Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Opening night est une déclaration d'amour d'un homme à sa femme. En écrivant ce rôle pour Gena, John lui offre une magnifique occasion de montrer son aura exceptionnelle et son talent incommensurable.
Myrtle Gordon, une actrice de théâtre connue et reconnue, célébrée et adulée assiste, à la sortie d'une représentation à la mort accidentelle d'une jeune admiratrice venue l'attendre pour obtenir un regard, un sourire et un autographe de son idole.
Comme dans le reste de son œuvre, toujours en recherche, l'improvisation a la part belle et la notion de troupe prend toute sa dimension ici, une fois de plus.
John nous donne à partager le calvaire d'une star, contrainte de travailler une nouvelle pièce "The second woman" dont les enjeux lui apparaissent de plus en plus odieux et lui renvoient ses propres préoccupations en pleine face : "Cette histoire d'âge m'achève !" s'écrie-telle d'ailleurs en plein milieu d'un répétition. Jetée en pâture aux spectateurs, Gena/Myrtle remet en cause sa propre raison d'être, dévore le film et rend la dernière partie insoutenable. Son entourage (partenaires, producteurs, auteur) se doit de composer avec cette crise existentielle qui la fait toucher au génie mais supportent de moins en moins de ne pas savoir sur quel pied danser, de devoir allégeance au talent de la Dame à ce prix là. John Cassavetes nous dit l'importance du spectacle, de l'illusion, tout en en dénonçant la fragilité. Il ne nous dit d'ailleurs pas dans la dernière partie, ce qui fait partie du jeu, ce qui est improvisé, composé, ce qui ne l'est pas. Dans son rôle d'acteur de théâtre, J.C. se moque, ironise et prend du recul sur ce qui a été son apprentissage. La folie paranoïaque de Myrtle semble guider l'action et en même temps sert de révélateur sur ce qu'est le métier d'actrice : donner de la substance à un personnage qui n'existe pas, "lui donner du sens pour en avoir à son tour". Tout ça pour dire que Gena, je t'aime d'amour et que tu n'as pas volé ton prix d'interprétation au festival de Berlin.

Créée

le 8 juin 2013

Critique lue 1.5K fois

59 j'aime

32 commentaires

Rawi

Écrit par

Critique lue 1.5K fois

59
32

D'autres avis sur Opening Night

Opening Night
Sergent_Pepper
8

Une femme sans influences

Quelque soit son sujet, Cassavetes ne déroge jamais, au fil de sa filmographie, à une ambition de plus en plus précise : celle d’un portrait obsessionnel. Alors que ses premiers films s’attachaient...

le 17 mai 2015

41 j'aime

Opening Night
EIA
10

Miroir, miroir ( critique fleuve)

AVEC DU SPOIL DEDANS Un film qui m'a intéressée sur plusieurs points. Une réflexion sur la condition d'actrice, d'abord. Il n'est pas facile de vieillir quand on est une femme. Il l'est encore moins...

Par

le 13 juil. 2013

28 j'aime

20

Opening Night
Fatpooper
5

Un égo gros comme ça

John Cassevetes, j'ai un peu de mal. Pourtant y a toujours des choses qui me plaisent dans ses films. Mis je ne m'avoue pas vaincu, je verrai ses films que je n'ai pas encore vu. Le scénario m'a paru...

le 22 mars 2015

11 j'aime

Du même critique

Bienvenue à Gattaca
Rawi
10

Critique de Bienvenue à Gattaca par Rawi

Un des meilleurs sinon le meilleur film d'anticipation existant. Scène d'ouverture, une des douches les plus hygiéniques jamais filmées. Des lambeaux de peaux, tombent dans le bac à douche les uns...

Par

le 31 oct. 2012

183 j'aime

23

Le Petit Prince
Rawi
9

Poésie initiatique

Cher Antoine, Quand j'ai fait la connaissance de votre petit Prince, je n'étais qu'une petite fille qui commençait ses découvertes littéraires. Bien sûr qu'à 7 ans, je n'ai pas tout compris. La...

Par

le 26 avr. 2016

129 j'aime

9

Under the Skin
Rawi
8

Poème érotique

Le film s'ouvre sur un oeil, un regard qui se forme, une langue qui se prononce maladroitement. Fond noir ! L'intérêt majeur de cette adaptation est son ACTRICE principale. A la fois très connue,...

Par

le 4 juil. 2014

129 j'aime

33