Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Voir le film

Le masqué, il attend chaque nouvel opus de Guillermo Del Toro avec ardeur et impatience. Souvenez-vous qu'en 2017, il couinait comme une jouvencelle de ne pas pouvoir aller dans son cinéma fétiche day one voir La Forme de l'Eau et qu'il a dû ronger son frein une quinzaine de jours pour enfin succomber au charme de l'amour contre-nature.


En 2022, il a dû faire quelques kilomètres pour pouvoir aller voir Nightmare Alley. En se disant que l'un de ses réalisateurs fétiche abordait une période de croisée des chemins. Depuis La Forme de l'Eau, encore lui.


Pas depuis les récompenses, qui n'ont fait qu'accentuer le phénomène, mais depuis sa réception critique, où plus de pisse-aigres que d'habitude ont fait entendre leur voix.


Et pour tout vous dire, Nightmare Alley ne va pas arranger les choses.


Car si vous venez dans la salle pour voir du monstre et de l'univers poético-onirique, vous risquez d'être gravement déçu. Oh, il reste bien ça et là quelques bocaux ambrés abritant des foetus, accessoire chéri entre tous du mexicain. Mais hormis cela, nada.


Sauf ce nouveau-né, lui aussi en bocal, dont le front est ouvert d'un troisième oeil, que Del Toro érige en totem signifiant de son oeuvre, se déroulant d'abord dans le milieu du cirque, tout aussi fraternel que sans pitié, voire glauque.


Pas de monstre, donc, mais un Bradley Cooper d'abord impénétrable, ravissant à l'itinérance Rooney-la-virginale que l'on a envie d'épouser immédiatement, après avoir appris le boniment et la télépathie qui ravit et impressionne les plus influençables.


C'est dans cet univers que réside l'art le plus immédiatement identifiable du réalisateur, qui ne peut s'empêcher de se montrer d'une profonde gourmandise, habillant son cirque censé être de troisième zone des plus belles couleurs et des décors les plus fastes.


Del Toro semble abandonner son art dans la grande ville, alors que son charmant escroc connaît le succès et fraie avec les mêmes gogos et les mêmes crédibles mieux habillés. Ce serait cependant oublier que ses grands salons baignés de lumière se montrent aussi magnifiques que légèrement irréels, ou encore que le Mexicain transforme un bureau de psychanalyse en orgie visuelle. Comme si Bradley vivait enfin son rêve... Ou succombait à la force de ses propres boniments qui, comme dans toute bonne fable, précipitent sa chute.


Car Bradley, au contraire du foetus totem présenté au cirque, échoue à ouvrir son troisième oeil, ou tout simplement à avoir la jugeote nécessaire, pour ne pas voir arriver les augures ou saisir la portée des conseils que chaque femme archétypale qu'il rencontre lui prodiguera. Trop aveugle, trop attiré par la lumière tel un papillon de nuit, Bradley se perd comme s'il était fasciné par l'abysse qu'il contemple, teinté de fulgurances de violence en dernière ligne droite achevant de noircir le portrait du personnage principal du film.


Avec Nightmare Alley, Stan, alias Bradley, rejoint la galerie de méchants que Del Toro dessine depuis longtemps, faisant écho à Jacinto, ce prince sans royaume, à Vidal ou encore à Strickland en 2017. Soit finalement, l'une des autres obsessions de Guillermo Del Toro qui nous donne en 2022, une nouvelle incarnation au mal sans concession, rattachant ainsi le dernier-né à sa fratrie intime, sans pour autant l'inscrire en pendant de l'innocence brisée de l'enfance.


De quoi donc être déçu ou, au contraire, confirmé dans ses certitudes et ses adulations.


Vous vous doutez bien que le masqué, au vu de la note, n'a pas mis longtemps à choisir son camp.


Behind_the_Mask, sous le plus grand chapiteau du monde.

Behind_the_Mask
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Une année au cinéma : 2022 et Les meilleurs films de 2022

Créée

le 19 janv. 2022

Critique lue 2.8K fois

42 j'aime

8 commentaires

Behind_the_Mask

Écrit par

Critique lue 2.8K fois

42
8

D'autres avis sur Nightmare Alley

Nightmare Alley
Plume231
4

Freaks!

Je n'ai pas lu le roman original de William Lindsay Gresham duquel ce film de del Toro est adapté. Par contre, j'ai vu la version antérieure de 1947 d'Edmund Goulding. Ce qui fait que j'en profite...

le 19 janv. 2022

75 j'aime

18

Nightmare Alley
RedArrow
9

"Je suis né pour ça."

Les premières minutes que l'on passe à parcourir cette "Nightmare Alley" ont beau nous montrer explicitement la fuite d'un homme devant un passé qu'il a cherché à réduire en cendres, le personnage de...

le 19 janv. 2022

74 j'aime

16

Nightmare Alley
Behind_the_Mask
8

C'est moi le monstre

Le masqué, il attend chaque nouvel opus de Guillermo Del Toro avec ardeur et impatience. Souvenez-vous qu'en 2017, il couinait comme une jouvencelle de ne pas pouvoir aller dans son cinéma fétiche...

le 19 janv. 2022

42 j'aime

8

Du même critique

Avengers: Infinity War
Behind_the_Mask
10

On s'était dit rendez vous dans dix ans...

Le succès tient à peu de choses, parfois. C'était il y a dix ans. Un réalisateur et un acteur charismatique, dont les traits ont servi de support dans les pages Marvel en version Ultimates. Un éclat...

le 25 avr. 2018

204 j'aime

54

Star Wars - Les Derniers Jedi
Behind_the_Mask
7

Mauvaise foi nocturne

˗ Dis Luke ! ˗ ... ˗ Hé ! Luke... ˗ ... ˗ Dis Luke, c'est quoi la Force ? ˗ TA GUEULE ! Laisse-moi tranquille ! ˗ Mais... Mais... Luke, je suis ton padawan ? ˗ Pfff... La Force. Vous commencez à tous...

le 13 déc. 2017

189 j'aime

37

Logan
Behind_the_Mask
8

Le vieil homme et l'enfant

Le corps ne suit plus. Il est haletant, en souffrance, cassé. Il reste parfois assommé, fourbu, sous les coups de ses adversaires. Chaque geste lui coûte et semble de plus en plus lourd. Ses plaies,...

le 2 mars 2017

184 j'aime

25