Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Metropolis
8.1
Metropolis

Film de Fritz Lang (1927)

Il fallait bien que je m'y colle. Ce film je l'ai vu quand je commençais à peine à me soucier du cinéma mais sans jamais me poser les bonnes questions. Mon avis consistait alors à apprécier tout ce qui n'était pas Mainstream, car le Mainstream devait être par définition mauvais. J'avais donc hypocritement apprécié "Metropolis" si je puis dire. Et ce n'est rien de le dire, puisque je n'en ai gardé aucun souvenir si ce n'est le extraits que les profs ont pu passer en classe. Il fallait donc bel et bien que je m'y colle. Que je revoie ce film avec ... comment dire... un regard plus pertinent pour regarder le film. Pas un regard qui le bordera de louanges, non, un regard qui dit que je regarde ce film de façon sincère et non pas par snobisme... du moins je l'espère!


Ce qui m'a ennuyé avec "Metropolis", c'est sa longueur. Et encore, puisqu'il manque des bouts de pelloche, je peux m'estimer heureux qu'il ne fasse QUE 1h58. Le problème vient de cette première partie, l'exposition qui dure inutilement longtemps. On aurait facilement pu charcuter 20 minutes de cette première partie où il ne se passe pratiquement rien, et où la redondance règne en maître. Heureusement, dès l'intermède, les personnages s'agitent, les conflits se multiplient et l'intérêt grandit. Cela se confirme et continue d'accroître dans la deuxième partie où les obstacles sont nombreux et s'enchaînent à la minute. A tel point qu'on ne peut justifier cette lenteur de la première partie par l'époque du film, tant l'histoire se déroule vite dans la dernière demi heure.


A part l'histoire qui peine à démarrer, il n'y a plus vraiment de reproche que je puisse faire au film. Esthétiquement, Fritz a fait un travail prodigieux. Il utilise sa caméra de façon audacieuse, n'hésite pas à jouer du mouvement, compose des plans d'une beauté époustouflante (en fait il reprend très fidèlement les règles de compo de la photographie, chose que, bizarrement, tout le monde ne fait pas encore à l'époque). Mais si le film est un choc visuellement, c'est bien grâce aux décors expressionnistes qui permettent réellement ce jeu de composition, tout en intensifiant les interprétations des acteurs. Enfin, il y a ce montage très moderne ; Fritz parvient à jouer à merveille du montage en parallèle, prouvant que les russes ne sont pas les seuls à faire des prouesses dans le domaine.


Bref, "Metropolis" est un film intéressant surtout pour son esthétique ; l'histoire pourra décevoir plus facilement par le ton grotesque ou encore par son début trop lent. Ça reste une merveille à découvrir une fois dans sa vie au moins.


PS: Brigitte Helm est mignonne. J'ai cru constater que les femmes au visages ovales et à la fine bouche étaient le canon de l'époque, ce qui est assez loin des goûts d'aujourd'hui.

Fatpooper
8
Écrit par

Créée

le 3 janv. 2013

Critique lue 598 fois

12 j'aime

2 commentaires

Fatpooper

Écrit par

Critique lue 598 fois

12
2

D'autres avis sur Metropolis

Metropolis
Sergent_Pepper
8

Hack to the future

À l’origine du futur se situe Metropolis : œuvre monstre, qui embrasse avec démesure la potentialité du cinéma, encore dans son âge muet, et qui, après les fresques monumentales de Griffith sur le...

le 28 févr. 2019

58 j'aime

1

Metropolis
EIA
10

"Entre la tête et les mains, il doit y avoir le coeur."

Qu'est ce qui a été réellement inventé en matière de science fiction après ce film? J'aimerais bien qu'on me le dise... Il y a tout ici. Les décors, ces tours qui montent, gigantesques, ces...

Par

le 10 août 2013

52 j'aime

15

Metropolis
GiorgiodeRoubaix
4

Il é tro bo

Toute mon appréciation de ce film tient dans une phrase de Buñuel : Metropolis est d'après lui « le plus merveilleux livre d'images qui puisse se composer ». (Ce à quoi j'ajoute quand même : « ... en...

le 11 avr. 2011

48 j'aime

28

Du même critique

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

le 3 janv. 2016

122 j'aime

35

Strip-Tease
Fatpooper
10

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

le 22 févr. 2014

116 j'aime

45

Taxi Driver
Fatpooper
5

Critique de Taxi Driver par Fatpooper

La première fois que j'ai vu ce film, j'avais 17ans et je n'avais pas accroché. C'était trop lent et surtout j'étais déçu que le mowhak de Travis n'apparaisse que 10 mn avant la fin. J'avoue...

le 16 janv. 2011

103 j'aime

55