👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le dernier cri que vous entendrez sera le vôtre

Un film dit de série B participe d’un cinéma de consommation courante, sans ambition artistique. Ne bénéficiant pas de tête d’affiche prestigieuse, il est produit rapidement et à (relativement) faible budget. Pour autant, le talent ou le succès ne se décrète pas. Certains sont entrés dans la mémoire collective, accédant au statut envié de films cultes : La féline (Jacques Tourneur, 1942) dans la catégorie fantastique suggéré ; La Nuit des morts-vivants (George Romero, 1968), horreur ; Massacre à la tronçonneuse (Tobe Hooper, 1974), gore ; Pitch Black (David Twohy, 2000), space opéra…

Planète Hurlante de Christian Duguay aurait pu prétendre à un tel destin. Le scénario de Dan O'Bannon et Miguel Tejada-Flores est tiré de Nouveau modèle (Second Variety), une nouvelle de Philip K. Dick publiée en 1953. L’affrontement initial russo-américain en terre normande cède sa place à une dystopie située dans un futur proche, caractérisée par une guerre interminable, sur la planète Sirius B, entre le Nouveau Bloc Économique (NBE) et la Rébellion. Au bord de l’effondrement, les insurgés ont mis en service des robots terrassiers tueurs, les Screamers (Hurleurs). Le commandant Joe Hendricksson, joué par un solide Peter Weller, découvre que le NBE présente une offre de paix. Après avoir découvert que le commandement terrien ment, il tente de rejoindre, à pied, le QG adverse. Il découvrira que l’adversaire a changé de nature, que les Screamers évoluent vite, qu’ils ont pris leur indépendance et ne font plus de quartier.

Les effets spéciaux ont vieilli, mais les décors naturels sont parfaits : une terre glacée, des fiches industrielles canadiennes, le stade olympique de Montréal. La compagne de Joe, la très belle Jessica Hanson (Jennifer Rubin), apporte une opportune touche de féminité dans ce monde hostile. Peu d'action, mais une atmosphère de paranoïa oppressante, l’angoisse monte, la mort est omniprésente. L’esprit de l’œuvre de Philip K. Dick est, une fois n’est pas coutume, parfaitement respecté.

Avril 2018

Planète hurlante
Buddy_Noone
8

Corporate wars

Durant l'été 1996, sortait en salles dans l'indifférence générale, un petit film de science-fiction, production modeste en grande partie canadienne, dont l'exploitation se dilua dans le raz-de-marée...

Lire la critique

il y a 6 ans

25 j'aime

8

Planète hurlante
Dojiro
8

Philip Kinder Dick

Les adaptations de K. Dick au cinema, c'est un peu comme les Kinder surprises, t'esperes toujours avoir la petite figurine et 2 fois sur 3 tu te retrouves avec une merde en plastique ou un puzzle en...

Lire la critique

il y a 10 ans

17 j'aime

1

Planète hurlante
SBoisse
7

Le dernier cri que vous entendrez sera le vôtre

Un film dit de série B participe d’un cinéma de consommation courante, sans ambition artistique. Ne bénéficiant pas de tête d’affiche prestigieuse, il est produit rapidement et à (relativement)...

Lire la critique

il y a 6 ans

15 j'aime

2

Gran Torino
SBoisse
10
Gran Torino

Ma vie avec Clint

Clint est octogénaire. Je suis Clint depuis 1976. Ne souriez pas, notre langue, dont les puristes vantent l’inestimable précision, peut prêter à confusion. Je ne prétends pas être Clint, mais...

Lire la critique

il y a 5 ans

120 j'aime

27

Mon voisin Totoro
SBoisse
10

Ame d’enfant et gros câlins

Je dois à Hayao Miyazaki mon passage à l’âge adulte. Il était temps, j’avais 35 ans. Ne vous méprenez pas, j’étais marié, père de famille et autonome financièrement. Seulement, ma vision du monde...

Lire la critique

il y a 4 ans

119 j'aime

11

Astérix en Corse - Astérix, tome 20
SBoisse
10

Papa, Astérix et moi

J’avais sept ans. Mon père, ce géant au regard si doux, déposait une bande dessinée sur la table basse du salon. Il souriait. Papa parlait peu et riait moins encore. Or, dans la semaine qui suivit, à...

Lire la critique

il y a 6 ans

117 j'aime

30