Il faudrait, pour résumer ce dernier opus en date de celui qu'on adore détester, dire plus que : " j'ai éprouvé". Et pourtant, c'est exactement le terme qui me vient à l'esprit pour en parler, pour parler plus généralement et peut-être un peu simplement du cinéma de Kechiche (dont je n'ai pas encore vu tous les films). En soit, c'est un cinéma qui s'émerveille peut-être encore devant le simple fait de l'été, de son déroulé insouciant et flatteur (en tout cas pour les corps tous jeunes et beaux choisis par le réalisateur) qui ferait presque oublier qu'il y aura une fin, une vie. La vie, c'est ce que s'échine à filmer Kechiche de films en films avec les excès que l'on connaît. Au final, il parvient à atteindre avec ses comédiens un degré de jeu assez hallucinant, on ne sait ainsi plus en tant que spectateur comment regarder. Oui, parce que l'on ne sait plus vraiment quel statut nous devons adopter devant un tel objet filmique : sommes-nous intégrés au film, comme un membre de cette bande éclatée et jalouse, ou sommes-nous une sorte de voyeur qui observe ces corps emplis de désirs et aussi désirables ? En tout cas pour Amin, personnage fil rouge et sorte de double de réalisateur, il s'agit de regarder avec désir, mais sans pervertir les corps. Le ton est donné dès la première scène, qui fait écho à celle si décriée de La vie d'Adèle, où l'on voit Ophélie et Tony s'étreindre avec fougue et appétit sous le regard d'Amin. S'en suivra une longue discussion qui donne sa tonalité au cinéma de Kechiche : les scènes durent, mais jamais gratuitement, elles sont là pour éprouver la vie. Il n'y a ainsi que dans un film du réalisateur que l'on peut assister, sans soupirer, à l’accouchement, quasi en direct, d'une brebis. Bien sûr, ce sont aussi des tics de réalisation, mais qui ne s'épuisent pas car ils se renouvellent dans la fraîcheur de l'interprétation des comédiens, toujours tout prêts à tomber, mais qui restent debout avec ce texte à dire, à vivre, à éprouver encore une fois.


Ce qui ôte toute forme de perversité au monsieur (ou du moins à son oeuvre), c'est qu'il donne à voir des corps certes sous toutes les coutures, et particulièrement des corps féminins, mais il donne aussi une personnalité à ces corps, une voix pour s'exprimer, des yeux pour voir, une peau pour éprouver. Ophélie, Céline et Charlotte sont parfaitement identifiables, reconnaissables, elles se défendent avec leurs armes à elles, parfois bancales. Et si elles se mettent parfois en scène comme des êtres qui veulent plaire, qui ont du désir, elles le font en conscience (même si leur jeunesse leur donne une part d'insouciance). On pense notamment à cette improvisation de pole dance au milieu d'une boîte de nuit, qui n'est pas sans rappeler la lancinante danse du ventre de La Graine et le mulet, parallèle d’autant plus simple à faire qu'Hafsia Herzi fait partie des danseuses. En donnant la part belle à des personnages plus matures, notamment les mères de nos protagonistes, Kechiche permet aussi de parler de liberté sans rester au simple cliché de la jeunesse et de l'été. Il évoque sans tabou la fidélité et le mariage, sans les mettre sur un piédestal. Au final, nous avons l'impression d'avoir nous aussi passé un été à observer, comme Amin, à désirer, comme Ophélie ou encore Tony, à rire sans fin comme Céline, et à grandir, comme Charlotte. Le chemin est pour tous encore très long (canto uno, une suite nous attend-elle ?), mais pour nous leur vie aura vibré le temps d'un été excessif, parfois long, parfois trop fugace, souvent bien trop mélodramatique, mais avec une sincérité folle et un besoin de plaire qui incombe à l'humanité toute entière. Même Amin, bien souvent en retrait, veut mêler son destin (le "mektoub" du titre) à celui d'une jeune fille qu'il pourrait, osons le mot, se mettre à aimer.


PS : le titre de ma critique fait référence à une discussion-défi entre deux personnages du film qui cherchent à savoir comment on dit "je t'aime" en arabe et ne trouvent pas de terrain d'entente. Il s'agit plus particulièrement de traduire ce sentiment au-delà des corps qui se cherchent et voudraient s'aimer pour l'éternité, mais sont confrontés à une forme de vanité.

Créée

le 31 juil. 2018

Critique lue 428 fois

9 j'aime

6 commentaires

eloch

Écrit par

Critique lue 428 fois

9
6

D'autres avis sur Mektoub, My Love : Canto uno

Mektoub, My Love : Canto uno
mymp
4

Pâté en croupe

Abdellatif Kechiche, depuis La vie d’Adèle, semble désormais devenu plus clivant que jamais (La vénus noire présageait déjà de la chose) et susciter la controverse au moindre de ses mouvements. Les...

Par

le 22 mars 2018

154 j'aime

22

Mektoub, My Love : Canto uno
guyness
3

Sea, sex and seum

Une longue vie de spectateur suffit en général à s'apercevoir que souvent, plus le traitement d'une histoire s'éloigne d'une apparence de réalité, plus on touche au vrai. Prétendre que le contraire...

le 21 août 2018

102 j'aime

54

Mektoub, My Love : Canto uno
Velvetman
5

Souviens toi l'été dernier

Alors que La Vie D’Adèle et son couple mémorable nous trottait encore dans la tête, Abdellatif Kechiche revient avec Mektoub my love (canto uno) et son style inimitable, qui cette fois ci,...

le 26 mars 2018

94 j'aime

15

Du même critique

Juste la fin du monde
eloch
4

Le cinéma de Dolan est mort, vive le cinéma !

Qu'il est difficile de s'avouer déçue par un cinéaste qu'on admire beaucoup et dont l'oeuvre a su nous éblouir, nous toucher, nous transporter. Oui, je l'écris, ce dernier Dolan m'a profondément...

le 21 sept. 2016

116 j'aime

12

The Voices
eloch
7

"Sing a happy song"

Marjane Satrapi a été sélectionnée au festival d’Alpe d’Huez début 2015 (qui s’est déroulé du 14 au 18 janvier) pour son dernier film. Disons qu’au premier abord ça ne ressemble pas vraiment à la...

le 20 janv. 2015

91 j'aime

7

Chungking Express
eloch
10

" Hier, on se regardait à peine ... Aujourd'hui nos regards sont suspendus "

"Chungking express" est un film que j'ai trouvé absolument merveilleux je dois bien vous l'avouer, je suis sortie de la salle où j'ai eu la chance de le voir pleine d'une belle joie, de l'envie de le...

le 27 févr. 2013

90 j'aime

24