dans les pages Marvel en version Ultimates. Un éclat...

le 25 avr. 2018

204 j'aime

54

Star Wars - Les Derniers Jedi
Behind_the_Mask
7

Mauvaise foi nocturne

˗ Dis Luke ! ˗ ... ˗ Hé ! Luke... ˗ ... ˗ Dis Luke, c'est quoi la Force ? ˗ TA GUEULE ! Laisse-moi tranquille ! ˗ Mais... Mais... Luke, je suis ton padawan ? ˗ Pfff... La Force. Vous commencez à tous...

le 13 déc. 2017

189 j'aime

37

Logan
Behind_the_Mask
8

Le vieil homme et l'enfant

Le corps ne suit plus. Il est haletant, en souffrance, cassé. Il reste parfois assommé, fourbu, sous les coups de ses adversaires. Chaque geste lui coûte et semble de plus en plus lourd. Ses plaies,...

le 2 mars 2017

184 j'aime

25