Comme pour dissiper une confusion existant depuis le succès de Drive auprès du grand public, Nicolas Winding Refn revient avec Only God Forgives, un exercice hautement stylistique qui relève plus du film d’art que du cinéma classique.

Silencieux, Ryan Gosling arpente dans une atmosphère angoissante de longs couloirs baignés de rouge. Only God Forgives est un véritable bijou esthétique, à la photographie irréprochable et la mise en scène brillante. Tout le talent du réalisateur et de son directeur de la photographie Larry Smith (Eyes Wide Shut) est concentré dans la représentation infernale qu’ils se font de la Thaïlande, accompagné des accents orchestraux ou d’orgue qui hantent la bande originale signée Cliff Martinez.

Dédié à Jodorowsky et à son cinéma d’avant-garde, le film flirte parfois avec le surréalisme, se perdant dans des échos Lynchiens. La représentation de l’impuissance ou encore celle des relations toxiques entre les protagonistes sont fortes, provocatrices. Le revers de la médaille est cette violence, esthétique certes, mais souvent gratuite, habitant l’ensemble d’Only God Forgives, avec quelques scènes à peine soutenables.

“Le langage du silence est plus intéressant, plus poétique”, affirme Refn. Mais Ryan Gosling reste globalement décevant et ne semble qu’avoir une expression faciale à son répertoire, une difficulté probablement due à son rôle : un personnage faible et frustré, perdu dans l’ombre d’une mère castratrice et d’un frère dominateur. Kristin Scott Thomas, en revanche, est excellente en garce, dont les répliques acides sont la seule garantie de quelques sourires entendus.

Quant au scénario, il ne présente quasiment aucun intérêt, cannibalisé par la démarche artistique d’Only God Forgives. Il n’existe aucun rebondissement qui ne soit prévisible ou annoncé par d’interminables gestes préparatoires. Car le principal défaut du film est son extrême lenteur, laissant le temps d’apprécier ce qui relève du visuel et de l’auditif, et noyant le reste de l’expérience sous un torrent d’ennui.

Trip cauchemardesque et provocateur, peu accessible au grand public, Only God Forgives divise déjà la critique mais a le mérite de se faire remarquer par son non-conformisme.
Filmosaure
5

Le 22 mai 2013

86 j'aime

13 commentaires

Only God Forgives
real_folk_blues
8

Thaî, glande, et Ryan erre.

Only God Forgives n’est pas un bon film. N’allez pas croire que vous verrez Drive, pauvres naïfs. N’allez pas espérer que Fight Club se soit payé un lifting, pauvres consommateurs. Ne supputez point...

Lire la critique

il y a 9 ans

148 j'aime

33

Only God Forgives
Anyo
8

Le langage du silence

Le cinéma est un art Visuel et Auditif. Notre cher réalisateur Danois acquiesce et nous livre une oeuvre à la facture audio-visuelle irréprochable. "Only God Forgives" rejoint "Samsara" et "The...

Lire la critique

il y a 9 ans

136 j'aime

11

Only God Forgives
Gand-Alf
6

... Et l'enfer le suivait.

Pour avoir une idée de mon expression dépitée à la sortie de ma séance de "Only god forgives", je vous invite à vous poster devant un miroir et de vous observez en train de diviser 1356, 876543 par...

Lire la critique

il y a 9 ans

130 j'aime

13

Boule & Bill
Filmosaure
1
Boule & Bill

Boule débile

Que ceux qui déclaraient d’emblée, sans même avoir vu le film, que l’on massacrait leur enfance à la scie sauteuse, se rassurent : ils avaient raison. Nous passerons outre le débat sur la médiocrité...

Lire la critique

il y a 9 ans

108 j'aime

50

Only God Forgives
Filmosaure
5

Critique de Only God Forgives par Filmosaure

Comme pour dissiper une confusion existant depuis le succès de Drive auprès du grand public, Nicolas Winding Refn revient avec Only God Forgives, un exercice hautement stylistique qui relève plus du...

Lire la critique

il y a 9 ans

86 j'aime

13

L'Odyssée de Pi
Filmosaure
9

Prière cinématographique

Ang Lee nous a montré au cours d’une filmographie hétérogène qu’il était capable du meilleur comme, si ce n’est du pire, tout au moins du médiocre (oui toi Hulk, je te regarde). L’on tend à retenir...

Lire la critique

il y a 9 ans

74 j'aime

10